La journaliste et correspondante María Senovilla a analysé les derniers développements du conflit ukrainien au micro de l'émission "De cara al mundo" d'Onda Madrid

Les drones révolutionnent le deuxième anniversaire de la guerre en Ukraine

Après deux ans de guerre, dans la plupart des régions occupées, les Ukrainiens n'ont pas pu rentrer chez eux et ceux qui sont revenus dépendent de l'aide humanitaire. Un sujet abordé par la journaliste et correspondante María Senovilla dans l'émission "De cara al mundo" de Onda Madrid.

María, deux ans après l'invasion russe, combien de mois sur les 24 que vous avez passés sur le terrain ?

J'ai été sur le terrain pendant des jours, pas des mois. Ce week-end, j'ai atteint les 500 jours cumulés sur le terrain en comptant la guerre depuis l'Ukraine.

Vous venez de rentrer du front, vous étiez avec une unité de drones, dites-nous si les drones sont l'un des principaux protagonistes de cette guerre ?

Les drones ont été la grande nouveauté de cette guerre, pas les drones eux-mêmes, mais leur utilisation dans la guerre et, surtout, tous les commandants, tous les soldats qui travaillent avec les drones ; la chose la plus importante est qu'avec un drone, vous pouvez sauver la vie d'un soldat. Alors qu'auparavant, un soldat était nécessaire pour effectuer des repérages ou même des tâches d'infanterie et de sabotage, aujourd'hui, cette tâche peut être prise en charge par un drone. 

Cela ne coûte pas une vie, et une vie qui a l'avantage supplémentaire de nécessiter une formation et une expérience militaires. Tout le monde vous dit donc que les drones sauvent la vie de leurs camarades. Pour l'instant, c'est la Russie qui aurait l'avantage de l'utilisation, du maniement et surtout de l'arsenal des drones. Actuellement, c'est la Russie qui a le contrôle de l'espace aérien et des contre-mesures électroniques.

Ils m'ont dit que depuis quelques mois, ils ont beaucoup de mal à travailler parce que, surtout, les drones les plus simples, les drones Mavic, ne peuvent pas être désactivés. Il s'agit d'une sorte de radar qui permet de localiser ces drones et ils perdaient un grand nombre de véhicules sans pilote. 

Dans le poste que j'ai occupé, ils travaillent avec un drone Valkyria, qui est beaucoup plus cher, mais qui a la possibilité d'être désactivé pendant le vol. De cette façon, ils ne le récupèrent pas, ils le réactivent plus tard et le drone retourne chez lui. L'armée ukrainienne semble se réduire comme peau de chagrin. Si elle était déjà en difficulté à cause du manque de munitions qu'elle continue à harceler de façon angoissante, voilà que la question des contre-mesures électroniques russes, qui se sont multipliées, lui rend très difficile le travail avec les drones.

Maria, que s'est-il passé à Adviidka ? Le retrait ukrainien a été plus rapide que prévu, tandis que la Russie a fait état d'exécutions sommaires de soldats qui n'ont pas pu partir à temps. 

Ils semblent avoir été repérés par des drones, justement, et effectivement le retrait a été quelque peu désordonné. Mon opinion est qu'ils avaient l'intention de tenir jusqu'à l'anniversaire et de se retirer juste après, pour que la Russie ne puisse pas marquer cet objectif, cette victoire symbolique, et que lorsqu'ils ont manqué d'artillerie, lorsque la Russie a intensifié ses attaques, et des membres de la brigade d'assaut, qui se trouvaient à l'intérieur de la ville, m'ont dit que la Russie avait intensifié ses attaques ces derniers jours, et qu'elle les attaquait avec tout, avec des bombes guidées, avec un cluster, avec des RPG, avec tout ce que l'on peut imaginer. Pour répondre à cette puissance de feu très intense des Ukrainiens, il aurait fallu qu'ils disposent d'un petit arsenal, ce qui n'était pas le cas à Adviidka à ce moment-là.

Ma théorie est qu'ils prévoyaient de tenir une semaine de plus afin que même la Russie puisse prendre cette enclave avant l'anniversaire. Ils se sont retirés plus rapidement que prévu. Le fait est que l'on dit que jusqu'à un millier de soldats ukrainiens auraient pu rester sur place et, grâce à ces drones d'observation, ils ont pu voir, ils ont pu filmer comment les troupes russes n'ont pas respecté les accords de Genève concernant les prisonniers de guerre et les ont exécutés.

Militares ucranianos apilan sacos de tierra para construir una fortificación no lejos de la ciudad de Avdiivka, en la región de Donetsk, en medio de la invasión rusa de Ucrania, el 17 de febrero de 2024 – PHOTO/Anatolii STEPANOV/AFP
Des militaires ukrainiens empilent des sacs de terre pour construire une fortification non loin de la ville d'Avdiivka, dans la région de Donetsk, au milieu de l'invasion russe de l'Ukraine, le 17 février 2024 - PHOTO/Anatolii STEPANOV/AFP

Ce n'est pas la première fois qu'elles le font et ce n'est pas surprenant. Par ailleurs, les bombardements russes se poursuivent. Nous sommes à quelques heures de l'anniversaire. L'autre jour, j'ai vu où les bombes tombaient et c'était trop près de l'endroit où vous dormez et ils vous ont laissé sans eau potable à Kramatorsk. 

