L'expulsion de Téhéran est certifiée pour avoir violé les droits humains des femmes et des filles dans le pays

L'Iran expulsé de la Commission des femmes de l'ONU

photo_camera PHOTO/ARCHIVO - Femme dans une rue iranienne

La participation de l'Iran à la Commission des Nations unies sur le statut de la femme n'a duré que neuf mois. Ce n'est que cette année que Téhéran est devenu membre de la Commission et il a maintenant cessé de l'être après l'approbation de la proposition présentée par les États-Unis d'expulser Téhéran de la Commission. La répression exercée par les forces de sécurité iraniennes a suscité l'inquiétude de la communauté internationale qui, face à la violation continue des droits des femmes iraniennes, a décidé de prendre la mesure d'expulser le pays d'Ali Khamenei de la Commission des femmes.

La requête envoyée par les Américains demandait "le retrait immédiat de la République islamique d'Iran de la Commission de la condition de la femme pour le reste de son mandat 2022-2026". Kamala Harris, vice-présidente des États-Unis, ne juge pas le pays iranien "apte" à faire partie de cet organisme. Ils ont donc décidé de lancer une initiative qui s'est concrétisée hier par un vote qui, avec 29 voix pour, huit contre et 16 abstentions, a certifié l'expulsion de l'Iran de la Commission.

logo-onu

Certains, comme la Russie, la Chine et le Nicaragua, ont dénoncé cette décision comme étant purement politique et loin d'une réelle intention de protéger les femmes iraniennes. Avant que le vote n'ait lieu, 17 pays se sont joints à l'Iran pour envoyer un texte mettant en garde contre le danger d'un vote qui "créera sans aucun doute un précédent indésirable qui empêchera finalement d'autres États membres ayant des cultures, des coutumes et des traditions différentes... de contribuer aux activités de ces commissions". Cependant, la demande iranienne n'a manifestement pas abouti.

Linda Thomas-Greenfield, ambassadrice américaine auprès des Nations unies, a déclaré à Arab News que l'ONU a "le sentiment que les Iraniens sont perplexes". Elle a ajouté que "le fait qu'ils étaient là (dans la salle) et qu'ils ont protesté (montre) clairement, pour des raisons qui ne sont pas claires pour moi, qu'ils veulent faire partie de ce Conseil". Toutefois, il estime que l'organisation a agi de manière cohérente en expulsant l'Iran car il s'agissait de la volonté "claire" des femmes et des militants iraniens, et qu'ils espèrent que, désormais, il y aura un véritable changement qui permettra à Téhéran de revenir.

linda-thomas-greenfield-embajadora-eeuu-onu

Amir Saeid Iravani, représentant permanent de l'Iran auprès des Nations unies, a qualifié la proposition des États-Unis d'"illégale" et a déclaré que le seul objectif de Washington était de mener une "politique hostile à l'égard des Iraniens, en particulier des femmes iraniennes". Les votes contre l'expulsion provenaient de la Russie, de la Chine, du Nicaragua, de la Bolivie, du Nigeria, du Kazakhstan, d'Oman et du Zimbabwe, qui ont également accusé Washington d'utiliser la proposition comme une arme politique. Cependant, la réalité est que, comme l'a noté Thomas-Greenfield, la Commission "ne peut pas faire son important travail si elle est minée de l'intérieur".

L'ambassadrice américaine estime que "l'adhésion de l'Iran en ce moment est une tache hideuse sur la crédibilité de la Commission", comme elle l'a déclaré après le dépôt de la résolution. Cela n'a rien de surprenant, étant donné que Washington a annoncé début novembre son intention d'expulser l'Iran, une idée soutenue dès le départ par les pays de l'UE et ses alliés australiens, canadiens et israéliens, et qui atteint maintenant son objectif en laissant le régime dictatorial de l'Iran en dehors de la Commission de la condition de la femme.

Plus dans Politique
Yahya Sinwar, jefe de Hamas en la Franja de Gaza- MAJDI FATHI / NurPhoto / NurPhoto vía AFP
Israël nie que le chef du Hamas à Gaza se soit enfui en Égypte par un tunnel, comme l'affirment les médias arabes. La photo d'un homme arrêté qui ressemble beaucoup à Sinwar a également circulé ces dernières heures

Où est Yahya Sinwar ?

Tinduf - PHOTO/FILE
Alger ne s’attendait nullement à pareil coup de la part de l’ambassadrice américaine Elizabeth Moore Aubin. Au moment où elle posait pour une photo souvenir avec les magistrats de la cour suprême à l’issue d’une visite qu’elle venait de rendre à leur institution, l’ambassade US diffusait un communiqué dissuadant les occidentaux à se rendre à Tindouf pour cause de terrorisme

Les Etats-Unis, l’Espagne et le Royaume Uni mettent en garde leurs ressortissants désireux de se rendre à Tindouf

Las princesas Lalla Meryem, Lalla Asmae y Lalla Hasnaa fueron recibidas por Brigitte Macron en Francia
Les princesses Lalla Meryem, Lalla Asmae et Lalla Hasnaa ont été reçues par l'épouse du président français Emmanuel Macron et l'ambassadeur de France a exhorté à clarifier la question du Sahara occidental, qui sépare toujours les deux nations

La France et son rapprochement avec le Maroc