Les défis auxquels le secteur des médias est confronté en termes de dimensions, de contenu, de message et d'audience, dans le contexte d'un monde en devenir, ont été au cœur du Saudi Media Forum organisé les 20 et 21 février à Riyad

Le Saudi Media Forum discute des défis de la presse transcontinentale

Saudi Media Forum
photo_camera Saudi Media Forum

Pour sa troisième édition, le Saudi Media Forum a mis en lumière les différents défis auxquels sont confrontés les médias et l'information dans la mission de transmettre leurs contenus et de les faire parvenir à d'autres continents. Des experts en la matière et des journalistes professionnels se sont réunis à Riyad pour discuter du sujet et proposer des recommandations pour améliorer la réalité des médias dans les pays arabes ainsi que dans d'autres nations du monde. 

  1. Identifier les échecs en matière d'autonomisation des médias
  2. Les clés pour capter l'audience souhaitée
  3. Les nouvelles technologies au service d'un contenu riche et utile
  4. Un contenu utile et attrayant est le service idéal offert par la presse

Identifier les échecs en matière d'autonomisation des médias

Mohammed Tunusi, journaliste saoudien et consultant en information ayant une longue expérience de onze plateformes médiatiques, tant écrites qu'audiovisuelles, a mis en évidence les trois principaux problèmes des médias en tant qu'institutions médiatiques dans les pays arabes : 

  • Traditionnalité : ne pas savoir comment faire face aux nouveaux défis posés par les nouveaux contenus. Parfois, cette ignorance peut aller jusqu'à combattre le côté électronique de la presse et s'accrocher à la tradition, au lieu d'apprendre à en tirer profit. 
  • S'accrocher aux gloires du passé : il s'agit d'un autre facteur d'échec, lorsque l'institution est attachée à ses réalisations obtenues grâce à un travail et à des efforts planifiés ou simplement au hasard et oublie de se mettre à jour et de s'adapter aux nouvelles conditions imposées par le travail journalistique.
  • L'imitation : c'est la principale cause du retard pris par la plupart des médias, chaque chaîne voulant ressembler à l'autre. C'est exactement ce qui s'est passé avec Alikhbaria, qui voulait ressembler à Al Arabiya.

La solution, selon Mohammed Tunusi, est de miser sur la localité, car c'est une carte gagnante qui garantit une bonne performance de l'information, qui est l'essence même du contenu. "Nous avons besoin d'un média qui respecte l'esprit des gens et transmet fidèlement ce qui a été réalisé afin de transcender les continents", conclut-il. 

Saudi Media Forum
Saudi Media Forum

Les clés pour capter l'audience souhaitée

Mohammed Abdelmotaal, PDG de MBC Egypt, qui a 30 ans d'expérience dans les médias, a expliqué comment le groupe médiatique a réussi à suivre l'évolution des types de téléspectateurs, en expliquant que "nous commençons toujours par la recherche, l'étude et l'information en nous concentrant sur le public cible".

"L'aide d'agences de recherche ou de marketing est cruciale pour connaître notre public, sa classe sociale, son niveau culturel et économique, afin d'obtenir le bon message à transmettre à ce public", a souligné le directeur général de MBC Egypt, en mettant l'accent sur le contenu en tant qu'élément central du travail journalistique. 

La mission consiste à faire en sorte que ce contenu se distingue par sa nouveauté, son exclusivité et sa qualité. Pour atteindre cet objectif, l'utilisation de la technologie, la mise à jour et l'adaptation aux besoins du public doivent toujours être utilisées, a souligné Mohamed Abdelmotaal. 

Il a insisté sur l'importance de savoir à qui l'on s'adresse et de lui offrir le bon message, puis d'instaurer la confiance en présentant de bonnes informations, les vraies nouvelles, et en prônant la crédibilité et l'exclusivité. Deux piliers qui construisent la relation entre la chaîne et les téléspectateurs, tant en Égypte que dans le monde arabe.

