La Société espagnole de bienfaisance de Casablanca aide les Espagnols dans le besoin

“La Bene” célèbre 65 ans de solidarité espagnole au Maroc

"La Bene", Casablanca, Marruecos
"La Bene", Casablanca, Maroc

Ils se retrouvent tous les lundis pour déjeuner et se remémorer la ville de leur enfance : Casablanca. On y parle espagnol et français, mais aussi dariya, l'arabe dialectal marocain. Aujourd'hui, il y a de la paella. Teresa Pol Riera est l'une des 20 personnes qui participent régulièrement à l'événement hebdomadaire organisé par "La Bene" à son siège au centre de Casablanca, dans le quartier Gauthier.

Teresa est très reconnaissante à la Sociedad Española de Beneficencia de Casablanca (La Bene, comme tout le monde la connaît) pour son travail d'aide aux Espagnols vivant au Maroc dans le besoin. Elle est née à Barcelone et est arrivée au Maroc dans les années 1960. Elle a vécu dans plusieurs villes du pays, car son mari travaillait dans des barrages en tant que plongeur spécialisé, ainsi que dans différents ports marocains où il réparait des bateaux sous l'eau. Teresa n'a pas de besoin spécifique, elle est en bonne santé, mais les réunions de "La Bene" animent sa vie sociale parmi les Espagnols.

"Avec ces déjeuners hebdomadaires, on sort de la routine et on parle de tout : de l'Espagne et du Maroc", dit-elle. Teresa explique qu'il y a des personnes très âgées qui ne peuvent plus se déplacer facilement pour retrouver leurs amis en ville, alors ces rencontres sont comme de l'eau qui tombe du ciel. "On se retrouve avec des gens avec qui on a beaucoup de choses en commun parce qu'on vit à Casablanca depuis longtemps, et on fait beaucoup d'activités, on lit des livres et parfois on fait de la couture, ce que je sais très bien faire", ajoute-t-elle.

"La Bene"
"La Bene"

Teresa partage ses trois enfants, six petits-enfants et trois arrière-petits-enfants entre Casablanca, Rabat et la ville française de Montpellier. "Pour moi, Casablanca est un bon endroit pour être proche de ma famille : Rabat est à une heure de route et je prends parfois l'avion pour Montpellier et Barcelone”.

Beaucoup de ceux qui viennent à "La Bene" sont nés dans la première moitié du XXe siècle, une période où Casablanca a accueilli des émigrants espagnols fuyant la famine du début du siècle et la guerre civile de 1936. D'autres sont venus parce qu'ils ont épousé des Marocains ou parce que le destin les a amenés ici pour des raisons professionnelles. 

Dans la conversation des convives, le développement de Casablanca en tant que capitale économique du pays revient inévitablement sur le tapis. Ils la comparent à la Casablanca du siècle dernier. Aujourd'hui, il y a beaucoup plus d'entreprises internationales, de meilleures routes et infrastructures, ainsi que davantage de restaurants gastronomiques servant de la cuisine marocaine et internationale, ce qui donne à la métropole une effervescence constante. 

Teresa, qui est arrivée à Tanger en 1962 et a déménagé à Casablanca en 1968, se souvient qu'elle passait la majeure partie de sa vie sociale parmi les Espagnols. Ils organisaient des excursions dans les forêts environnantes et passaient la journée à pique-niquer et à faire des gymkhanas. L'un des lieux de rencontre était La Cascade, un restaurant de type chiringuito situé au milieu de la forêt près de Casablanca.

"Nous avons également profité de la plage du Dahomey, entre Casablanca et Rabat. Là, nous, Espagnols, coïncidions avec des familles françaises et italiennes", raconte Teresa. "Lorsque nous ne faisions pas d'excursions, nous étions presque toujours à la Casa de España ; nous avons célébré la fête andalouse, la fête de Madrid et, le jour de la Saint-Georges, nous avons offert une rose et vendu des livres", ajoute-t-elle.

"La Bene"
"La Bene"

Les convives des déjeuners "La Bene" viennent de toute l'Espagne.  Une femme de Santander s'est mariée et est venue au Maroc, une autre est de parents espagnols mais est née à Casablanca.  Ils sont nombreux et chacun a sa propre histoire. Il y a aussi les enfants issus de mariages entre Espagnols, d'une part, et Marocains, Italiens et Français, d'autre part. Et tous connaissent Soledad.