Oui, la semaine a été très dure. Ce matin, alors que je quittais Kramatorsk, les sirènes anti-aériennes ont retenti à nouveau. Il ne semble donc pas que la vague de bombardements précédant l'anniversaire soit terminée. Ils ont attaqué des cibles critiques, pour ainsi dire, des infrastructures essentielles, telles qu'une station d'épuration. Il s'agit d'ailleurs d'une cible totalement civile, puisqu'il n'y avait pas de soldats sur place. Ils ont lancé des missiles S-300. Ils ont d'ailleurs endommagé un grand nombre d'immeubles résidentiels de l'autre côté de la rue, en faisant exploser toutes les fenêtres. Ils nous ont également privés d'eau potable. Le maire de Kramatorsk a publié hier une déclaration indiquant que de "l'eau technique" avait été pompée dans le réseau, ce qui n'est pas approprié pour boire, bien sûr, ni pour cuisiner, ni pour se brosser les dents, et ils ont dit que ce n'était même pas approprié pour prendre une douche. Imaginez la situation que nous connaissons actuellement dans cette ville. 

Ce n'était pas le seul bombardement. Des blocs de maisons, des secteurs privés, qui sont des maisons basses où il y a eu des morts et des blessés. Tout au long de la journée, les sirènes anti-aériennes ont été très actives.  

Puente sobre el río Dónetsk a su paso por el sur de Járkiv, totalmente destruido durante los primeros meses de la invasión rusa de Ucrania - PHOTO/MARÍA SENOVILLA
Pont sur la rivière Donetsk dans le sud de Kharkiv, qui a été complètement détruit au cours des premiers mois de l'invasion russe de l'Ukraine - PHOTO/MARÍA SENOVILLA

Le président Volodimir Zelensky a donné une interview à la chaîne américaine Fox sur la ligne de front, pratiquement dans la ville de Kupiansk. Que dit Zelensky ? Semble-t-il optimiste malgré les problèmes qu'il rencontre ? 

La première chose qu'il a dite est que la guerre n'est pas dans l'impasse, ce que l'ancien chef des forces armées ukrainiennes, Valery Zaludny, a dit il y a quelques mois lorsqu'il a donné une autre interview à un média anglo-saxon, et a affirmé que la guerre contre la Russie était actuellement dans l'impasse. 

Zelensky n'a pas tardé à réagir. Il a affirmé que ce n'était pas le cas. Il a affirmé que l'Ukraine pouvait encore gagner la guerre et, en outre, récupérer tous les territoires que la Russie occupe actuellement. Bien sûr, a-t-il averti, une forte impulsion est nécessaire de la part des partenaires occidentaux, car ils n'ont plus de munitions, la Russie contrôlant désormais le ciel. Il s'agit là d'un clin d'œil évident de Zelensky aux F-16, dont certains seraient déjà en Ukraine, mais dont les pilotes sont encore en formation. 

La mise en scène est d'ailleurs remarquable. À deux ou trois kilomètres des troupes russes, dans la ville de Kupiansk, ils ont installé un décor, un scénario presque apocalyptique, avec deux chaises, l'une pour le journaliste, l'autre pour le président. Et c'est là qu'ils ont enregistré l'interview, tandis que l'on entendait des duels d'artillerie en arrière-plan. Une déclaration d'intention, une mise en scène, surtout axée sur les partenaires occidentaux, tant les États membres de l'Union européenne que, bien sûr, les États-Unis, qui bloquent toujours un paquet d'aide militaire et économique de plus de 60 milliards, dont le besoin se fait cruellement sentir sur le front, car ce paquet comprend des munitions, davantage d'armes lourdes, ainsi que de l'argent pour payer les salaires des soldats qui se trouvent actuellement sur le front. Dans certaines brigades, il y a des retards dans les salaires, dans les salaires versés aux soldats. 

Esta fotografía tomada y publicada por el servicio de prensa presidencial de Ucrania el 4 de febrero de 2024 muestra al presidente Volodymyr Zelensky (C) posando para una fotografía con militares durante su visita a la región de Zaporizhzhia - AFP/ SERVICIO DE PRENSA PRESIDENCIAL DE UCRANIA
Cette photographie prise et diffusée par le service de presse de la présidence ukrainienne le 4 février 2024 montre le président Volodymyr Zelensky (C) posant pour une photo avec des militaires lors de sa visite dans la région de Zaporizhzhia - AFP/ SERVICIO DE PRENSA PRESIDENCIAL DE UCRANIA

Enfin, Maria, vous me disiez que lors de votre visite au commandant de cette unité de drones, l'un des responsables de l'unité avait été formé en Espagne, n'est-ce pas ? 

C'est exact, le commandant de cette unité de drones de la 22e brigade était l'un des soldats ukrainiens qui s'est rendu en Espagne l'année dernière pour recevoir une formation et il se trouvait à Ségovie. Il m'a montré des photos des endroits mentionnés par Pedro, où on lui a peut-être appris à utiliser ce type de véhicule, car ce que je vois ces jours-ci, ces jours-ci et ces derniers mois, dans les tranchées de l'Ukraine, c'est que les soldats ukrainiens sont de plus en plus nombreux à s'engager dans la lutte contre le terrorisme, c'est que les soldats ukrainiens deviennent de plus en plus polyvalents, ils sont passés par de plus en plus de disciplines, en plus de ceux, par exemple, qui manipulaient des drones, l'un d'entre eux venait de l'artillerie auparavant, celui que je vous dis qui était à Ségovie, ils lui ont probablement appris à manipuler ces véhicules blindés. Ils acquièrent une formation de plus en plus polyvalente. 

Envíanos tus noticias
Si conoces o tienes alguna pista en relación con una noticia, no dudes en hacérnosla llegar a través de cualquiera de las siguientes vías. Si así lo desea, tu identidad permanecerá en el anonimato