L'incapacité de l'Algérie à contribuer à la résolution du conflit a également été dénoncée par Mouna Ouazzani, conseillère de la MINURSO, devant la Quatrième Commission de l'Assemblée générale de l'ONU

Le Maroc condamne devant l'ONU la situation des droits de l'homme à Tindouf

REUTERS/ZOHRA BENSEMR - Campamento de refugiados en Tinduf, al sur de Argelia
photo_camera REUTERS/ZOHRA BENSEMR - Camp de réfugiés à Tindouf, dans le sud de l'Algérie

Les violations continues des droits de l'homme dans les camps de Tindouf ont fini par épuiser la patience des réfugiés sahraouis. La fatigue après des années de traitement par le Front Polisario a créé une situation inconfortable pour les observateurs qui n'avaient aucun doute sur la situation. 

Les déclarations de la conseillère de l'ONU Mouna Ouazzani sont intervenues lors d'un débat général au sein de la commission des opérations de maintien de la paix, suite aux arguments du représentant algérien sur la situation des droits de l'homme au Sahara occidental. Le représentant du Royaume du Maroc a répondu que l'insistance de l'Algérie à soulever la question du Sahara signifiait que le pays était directement impliqué dans le conflit, ce que l'Algérie a continué à nier. 

PHOTO/FILE - El desierto del Sáhara Occidental
PHOTO/ARCHIVO -

Le diplomate a regretté que l'ignorance de l'Algérie en matière de maintien de la paix, qui est "comparable à la haine du Maroc", constitue un problème majeur pour les États membres qui effectuent des missions de maintien de la paix, y compris l'armée et la police. 

Il a également regretté que l'enquête sur l'Algérie "contamine" le débat sur les missions de maintien de la paix de l'ONU, surtout si le pays nord-africain lui-même ne contribue pas à la mission. "Il n'y a pas de casques bleus. Il n'y a pas de bérets bleus. Rien ne peut contribuer davantage à la sécurité de cette mission que les experts", a-t-il déclaré.

"Si votre pays se soucie vraiment de promouvoir et de protéger les droits de l'homme, pourquoi ne pas prendre des mesures pour améliorer les conditions dans le camp de Tindouf où ils se trouvent, comme l'a demandé le Conseil de sécurité ?" Quels sont les droits de l'homme fondamentaux qui sont maintenus contre la volonté des personnes dans ces camps ? 

REUTERS/RAMZI BOUDINA - Fotografía de archivo, el enviado para el Sáhara Occidental, Staffan de Mistura, visita el Museo Militar en el campamento de refugiados de Tinduf, Argelia, 16 de enero de 2022
REUTERS/RAMZI BOUDINA - Photo d'archive, l'envoyé pour le Sahara occidental Staffan de Mistura visite le musée militaire dans le camp de réfugiés de Tindouf, Algérie, 16 janvier 2022

Il a demandé : "Pourquoi ce pays permet-il au groupe armé du Polisario de recruter des enfants dans ces pays ? Pourquoi permettons-nous à ses dirigeants de menacer, d'agresser sexuellement et de violer les femmes et les jeunes filles dans les camps, y compris Brahim Ghali ? Pourquoi votre armée a-t-elle recours à des exécutions extrajudiciaires et sommaires de ces segments de la population ? Pourquoi permettons-nous la détention et la torture des dissidents de la direction corrompue du Polisario ?" a-t-il interrogé. Pour lui, les réponses à toutes ces questions sont claires et simples : "Non seulement l'Algérie ne se soucie pas des droits de l'homme, mais elle les ignore malheureusement". 

PHOTO/FILE - Tinduf
PHOTO/ARCHIVO -

Il a également rappelé une déclaration orale faite par la Haute Commissaire aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, devant le Conseil des droits de l'homme en mars 2022, exprimant sa profonde inquiétude quant aux violations des droits de l'homme par les autorités algériennes, dans laquelle elle déclarait : "Je suis préoccupée par la situation en Algérie. Nous assistons à des restrictions croissantes des libertés fondamentales, y compris une augmentation du nombre d'arrestations et de détentions de défenseurs des droits de l'homme". 

En septembre 2022, le Groupe de travail sur les disparitions forcées ou involontaires a réprimandé l'Algérie pour de graves violations des droits de l'homme. "L'Algérie est l'un des trois pays au monde où le nombre de disparitions forcées est le plus élevé", a-t-elle ajouté. 

PHOTO/AFP - Brahim Ghali, secretario general del frente Polisario
PHOTO/AFP - Brahim Ghali, Secrétaire Général du Front Polisario

Ouazzani a souligné le soutien financier et logistique de l'Algérie au Front Polisario "séparatiste" et a demandé au représentant algérien pourquoi le gouvernement algérien fermait les yeux sur les crimes graves commis par le Polisario à l'encontre des enfants et des femmes sur le terrain. Il a réitéré les appels du régime algérien pour que les villageois s'enregistrent, ce qu'il a systématiquement refusé. 

L'Algérie a continué à éviter la responsabilité de son implication directe dans le conflit du Sahara occidental, citant son statut d'"observateur" neutre, en dépit des résolutions des Nations unies (ONU) exigeant que le pays participe de manière adéquate au processus politique. 

Plus dans Politique