Avis

L'Espagne et le Maroc, une alliance stratégique globale

PHOTO/TWITTER/@CEOE_ES - presidente de la CEOE, Antonio Garamendi
photo_camera PHOTO/TWITTER/@CEOE_EN - Antonio Garamendi, président de la CEOE

Récemment, le président de la CEOE, Antonio Garamendi, a insisté sur une idée sur laquelle ceux d'entre nous qui travaillent dans ce domaine depuis un certain temps déjà insistent, à savoir que " le Maroc et l'Espagne sont deux économies complémentaires ", nous avons beaucoup à gagner ENSEMBLE, nous gagnons en compétitivité et nous gagnons en résilience face aux crises actuelles et futures, le président du patronat espagnol l'a dit clairement : " Nous devons profiter de nos avantages compétitifs respectifs, en travaillant ensemble ". ENSEMBLE, nous sommes plus forts dans presque tous les domaines. 

Nous avons toujours insisté sur ces idées, à la fois simples et complexes à mettre en œuvre dans certains secteurs stratégiques pour les deux pays, non pas par manque de moyens techniques ou financiers, mais par manque, je dirais, de volonté, de méfiance injustifiée, de vieux stéréotypes ou tout simplement par manque de communication... Par exemple, dans le secteur agricole, nous avons toujours insisté sur la réalisation d'un objectif atteignable : Qu'ensemble, nous puissions fixer des prix minimums pour les produits horticoles afin d'éviter que des pays tiers ne profitent de ce manque de communication... Qu'ensemble, nous puissions étudier la chaîne de valeur du secteur et la formation des prix de chaque produit dans les deux pays et proposer un système - informatisé - de fixation de prix minimums au niveau des principaux négociants..... Certaines entreprises situées de part et d'autre du détroit de Gibraltar permettent déjà une partie de cette intégration à la fois des coûts de production et des prix entre les deux pays, les exemples sont nombreux, mais il manque encore une réelle volonté de travailler ENSEMBLE dans ce secteur stratégique.    

PHOTO/AP - El presidente español, Pedro Sánchez, y el primer ministro marroquí, Aziz Akhannouch
PHOTO/AP - Le Président espagnol Pedro Sánchez et le Premier ministre marocain Aziz Akhannouch

Dans d'autres secteurs, comme le textile, nous avançons à grands pas et dans le secteur automobile, l'intégration est chaque jour plus poussée. Nous avons des synergies dans presque tous les secteurs (même dans le secteur minier et chimique), un grand potentiel de croissance commune avec la possibilité d'être leader sur plusieurs marchés internationaux, profitons-en.

Nous avons plusieurs défis à relever avant de réaliser le partenariat stratégique global tant attendu dans le domaine économique et commercial : le défi du financement, nous avons besoin de plus d'intégration entre les secteurs financiers des deux pays et de plus de financement pour les projets communs (les 800 millions d'euros annoncés lors de la Réunion de haut niveau de février dernier sont un bon chiffre, mais ils ne répondent pas aux grandes attentes et aux opportunités qui doivent être saisies), le défi de l'amélioration des connexions de transport et de la logistique entre les deux pays, plus d'infrastructures, plus d'opérateurs et plus d'outils pour garantir l'augmentation du flux de fournitures et de marchandises entre les deux rives. Améliorer la communication, bien que le Conseil économique Espagne-Maroc fasse un bon travail, nous devons multiplier les forums bilatéraux et les groupes de travail conjoints sur des questions d'intérêt commun qui rassemblent aussi bien les grandes entreprises que les PME et les entrepreneurs pour remplacer la culture de la concurrence, qui a prévalu ces dernières années, par une culture de l'intégration.

Et, enfin, le défi non moins important de transférer les bénéfices de cette alliance économique et commerciale à l'opinion publique des deux pays, si nous voulons surmonter les réticences et les dommages qui étouffent en partie nos aspirations, nous devons impliquer les collectifs sociaux et les acteurs médiatiques dans cette nouvelle étape d'alliance entre les deux pays, c'est un enjeu crucial, les intangibles influencent le développement des affaires.... 

Comme le dit l'excellente vidéo présentée par l'Agence marocaine pour le développement des investissements étrangers le 22 mai à Madrid : "Puissions-nous réussir à être des catalyseurs de la prospérité partagée, Inchallah !