Le réalisateur Luis García Montero remercie les hispanistes pour leur diffusion de la langue et de la culture espagnoles, et de personnalités telles que José Martí et Alejo Carpentier

Le roi et la reine d'Espagne organisent un événement académique à l'Institut Cervantes de Francfort en faveur de l'hispanisme allemand

photo_camera PHOTO/Instituto Cervantes/Elisa Rivera - Le roi d'Espagne salue certains des jeunes hispanistes participants. A gauche, Doña Letizia et le directeur de l'Institut Cervantes.

Le roi et la reine d'Espagne ont visité mercredi l'Institut Cervantes de Francfort (Allemagne), qui a accueilli la table ronde " Hommage à l'hispanisme allemand ", en reconnaissance des érudits de la culture et de la langue espagnoles, une langue étudiée par 800 000 personnes dans ce pays, où l'on compte plus de six millions de locuteurs natifs. La reine Letizia, accompagnée du ministre de la Culture, Miquel Iceta, a présidé la réunion, qui a été ouverte par le directeur de l'institution, Luis García Montero, et modérée par le professeur Dieter Ingenschay. Don Felipe s'est joint à l'événement à la fin (après avoir visité le siège de la Banque centrale européenne) et, avec Doña Letizia, s'est entretenu avec les hispanistes.

Cette session académique au siège de Cervantes à Francfort marque la fin du voyage d'État du roi et de la reine en Allemagne, qui a été marqué mardi par l'ouverture de la Foire du livre 2022, le principal événement mondial dans le domaine de l'édition, dont l'Espagne est l'invitée d'honneur.

Luis García Montero a déclaré que cette réunion reconnaît l'importance que l'Espagne et l'Institut Cervantes attachent à l'hispanisme dans la diffusion de la langue et de la culture espagnoles. Les hispanistes allemands, a-t-il rappelé, ont contribué à la diffusion internationale de figures telles que José Martí et Alejo Carpentier, et ont défendu la littérature féminine en espagnol. "J'espère que cette réunion présidée par Sa Majesté la Reine, avec l'aide du ministère de la Culture, permettra de souligner l'importance que nous attachons au travail des hispanistes en général et, très spécifiquement, à l'hispanisme allemand", a-t-il conclu.

Dieter Ingenschay (1948), professeur émérite de littératures hispaniques à l'université Humboldt de Berlin, a prédit que "l'avenir de l'hispanistique sera dynamique et prometteur, pas nécessairement facile, mais riche en nouvelles idées et perspectives". Il a exprimé la gratitude des hispanistes pour "l'aide et le soutien solidaire que l'Espagne nous apporte", a-t-il dit, comme en témoigne la mention expresse que le roi a faite lors de l'inauguration officielle de la foire.

L'expert chevronné a résumé la trajectoire de ces études en Allemagne tout au long des 19e et 20e siècles, qui étaient liées aux disciplines romanistes. L'orientation a changé avec la création en 1973 de l'Association allemande des hispanistes (AAH), qui compte aujourd'hui 450 membres.

Depuis lors, l'AAH étudie les changements apportés par la Transition, qui a mis l'Espagne à la mode, et pas seulement dans le secteur du tourisme. Cela a entraîné un grand flux d'échanges (de type Erasmus) et la prolifération de thèses de doctorat sur notre culture, avec un accent particulier sur Calderón de la Barca et Federico García Lorca.

"Changer les approches"

Ingenschay a ensuite animé la session académique, au cours de laquelle cinq jeunes hispanistes ont proposé "d'élargir les marges et de changer l'orientation" de ces études, chacun dans sa discipline respective : traduction, didactique, linguistique, recherche, etc.

Marília Déa Jöhnk a revendiqué l'importance de la traduction littéraire, fondamentale dans la discipline de la littérature comparée, et a regretté que la traduction - un domaine dans lequel les femmes ont excellé - ne soit pas aussi valorisée que l'écriture elle-même. Pour sa part, Lena Hein, représentant les doctorants, a mis en avant les recherches sur la littérature écrite en exil, comme les cas de Max Aub et María Zambrano.

