Les usines du pays se joignent à la grève le neuvième jour de protestation contre les résultats de l'élection présidentielle du 9 août

La plus grande manifestation de l'histoire du Belarus met en échec à Lukachenko

AFP/NIKOLA PETROV - Alexandre Loukachenko s'adresse aux travailleurs d'une usine de tracteurs de Minsk le 17 août

Ce dimanche, Minsk a été le théâtre d'une manifestation sans précédent dans l'histoire du Belarus, où plus de 200 000 personnes ont exigé la démission de Loukachenko, au pouvoir depuis 1994, et la libération de tous les prisonniers politiques. Deux morts, près de trois cents blessés et près de 7 000 personnes arrêtées, tel est le bilan de la répression policière de ces manifestations.  

Lundi matin, des milliers de manifestants se sont rassemblés devant les usines de tracteurs MZKT et MTZ à Minsk, ainsi qu'au siège de la télévision d'État du Belarus, brandissant le drapeau rouge et blanc symbolisant l'opposition. Chantant plusieurs slogans anti-gouvernementaux, des milliers de travailleurs ont exigé la fin des violences policières, la libération des personnes arrêtées lors des manifestations des jours précédents, la tenue de nouvelles élections dans le pays et la punition des responsables de la répression policière.  

Manifestación

« Nous n'oublions pas, et nous ne pardonnons pas », scandaient les manifestants rassemblés devant le siège de MZKT pendant le discours du président, comme on peut le voir sur les images vidéo diffusées par différents médias biélorusses. Plusieurs milliers d'employés de l'usine MTZ, dont la production est parmi les plus importantes du pays, ont cessé de travailler selon les déclarations faites par les travailleurs eux-mêmes à l'AFP.  

Alors que le président était à l'usine, certains de ses travailleurs, cités par le média d'opposition Tut.by, se sont plaints de ne pas avoir pu accéder aux locaux où le président biélorusse séjournait, visitant aujourd'hui, lundi, l'usine de tracteurs à roues VOLAT à Minsk pour affirmer que, malgré les grèves, l'industrie du pays « ne s'est pas arrêtée ». « En général, les usines fonctionnent », a-t-il dit, notant que le fait que quelque « 150 à 200 personnes aient décidé de faire grève ne signifie rien », affirmant que les usines fonctionnent généralement dans le pays malgré les appels à la grève. « Je vous réponds sur ce point : vous pouvez continuer à crier », a déclaré Loukachenko, ajoutant que « le Belarus a tenu des élections et il n'y en aura plus » en minimisant l'ampleur du mouvement de protestation.  

L'Union européenne a commencé vendredi à travailler pour imposer des sanctions aux fonctionnaires impliqués dans la violence et la falsification des résultats des élections qui ont donné à Loukachenko 80,1 % des voix selon les chiffres officiels et ont été dénoncées comme frauduleuses par l'opposition, selon l'agence de presse EFE.   

Le président du Conseil européen, Charles Michel, a convoqué lundi un sommet des dirigeants de l'UE pour discuter de la situation au Belarus, a-t-il déclaré sur son compte Twitter. Le président du Conseil européen a souligné que « le peuple biélorusse a le droit de décider de son avenir et de choisir librement son dirigeant », tout en condamnant comme « inacceptable la violence des forces de sécurité contre les manifestants ».  

Opositora

Dans une brève déclaration, le ministre britannique des affaires étrangères Dominic Raab a demandé une enquête indépendante de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) sur les élections présidentielles. « Le monde a observé avec horreur la violence utilisée par les autorités biélorusses pour réprimer les manifestations pacifiques qui ont suivi cette élection présidentielle frauduleuse », a déclaré Raab. Le chef de la diplomatie britannique a insisté pour que son pays travaille avec ses partenaires internationaux afin que les responsables de ces actions soient tenus responsables.  
Face à cette situation, la candidate de l'opposition bélarussienne à la présidence, Svetlana Tijanovskaya, actuellement en exil en Lituanie, a proposé de diriger le processus de normalisation au Belarus et d'organiser des « élections présidentielles propres et transparentes », comme on peut le voir dans une vidéo diffusée lundi sur les réseaux sociaux. « Je suis prêt à prendre mes responsabilités et à agir en cette période en tant que dirigeant national, à calmer le pays, à retrouver un rythme normal, à libérer tous les prisonniers politiques et à préparer rapidement les règles et conditions pour la tenue d'une nouvelle élection présidentielle », a déclaré l'opposant.

Envíanos tus noticias
Si conoces o tienes alguna pista en relación con una noticia, no dudes en hacérnosla llegar a través de cualquiera de las siguientes vías. Si así lo desea, tu identidad permanecerá en el anonimato