Soledad López est l'alma mater de "La Bene". Elle est l'infirmière qui s'occupe de toutes les personnes âgées et dépendantes de Casablanca et de sa région, ainsi que de celles de la région de Rabat et de Kénitra. "Nous nous occupons de leurs problèmes de santé, des bilans de santé, des opérations et des traitements en coordination avec les cliniques et les hôpitaux et nous faisons aussi du travail social pour ceux qui en ont besoin", explique-t-elle. Le lundi, un médecin vient en consultation, ce qui incite les Espagnols à se rendre à "La Bene". 

Soledad a fait des études d'infirmière à Barcelone et a travaillé en Suisse, mais elle a épousé un Marocain et est venue au Maroc en 1981.  Pendant de nombreuses années, sa vie professionnelle a été liée au travail d'aide de "La Bene". 

De nombreuses personnes restées à Casablanca après l'indépendance du Maroc en 1956 n'avaient pas de sécurité sociale en raison de l'absence d'accords bilatéraux avec l'Espagne. "La situation de vulnérabilité, à mesure qu'ils vieillissaient et avaient davantage de problèmes de santé, a fait de "La Bene" une bouée de sauvetage à laquelle s'accrocher lorsque les choses devenaient difficiles", explique Soledad.

Alberto Ordobás, Soledad López y José Pablo Díaz, "La Bene"
Alberto Ordobás, Soledad López et José Pablo Díaz, "La Bene"

José Pablo Diaz de Cerio est le trésorier depuis des décennies et veille à ce que les revenus soient optimisés autant que possible. Actuellement, "La Bene" est financée par des contributions de l'État provenant de deux ministères : le ministère des affaires étrangères, de l'Union européenne et de la coopération et le ministère du travail et de l'économie sociale. Et, dans une large mesure, par les contributions des entreprises basées au Maroc. Il n'est pas indispensable d'être une entreprise espagnole pour faire partie du club des sponsors de "La Bene", mais la grande majorité l'est.

"Les besoins augmentent et les fonds sont justes, nous avons besoin de plus d'entreprises pour collaborer", explique Alberto Ordobás, président de "La Bene". Alberto connaît bien le Maroc grâce à ses 14 années d'expérience dans le pays et unit ses forces pour améliorer la vie de ceux qui, pour une raison ou une autre, ont besoin d'aide. 

Alberto Ordobás, "La Bene"
Alberto Ordobás, "La Bene"

"La Bene aide environ 80 personnes dans les districts de Casablanca et de Rabat. Il y a quelques mois, l'un des bénéficiaires de "La Bene" s'est cassé la jambe et a passé une période de rééducation dans une résidence de l'État espagnol à Tétouan, dans le nord du pays. Alberto explique que cette résidence et une autre à Tanger sont des destinations courantes lorsque les Espagnols dans le besoin ne peuvent plus se débrouiller seuls. Nous essayons d'organiser des voyages dans le nord pour qu'ils connaissent le travail de ces maisons et sachent qu'ils peuvent y être bien soignés s'il n'est plus possible de vivre seuls".

Avant la pandémie, diverses activités de collecte de fonds étaient prévues. Depuis deux ans, "La Bene" organise un marché de Noël en décembre au siège de la Chambre de commerce, d'industrie et de navigation de Casablanca, avec laquelle elle a conclu un accord de coopération. La communauté espagnole et les Marocains ayant des liens avec l'Espagne s'y retrouvent pour écouter du flamenco, manger des churros, boire de la bière et parler espagnol. C'est un événement où les entreprises installent un stand et présentent leurs services et leurs produits. La Bene" gagne de l'argent pour ses activités. Les jeunes prennent des pénalités au stand de la Liga, on entend de l'espagnol partout et le succès du public pousse les organisateurs à fixer une limite de capacité pour éviter la surpopulation. C'est pourquoi un site plus grand est envisagé pour l'année prochaine. "Nous avons l'intention de toucher de plus en plus de partenaires bienfaiteurs pour faire connaître notre mission d'aide aux Espagnols dans le besoin", conclut M. Ordobás.

Envíanos tus noticias
Si conoces o tienes alguna pista en relación con una noticia, no dudes en hacérnosla llegar a través de cualquiera de las siguientes vías. Si así lo desea, tu identidad permanecerá en el anonimato