Danae Gallo González a préconisé de chercher de nouvelles voies vers l'hispanisme, en éliminant les "biais cognitifs dominants" tels que le sexisme, le racisme ou la phobie envers les mouvements LGTBI. Marco García a souligné l'intérêt de dépasser la perspective traditionnelle de la linguistique hispanique en Allemagne, qui s'appuie encore sur des sources du 19ème siècle. Et Victoria del Valle a proposé de "réviser le filtre canonique" de la didactique de l'espagnol, la discipline la plus transversale, dont l'importance est démontrée par la forte augmentation du nombre d'apprenants de l'espagnol au cours des vingt dernières années.

Après les discours, la Reine a signé le livre d'honneur de Cervantes et a posé avec des hispanistes et des professeurs d'espagnol dans le jardin du centre pour une photo de famille. Don Felipe s'est ensuite joint à nous et a discuté avec le personnel de l'Institut Cervantes.

L'espagnol en Allemagne

L'Allemagne compte 6,2 millions d'utilisateurs potentiels de l'espagnol, dont quelque 400 000 (6 %) sont de langue maternelle espagnole. Parmi eux, les trois quarts (environ 300 000) sont des immigrés, principalement d'Espagne, du Mexique et de Colombie (ils ne représentent que 2,5 % de tous les immigrés en Allemagne) et sont socialement intégrés.

Les 5,5 millions d'utilisateurs restants de l'espagnol ont une compétence limitée ou l'étudient, soit dans le cadre de l'enseignement formel, soit d'une autre manière. Il s'agit des données du livre "Démolinguistique de l'espagnol en Allemagne", que l'Instituto Cervantes a présenté en février 2021, et dont le contenu complet peut être consulté dans le Centre virtuel Cervantes.

L'Institut Cervantes, qui a été créé en Allemagne dans les années 1990, compte cinq centres : Berlin, Munich, Francfort, Hambourg et Brême. Plus de 150 000 personnes ont appris ou amélioré leur espagnol dans ses salles de classe.

L'espagnol est la troisième langue étrangère dans l'enseignement secondaire, avec plus d'un demi-million d'élèves chaque année. Quatre sur cinq sont dans l'enseignement général, les autres dans des écoles professionnelles.

Autres activités à Francfort

Les activités sur l'hispanisme allemand se poursuivront jeudi et vendredi lors d'une conférence à l'Institut Cervantes de Francfort, qui réunira des enseignants, des écrivains et des traducteurs pour discuter de la situation et des défis de l'hispanisme.

Le programme organisé dans le cadre du Salon du livre comprend également le débat "L'espagnol et le pouvoir économique de la langue à l'ère numérique", qui sera animé jeudi par le ministre de la Culture, Miquel Iceta, et Luis García Montero, et clôturé par la première vice-présidente du gouvernement espagnol, Nadia Calviño.

Également au Cervantes (à 18 h), le colloque "¡Hola Unicornio !", avec les illustratrices espagnoles Sonia Pulido, María Hesse et Núria Tamarit et Jakob Hoffmann, commissaire de l'exposition "Ilustrad/AS. Un regard sur la création féminine dans l'illustration d'avant-garde", qui peut être visitée au centre même jusqu'au 23 janvier.

Soumis par José Antonio Sierra, conseiller Hispanismo. 

Plus dans Culture
“Colonización: Miradas a un paisaje inventado”
"Miradas a un paisaje inventado" est une exposition qui rappelle l'expérience la plus novatrice dans la reconstruction d'une Espagne dévastée après la guerre civile : la création d'un vaste réseau de villages dans les zones les plus inhabitées du pays

Ce projet de colonisation de l'Espagne vide