Avis

À la frontière de la dictature

El presidente del Gobierno español, Pedro Sánchez - PHOTO/AFP/JAVIER SORIANO
photo_camera PHOTO/AFP/JAVIER SORIANO - Le Président espagnol par intérim Pedro Sanchez est assis à la Chambre des députés pour assister au second vote parlementaire visant à élire le prochain Président espagnol, à Madrid, le 29 septembre 2023

Un homme politique amnistie d'autres hommes politiques pour rester au pouvoir. Tel est l'état de la question et de la question d'État. Le vrai problème de l'Espagne. Les lions du Congrès rugissent parce que l'unité et l'égalité sont en danger. Corruption maximale. 

L'amnistie, c'est la délégitimation de l'État de droit, la fin de la séparation des pouvoirs, l'annulation des trois premiers articles de la Magna Carta et le retour aux démocraties populaires qui sont tombées avec le mur de Berlin en 89. L'amnistie est incompatible avec la démocratie. 

La Constitution ne permet pas l'amnistie, pas plus que l'autodétermination ou l'esclavage. L'enquête sur Sánchez aura des conséquences. Son silence a été réclamé à cor et à cri. Qui ne dit mot consent.  

L'aventure du candidat Alberto Núñez Feijóo est terminée. L'ère Pedro Sánchez Pérez Castejón se prolonge pour 60 jours et 59 nuits : nous entrons dans l'autocratie, prélude à la dictature. Quatre ans de mandat seraient mortels pour les Espagnols. 

Les mathématiques parlementaires ne laissent planer aucun doute. Deux votes et le dernier résultat truqué : 172-177 et 1 nul.  Un certain Puyol, de Junts, a voté oui... mais il s'est avéré nul dix minutes après les consultations du Bureau. La VAR parlementaire, qui bousille le règlement.  L'impartialité du président est manifeste : comment peut-on considérer qu'un vote positif est nul et non avenu ? Il n'y a pas de place pour l'interprétation quand on dit oui. On croyait avoir tout vu dans l'hémicycle, mais on a assisté la semaine dernière à un renversement de logique. On a d'abord imposé les oreillettes, puis on a débattu de la réforme du règlement et enfin on l'a approuvée. N'est-ce pas une fraude à la loi ? 

Autre nouvel ingrédient dans le temple de la liberté : la censure préalable pour l'avenir. L'histoire aura raison du Sanchismo.  

Son heure est venue, le Front populaire est consolidé. Le chef de l'opposition s'est proclamé héritier de la Transition de 78 ; l'aspirant socialiste retourne dans les tranchées de la guerre civile. L'amnistie de Manuel Azaña pour les auteurs du coup d'État du 6 octobre 34 (Companys) a été transformée par le gouvernement socialo-communiste du docteur en économie en un soulagement pénal pour oublier le référendum illégal du 1er octobre 2017.  

L'accord parlementaire entre ERC et Junts demandant au gouvernement en place de payer en avance avec l'amnistie et en différé avec la consultation indépendantiste, le " couonazo catalan ", la dette historique de 456.000 millions d'euros et deux œufs durs ! !! est presque prêt. La sortie du FSE du Nord-Est a eu une réponse calculée de la part du PSOE et du PSC : dialogue, rencontre, coexistence. Des mots creux.  

Nous entrons dans une période de rabais jusqu'au 29 novembre. Soit un gouvernement de mensonges, soit une nouvelle élection.  

Je penche pour le premier : cet exécutif en exercice n'est pas légitimé à accepter cette amnistie et le reste du chantage parce que c'est anticonstitutionnel et parce qu'ils ont proclamé le contraire lors des élections. Bien sûr, Sánchez dira qu'il n'a pas menti, qu'il s'agit d'un simple changement d'opinion. Comme l'a dit Emiliano García Page, la Moncloa négocie avec des criminels constitutionnels.  

Le perdant essentiel 

Le président du PP a perdu l'investiture, mais il a investi dans l'avenir. Il a renforcé son leadership. Il a adopté un ton présidentiel. Il n'a pas le charisme de Suárez ni la séduction de González. Non, il n'en a pas, mais sa retranscription galicienne et son punch politique lui ont permis de surmonter toutes les vagues de l'océan d'une tempête parfaite. Et il en est sorti indemne. Il est bien au-dessus de la moyenne des politiciens habituels.  