Saudi Media Forum
Saudi Media Forum

Les nouvelles technologies au service d'un contenu riche et utile

Aadwan El Ahmari, rédacteur en chef d'Independentarabia et président de l'organisation des journalistes saoudiens, a commencé par présenter l'expérience "Lisez-le et écoutez-le" lancée par le journal. L'idée, a-t-il expliqué, est d'intégrer les technologies à l'intelligence artificielle pour charger les articles également en support audio. 

Selon la vision d'El Ahmari, avant, le journaliste global était celui qui savait écrire ou enregistrer et éditer, mais aujourd'hui, le journaliste global est celui qui peut être n'importe où avec un téléphone portable, comme en Ukraine ou à Gaza, enregistrer des vidéos, écrire des textes, télécharger le matériel et mettre le slogan du journal en haut. 

Tous les journaux disposent aujourd'hui de plateformes électroniques. Toutefois, certains d'entre eux conservent quelques exemplaires sur papier pour ceux qui veulent les lire. L'important est de respecter toutes les générations.  

Aadwan El Ahmari a également précisé qu'"il y a des technologies qui aident le journaliste paresseux à être plus paresseux", en donnant l'exemple d'Echobox, qui programme la publication de tout le contenu du journal directement sur les réseaux sociaux au moment que le rédacteur en chef juge opportun pour chaque zone distincte. 

Cependant, cette technique reste paresseuse et peu créative et nécessite une intervention humaine pour bien formuler le tweet, à titre d'exemple.  "Contrairement à l'anglais, l'utiliser en arabe est un gâchis ; car la crise à laquelle nous sommes confrontés dans le monde arabe est l'absence d'un langage de programmation arabe en intelligence artificielle jusqu'à présent et toutes les tentatives sont presque négligeables", a souligné le rédacteur en chef d'Independentarabia.  

Atalayar en el Saudi Media Forum
Atalayar au Forum saoudien des médias

Un contenu utile et attrayant est le service idéal offert par la presse

Pour sa part, Javier Fernández Arribas, président du Club de la presse internationale et directeur du magazine Atalayar Entre Deux Rives, a insisté sur la nécessité de consolider les services sociaux et d'offrir aux citoyens des contenus médiatiques de qualité. 

"À l'ère de l'information et de la communication, le plus important est de travailler sur des contenus médiatiques attrayants et utiles qui permettent aux gens non seulement d'en profiter et de s'informer, mais aussi de les apprécier", a souligné Javier Fernández Arribas, précisant qu'il s'agit là de la méthode idéale pour attirer le public des journaux, de la radio, de la télévision ou même des réseaux sociaux.

Javier Fernández Arribas en el Saudi Media Forum
Javier Fernández Arribas au Forum saoudien des médias

En Espagne, comme dans plusieurs pays du monde, l'abondance d'informations conduit parfois à des vagues d'informations erronées ou de fausses nouvelles, ce qui crée des doutes chez les destinataires et provoque l'intoxication des médias, selon Javier Fernández Arribas. 

"Nous ne pouvons contrôler cette invasion d'informations que si nous disposons de professionnels experts dans le domaine de la presse pour donner les nouvelles à partir de leur source fiable et transmettre au lecteur la réalité de ce qui se passe autour de lui", a ajouté le président du Club de la presse internationale. 

Répondant à la question "comment attirer un large public et le garder ?", Javier Fernández Arribas conseille de combiner ce qui est important avec ce qui est attrayant, afin d'éviter que le lecteur ou le téléspectateur ne s'ennuie. Pour ce faire, nous devons nous efforcer de savoir comment satisfaire la curiosité des lecteurs. 

Saudi Media Forum
Saudi Media Forum

Dans ce sens, Javier Fernández Arribas a souligné le véritable rôle primordial des médias et de l'information dans la lutte contre les "fake news", en faisant un travail sérieux et fructueux avec des personnes responsables et des journalistes professionnels. 

Nous devons être efficaces pour faire face aux défis économiques, construire des ponts de dialogue et de coexistence entre les différentes cultures et consolider les relations entre les États arabes du Golfe et l'Europe, en particulier entre l'Espagne et l'Arabie saoudite.