COP28, entre déception et mesures d'envergure

PHOTO/PIXABAY - Dubai destaca económicamente en los EAU
PHOTO/PIXABAY - Dubaï se distingue économiquement dans les EAU

Lors des derniers sommets sur le climat de Glasgow et de Charm el-Cheikh, la communauté internationale a été incapable d'atteindre des objectifs crédibles et réalistes : pas de chiffres et pas d'échéances, se fermant à la promesse des pays représentés de prendre des engagements plus importants en termes d'atténuation des émissions nocives et de financement pour aider les pays les moins favorisés à compenser leur hypothétique refus de se développer en polluant. Le nouveau sommet, qui se tiendra à Dubaï à partir du 30 novembre, aura encore moins de marge de manœuvre pour résoudre le dilemme de plus en plus pressant : continuer les esquives et les atermoiements qui permettent l'élévation brutale de la température de la planète par les gaz à effet de serre, ou prendre les décisions drastiques qui s'imposent d'emblée.  

Le pétrole étant le principal carburant polluant, le fait que la réunion se tienne dans un grand pays producteur de pétrole et que le président du sommet soit le sultan A-Jaber, ministre de la Technologie et de l'Innovation des Émirats arabes unis (EAU) et dirigeant de la compagnie pétrolière nationale d'Abu Dhabi, pourrait faciliter la conclusion d'un accord ferme visant à mettre un terme à l'augmentation brutale du réchauffement de la planète enregistrée ces dernières années. Mais il est également indéniable que la quasi-totalité des organisations environnementales, ainsi que la société civile des pays qui revendiquent leur droit au développement, font preuve d'une indéniable méfiance, arguant implicitement que ce ne sont pas elles qui sont à blâmer pour le plus grand défi auquel est confrontée la planète dans son ensemble, mais les grandes puissances industrielles qui ont atteint leur niveau actuel de richesse et de développement en polluant sans relâche depuis un siècle et demi.  

Dans cette ligne vindicative, le Brésil présentera l'idée la plus originale et la plus risquée en termes de coûts : la création d'un fonds pour aider à préserver les forêts tropicales et les forêts humides qui existent encore dans une trentaine de pays dans le monde. Luiz Inácio Silva da Silva, président du pays, présentera son ambitieux projet, qui consistera en un mécanisme de paiement par hectare de forêt tropicale encore debout. Financé par une institution financière multilatérale, Lula entend faire de ce fonds un atout suffisamment convaincant pour que les gouvernements des pays concernés mettent fin à l'abattage systématique des arbres tropicaux.  

Annoncée par la ministre brésilienne de l'Environnement, Marina Silva, la proposition met à nouveau l'accent sur "la compensation que les pays industrialisés doivent assumer pour leur responsabilité dans la pollution et la déforestation, afin que ce financement contribue à préserver ce qui reste et même à favoriser un retour à la croissance de ces forêts tropicales".  

Lula se présentera au sommet avec des chiffres qui montreraient que le Brésil a stoppé la déforestation brutale de la forêt amazonienne au cours de la première année de son mandat. Selon le rapport annuel de l'Observatoire du climat, le Brésil aurait émis 9,4 milliards de tonnes de gaz à effet de serre dans l'atmosphère au cours de la période 2019-2022, les quatre années qui coïncident avec la présidence de Jair Bolsonaro, même si, au cours de la dernière de ces années, les émissions du pays ont diminué de 8 %.  

L'actuel président brésilien montrera également que l'hostilité traditionnelle entre les défenseurs de l'environnement et les éleveurs qui brûlent la forêt pour faire place à des pâturages peut être surmontée. Comment ? En réhabilitant des régions du pays qui comportaient autrefois de vastes étendues de pâturages et qui sont aujourd'hui dégradées, mais qui présentent un grand potentiel pour différentes cultures. Ainsi, selon le ministère de l'Agriculture à Brasilia, en dix ans, le pays augmentera ses terres arables de 65 millions d'hectares actuellement à 105 millions d'hectares, avec un investissement de quelque 115 milliards d'euros. Et, évidemment, Lula veut que cette architecture et cet argent soient payés par les puissances les plus industrialisées.  

Du côté de l'UE, Wopke Hoekstra, commissaire au climat et négociateur principal de la COP28, est convaincu que le sommet doit accélérer les actions concrètes en matière d'atténuation, d'adaptation, de pertes et dommages et de financement du climat, tout en promouvant une COP28 qui ne laisse personne de côté. Des objectifs que le sultan Al Jaber dit partager, tout en appelant à la finalisation du premier bilan mondial dans le cadre de l'accord de Paris. Il devrait s'agir d'un tournant pour l'action climatique au cours de cette décennie, crucial pour enfin définir les mesures à prendre pour continuer à habiter et à profiter de la seule planète sur laquelle il nous reste à vivre. 

Envíanos tus noticias
Si conoces o tienes alguna pista en relación con una noticia, no dudes en hacérnosla llegar a través de cualquiera de las siguientes vías. Si así lo desea, tu identidad permanecerá en el anonimato