Une étoile politique est née. Il a saisi son moment et son opportunité. Nous avons découvert un homme d'État. Même les orphelins du CDS, de l'UPyD et de Ciudadanos se sont sentis intégrés dans son discours centriste et modéré. 

Feijóo a laissé ces deux questions clés dans l'hémicycle : amnistie, oui ou non, référendum, oui ou non ?  Sur le banc bleu, le président en exercice est resté muet comme un mort. La réponse est simple : amnistie, oui ; référendum, aussi. Le projet révolutionnaire est toujours en cours.  

Le leader populaire a présenté un programme de gouvernement adapté à la réalité d'un pays où 25 % des citoyens ne gagnent pas la moitié d'un mois de salaire. Il a proposé six pactes d'État et même l'accord sur la sécheresse n'a pas été accepté dans une Espagne qui meurt de soif. Même Cuca Gamarra s'est bien débrouillée dans ses deux discours pour défendre son patron et ses 137 compagnons de route. Son plaidoyer final était incontournable : oui à la dignité, oui à l'égalité, oui à la liberté, oui à l'Espagne. Don Alberto reste le grand espoir de changement pour 8,5 millions d'Espagnols. 

Le temps de Sánchez 

Tous les représentants du PSOE ont oublié le mot amnistie. Interdit de le mentionner comme le mot crise à l'époque de Zapatero. Jusqu'à ce que cela lui explose à la figure alors qu'il nous insultait dans un hôtel cinq étoiles en nous traitant d'antipatriotes. Le compte à rebours a commencé. Le mal est fait. Et au vu du débat, il ne semble pas que le leader populaire ait perdu son temps.  

Honteux ce que l'on a vu sur la télévision de Roures, maître du signal et de la session parlementaire. L'image du Congrès a été pitoyable. Il s'est fatigué à obtenir les applaudissements du banc populaire à son premier militant et a évité d'exposer les visages de Bélmez du banc bleu. Les expressions du président en exercice ont confirmé que tout lui échappe. Absolument tout. Son attitude est indigne d'un démocrate.  

Le roi d'Espagne, harcelé sur les réseaux sociaux depuis 15 jours, recevra à nouveau les porte-parole parlementaires qui daignent venir à La Zarzuela pour demander au candidat du PSOE de former un nouveau gouvernement. Avec combien de voix ? Le même jour - peut-être mercredi - il rompra son silence complice avec ses compagnons de route vers l'abîme et s'adressera à la plèbe "urbi et orbi" en tant que "président du peuple". Comme Chávez et Maduro. Sans poser de questions, bien sûr.  

Il essaiera de nous convaincre que "l'ère miséricordieuse" de sa vice-royauté a commencé et que les conseillers juridiques d'ERC, Junts, Bildu et les "40 d'Ayete" (de Sumar) lui ont assuré, avec Enrique Santiago du PCE et le guide des FARC, que l'amnistie s'inscrivait dans la Constitution. Ensuite, ils feront en sorte que le référendum soit adapté.  

Préparons-nous à une campagne de propagande sans précédent sur terre, sur mer, dans les airs et dans l'espace. Et quiconque ne sera pas d'accord sera un fasciste d'extrême droite et ne sera pas autorisé à entrer dans le royaume du progressisme avant 2050. Si vous n'êtes pas progressiste, vous êtes politiquement mort.  

Des progressistes comme Puigdemont, reconverti en social-démocrate ; des progressistes comme Ortúzar, du rance PNV, ("Dieu et les vieilles lois"), comme le reconverti charnego Rufián (ERC) ou comme la dame Bildu (Mertxe Aispurúa) condamnée pour apologie du terrorisme. Une équipe de progressistes de haut vol dans le style du voyou de Valladolid Oscar Puente, qui qualifiait le PP de narcotrafiquants et Aznar d'instigateur de l'attentat du 11-M. Puente serait-il un petit-fils de l'"Homo Antecessor" ? 

Il suffit de demander au maire de Madrid, J.L. Martínez Almeida, qui a été réprimandé par le conseiller progressiste Daniel Viondi lors de la session plénière du conseil municipal, le menaçant de trois gifles parce qu'il "commettait une erreur".  

Viondi est le coéquipier du président au basket-ball. Il vit aux crochets de l'État depuis 15 ans et son caractère véhément - Lobato dixit - lui a permis de menacer un député podestat à l'Assemblée de Madrid avec cet avertissement sicilien : "Je vais t'arracher la tête". Il ne lui a pas suffi de la couper d'un coup de couteau.  Reste à savoir où Sánchez le relogera après sa révocation pour services rendus : à la Moncloa ? à Ferraz ? à Correos ? à SEPI ? à la RFEF ? à la CSD ? Gardez un œil sur le BOE. Puente, Viondi, Tito Berni... c'est le nouveau PSOE du peuple. 

Pendant ce temps, M. Sanchez se présente devant ses copains européens pour dire que "bientôt il y aura un gouvernement socialiste-communiste parce que le reste est d'extrême-droite". A qui il a envoyé, il y a douze ans, un courrier à la Rajoy-Bárcenas : il ne lui a pas dit "résistez, soyez forts" mais "donnez-lui du fil à retordre". Il saura à qui. 

Et, en même temps, le bruit se répand que les PP-VOX génèrent la division, la violence, la rupture de la société, la confrontation... Sánchez suit la doctrine de Puebla, en contaminant la langue et en instillant la haine. Ils sont même capables d'approuver par décret-loi le droit à la haine.  Une nouvelle conquête pour la majorité sociale progressiste. 

Il faut provoquer plus de tension que jamais pour que nous avalions la potion de l'amnistie par doses de 24/7 comme Zapatero l'a fait de 2004 à 2011.  

Le spectre du "oui, c'est oui 

Le sérieux des négociations du gouvernement avec les criminels constitutionnels n'a pas de limites ni de lignes rouges. Tout est bon pour rester au pouvoir. Il a déjà payé d'avance la mise en œuvre des "pinganillos en el congreso". (Seulement traduit en espagnol, la langue commune). L'ordre de Marlasca à Europol de retirer les terroristes du CDR de ses listes. Puigdemont a réussi à obtenir du ministre de l'EEE, dont je ne veux pas me souvenir du nom, qu'il demande aux partenaires de l'UE d'autoriser l'utilisation du catalan, du basque et du galicien comme langues officielles du Parlement et du Conseil "à nos frais, bien sûr".  

L'amnistie est un pas de plus dans la capitulation préventive devant les séparatistes et les terroristes qui aboutira simultanément à des référendums au Pays basque et en Catalogne. Toute la pression est sur les juges et les magistrats de la Cour suprême, du CGPJ et du TC. Le Tribunal des garanties, avec Conde Pumpido à sa tête, n'a aucun doute : il dira que tout est constitutionnel. À la Cour suprême, le PNV et les putschistes catalans ont déjà demandé les "poignées" et la tête du juge Llarena, qui enquête sur l'affaire 1-0, comme une mesure urgente et nécessaire.  

Le procureur général de l'État, Álvaro García Ortiz, a déjà déclaré que l'amnistie était un problème politique et non juridique. C'est ainsi que le ministère public défend l'État de droit. Un autre ami proche de Garzón et de son épouse.  

Dans ce contexte et avec le traitement d'une proposition non législative, l'amnistie ne bénéficiera pas des avis préalables du Conseil d'État, du ministère public, de la Cour suprême et du Conseil général du pouvoir judiciaire.  

Sans contrôle, Pedro Sánchez va brouiller les pistes médiatiques et juridiques pour que l'amnistie puisse être mise en œuvre sans écouter González ou Guerra. Mais la gravité de cette initiative va au-delà et aura des effets collatéraux imprévisibles. Plus tard, ils les appelleront "effets indésirables". 

Nous pourrions constater que de nombreux détenus pourraient profiter de la mesure et demander des compensations. Bildu exigera que ses prisonniers soient considérés comme des "prisonniers politiques" et qu'ils soient libérés immédiatement.  

Celui qui a osé abroger les délits de sédition, abaisser ceux de détournement de fonds publics, qui a gracié les auteurs du coup d'État, soutient aujourd'hui que ce qui s'est passé le 1-0/2017, qui a culminé avec la proclamation de l'indépendance de la Catalogne pendant 8 secondes, n'aurait jamais dû faire l'objet de poursuites. "Ce n'était qu'une crise politique", affirme-t-il maintenant après l'avoir décrite comme une sécession.  Et, par conséquent, elle nécessite des solutions politiques. C'est le sophisme, le mensonge principal du bombardement de propagande pour justifier sa trahison et sa félonie. 

Les "bénéficiaires" de cet allègement pénal pourraient s'élever à quelque 5 000 criminels sans compter les membres de l'ETA et les militants de l'armée de guérilla du Peuple Galicien Libre. Les failles que le texte laissera ouvertes permettront à des centaines de criminels de sortir dans la rue au compte-gouttes, comme ce fut le cas avec la loi "oui, c'est oui", réformée grâce aux votes du PP. 

J'écoutais il y a peu un Cataliban réclamer à cor et à cri une amnistie politique pour Puigdemont et ses partisans (elle touchera aussi Junqueras et ses amis), en citant les amnisties fiscales du PP et du PSOE.  

La question directe à Don Pedro est déjà écrite dans l'air : y aura-t-il aussi une amnistie pour les pédophiles, les trafiquants de drogue, les violeurs en bande et les abuseurs ? Cela inclura-t-il Rubiales, Griñán et Villén, le propriétaire andalou de maisons closes ? 

Pourquoi ne pas inclure les distributeurs de Fentanyl, cette drogue bon marché qui a déjà atteint Malaga, Barcelone et Madrid ? Elle est vendue au même prix qu'aux États-Unis et au Canada, soit trois euros la pilule.  

Don Benito Pérez Galdós a écrit que ce qui est prévu n'arrive jamais. Il ne connaissait pas Don Pedro Sánchez, ni Pérez, ni Castejón. Le président surprend toujours, qu'il soit investi ou en fonction.  

Un débat inégal 

Je dois avouer que j'ai avalé tout le débat. En partie par déformation professionnelle - j'ai vécu au Congrès et au Sénat pendant près de deux décennies - et dans une moindre mesure à cause de la dégradation de notre démocratie. La régression est évidente.  

La découverte de Feijóo nous réconcilie avec la meilleure période de notre vie. Nous n'avons rien à attendre de la gauche dans ce pays. Je pensais qu'elle était ancrée dans la chute du Mur, mais non, je me trompais ; elle est toujours dans la révolution des 17 passés à La Havane, Caracas et Buenos Aires. Ils sont sans espoir tant que Yolanda, celle qui a les fusées, continuera à s'agenouiller, cédant à un nationalisme insatiable.  

La manifestation de M. Núñez à Madrid, le 24, lui a donné les ailes pour réussir avec brio son premier mandat au Congrès des députés.   

Le discours initial du candidat était correct. Il s'est amélioré dans ses réponses à ses adversaires. Il a réussi à répondre au PNV et à Bildu dans le même paquet. Il a élégamment dénigré les nationalistes basques. La phrase la plus courageuse a été dédiée aux héritiers de l'ETA. "Je n'accepte pas vos votes ; pour Sánchez". Il a révélé la décadence des meapilas peneuvistas.  

Il a ridiculisé ERC et Junts en démontant leurs mensonges à tel point que Rufián et Nogueras, respectivement, n'ont pas pu utiliser leurs 10 minutes de réponse.  

A noter les deux interventions du député de l'UPN Alberto Catalán. Un digne successeur de SergioSayas et Carlos García Adanero. Courageux. Un fouet pour les Bilduetarras, qu'il accuse d'avoir des terroristes sur leurs listes aux élections de mai.  

Abascal et Feijóo signent la paix pour la législature. Il était temps après le spectacle de l'Aragon, de l'Estrémadure et de la Murcie. Le leader de VOX a été particulièrement dur avec Sánchez - "vous êtes le président le plus corrompu de la démocratie", a-t-il dit, bien qu'ils aient été retirés par le président.  

La porte-parole de Sumar n'est pas du même acabit. Elle a perdu la majeure partie de son temps à montrer une photo vierge des pères de la Constitution, sans aucune femme. Elle a cédé la place à Enrique Santiago, communiste de toujours, qui a parlé de l'amnistie.   Il a dogmatisé en affirmant que l'amnistie s'inscrivait dans la Constitution. Nous avions l'impression d'écouter Fidel Castro sur le déclin. Ou pire : que nous assistions au Politburo de l'époque de l'État. Les pleureuses podémites Belarra et Montero découvrent qui est Yoli, celle au sourire étrusque, grande défenderesse de la corrompue Cristina F. de Kirchner. 

L'absence de la présidente sortante a été une provocation sans précédent. Mépriser son adversaire jusqu'à l'humiliation et outrager les institutions est typique de ce tyran de San Miguel sans une once de noblesse. Les cris de "lâche, lâche !" ont été bien mérités alors qu'il voulait disparaître dans son téléphone portable. En deux mots : sabotage parlementaire. Malgré sa suffisance, il n'a pas réussi à briser le débat par son silence. Cela n'a pas suffi. Il le paiera plus tard que jamais. Nous ne lui pardonnerons pas. "Pas question", comme dirait Ayuso.  

En son nom, le silencieux a envoyé Oscar Puente, ex-maire de Valladolid et vétéran de la "macarra", comme l'a décrit Pablo Iglesias. As-tu écrit ce discours, lui a dit Núñez Feijóo avec la retranscription de Núñez Feijóo. Don Óscar n'était pas un pont mais un mur. Avec ce sale boulot, il est assuré d'avoir un siège sur les listes de janvier. 

Il était clair que l'histoire avait été préparée dans l'usine de Moncloa avec des mensonges. Son ton agressif - presque violent - préfigure l'état d'esprit de cette 15e législature. Pour ces léninistes du week-end, nous sommes tous des fascistes et des ultra-droitiers.  

Feijóo a transformé son échec en un succès d'éthique et de dignité. Il a rendu l'investiture Sanchista plus coûteuse. 

L'investiture express 

La Moncloa va accélérer le calendrier autant que possible ; cette semaine sera décisive et le macro-vacances d'El Pilar offrira un répit. Je crois sincèrement que, contrairement à ce qu'ERC et Junts ont essayé de visualiser, la pression sur le PSOE est fictive. Un macro-mensonge à trois.   

Ils négocient depuis le 23 juillet et sont tous dans le même bateau. Gouvernement et Front populaire. Les élections n'intéressent aucun d'entre eux car les putschistes ont obtenu les pires résultats de leur histoire. Ce n'est qu'une excuse pour se montrer le 1er octobre dans les rues de Barcelone en prétendant que le rêve indépendantiste est toujours vivant afin que l'ANC et Ómnium Cultural continuent à les soutenir tout en recevant des subventions millionnaires.  

Le simple traitement parlementaire de l'amnistie - quel que soit son nom - rendra l'investiture possible avec les voix de tous, y compris celles du PNV.  

C'est le moment le plus grave pour la démocratie espagnole. Sánchez est hors de contrôle. Son objectif est le même : empêcher l'alternance au pouvoir. Nous avons un magnifique leader de l'opposition. Un leader bien au-dessus de la moyenne. Solvable. Digne de confiance. Maintenant qu'il a consolidé son leadership, il doit l'assainir. Et faire appel à la rue. Le 24 à Madrid. Le 8 octobre à Barcelone. La société civile catalane (SCC), les constitutionnalistes, appellent.  Et lorsque le texte de l'amnistie et celui du référendum seront connus, nous descendrons dans les rues et sur les places pour ne pas perdre les droits et les devoirs obtenus avec la Constitution de 78. L'esprit de la transition est vivant.   

Alberto Núñez Feijóo ne ressent plus la solitude du coureur de fond. Et il a appris, au cours de ses treize premières heures dans l'hémicycle, que la politique est un marathon permanent. Nous nous engageons pour une Espagne de citoyens libres et égaux face au virus révolutionnaire des années 30 et au retour des démocraties populaires. Le communisme, la mort et la misère. Le Sanchismo, tel que défini par son créateur, ne contient que du mal, de la manipulation et du mensonge. Beaucoup de mal, beaucoup de manipulations, beaucoup de mensonges. 

Ne pensons pas que l'Europe nous viendra en aide si les rebelles recommencent. Ni le PE ni la Commission ne bougeront le petit doigt pour l'unité de l'Espagne.  

Nous savons que Don Pedro Sánchez est capable de tout. Même de la briser après nous avoir dit qu'il a toujours défendu l'unité. Toujours, c'est trop long pour le secrétaire général socialiste. 

Entre les démocraties populaires (dictatures) et la Constitution, nous choisissons cette voie. En tant que communards castillans, nous défendons l'égalité et la justice parce que "personne n'est plus que l'autre". 

Nous sommes sûrs que le deuxième candidat ne changera pas de partenaire. Parce qu'il est le premier actionnaire du procés. M. Sánchez : "Quoi que vous fassiez, faites-le vite". (Jean 13:27). 

Antonio REGALADO dirige BAHÍA de ÍTACA à : 

aregaladorodriguez.blogspot.com