Le forum "Andalousie, lien euro-méditerranéen entre l'Espagne et le Maroc" permet de relancer la coopération universitaire hispano-marocaine

“Retomar lo que teníamos en materia de educación sería perfecto”

photo_camera ATALAYAR/GUILLERMO LÓPEZ - Table ronde de dialogue "Coopération universitaire : promotion des talents hispano-marocains", dans le cadre du forum "Andalousie, nœud euro-méditerranéen Espagne-Maroc"

Les liens entre l'Espagne et le Maroc transcendent les cadres historiques, géographiques ou politiques. Au cours des dernières décennies, les partis ont forgé des alliances dans divers domaines qui ont servi de pont entre les sociétés. L'un de ces points de rencontre a été précisément la sphère académique, où le Maroc et l'Espagne, dans ce cas à travers la communauté autonome d'Andalousie, ont réussi à unifier les méthodes, les domaines de recherche et les expériences d'enseignement pour améliorer la formation universitaire. 

Les représentants académiques des deux côtés du détroit de Gibraltar ont eu l'occasion de comparer leurs points de vue. La Junte régionale d'Andalousie et la revue Atalayar ont organisé mardi à Séville, en collaboration avec la Fondation des Trois Cultures et le Club de la Presse Internationale, le forum "Andalousie, nœud euro-méditerranéen Espagne-Maroc", un espace d'approfondissement des relations hispano-marocaines.

Randa Jebrouni

Randa Jebrouni, professeure de recherche au département d'études hispaniques de l'université Abdelmalek Essaâdi de Tétouan, Jamal Eddine Stitou El Messari, professeur d'université et responsable des projets internationaux de la même université, et Arturo Chica Pérez, vice-recteur à l'internationalisation de l'université internationale d'Andalousie (UNIA), ont discuté des différentes initiatives de coopération universitaire hispano-marocaine lors d'un dialogue animé par la journaliste Carmen Beamonte, directrice de l'information de la radio Canal Sur. 

Sous le titre "Coopération universitaire : stimuler le talent hispano-marocain", Jebrouni a énuméré des dizaines de cas de collaboration dans ce domaine depuis le début du siècle. "Rien que de 2007 à 2016, il y a eu un total de 176 actions d'universités espagnoles au Maroc. Une grande partie d'entre eux sont venus, spécifiquement, de l'Université andalouse", a déclaré la professeure du département d'études hispaniques, la plupart d'entre eux étant liés au lancement de programmes de développement et de recherche en matière scientifique ou sociale.

Jamal Eddine Stitou El Messari

Messari a souligné les "presque trois décennies de coopération dans le domaine de l'éducation" entre les centres universitaires d'Espagne et du Maroc, donnant comme exemple l'accueil d'étudiants universitaires marocains par l'Université de Cadix. Dans la lignée de ce qu'a exprimé le professeur de l'Université Abdelmalek Essaâdi, El Messari a mis en avant les différents projets et initiatives hispano-marocains, même s'il a d'abord tenu à expliquer que son Université est "le seul centre qui existe dans le nord du Maroc" sous propriété publique. 

L'université Abdelmalek Essaâdi est répartie sur six villes, où se trouvent "10% de la population marocaine, avec un taux d'activité de 46%". "D'un point de vue économique, c'est la deuxième région la plus importante du Maroc après Casablanca", a-t-il déclaré. Cela explique pourquoi ce centre est l'une des principales institutions ayant des programmes d'internationalisation et des partenariats avec des universités espagnoles et andalouses.

Randa Jebrouni

Arturo Chica Pérez a expliqué aux autres intervenants que son centre est au service du gouvernement régional andalou "en tant qu'instrument d'internationalisation". Il existe donc une coopération fluide avec les universités marocaines, puisqu'un grand nombre d'étudiants sont d'origine étrangère. En outre, elles ne travaillent pas seules, mais en compagnie d'autres universités de la région. "Les cours de troisième cycle [la seule catégorie de son offre académique] sont interuniversitaires", a précisé le vice-recteur de l'Université internationale d'Andalousie (UNIA). 

El Messari a ajouté aux propos de Chica Pérez que l'Université Abdelmalek Essaâdi collabore avec l'UNIA "par le biais de cours d'été, de publications, de conférences conjointes et de formations spécifiques, entre autres choses". Le professeur espagnol, quant à lui, a rappelé que cette coopération universitaire a été inaugurée en 2016 et qu'après quatre ans d'arrêt, elle a repris en 2021. Actuellement, elle est toujours en vigueur en 2022.

Arturo Pérez Chica

"Pendant la pandémie, nous avons proposé un cours virtuel gratuit à l'Université internationale d'Andalousie pour former les enseignants à l'utilisation des nouvelles technologies. 150 professeurs d'universités marocaines se sont inscrits", a ajouté Chica Pérez, qui a également proposé d'organiser une "réunion triangulaire sur la gestion de l'eau avec des universités latino-américaines" pour 2023. Une proposition validée par ses interlocuteurs. 

Pour El Messari, "il serait parfait de reprendre ce que nous avions" avant le hiatus causé par la rupture des relations bilatérales. Chica Pérez a minimisé la question et a souligné qu'ils étaient les premiers "à traverser la frontière lorsqu'elle a été ouverte en mai pour rencontrer leurs collègues de l'université Abdelmalek Essaâdi". En fait, à la suite de cette visite, un accord a été signé pour relancer la collaboration.

Carmen Beaumonte

Beamonte a valorisé le rôle de l'université en tant que "protagoniste", mais en réalité la collaboration académique hispano-marocaine va au-delà. Comme l'a souligné  Jebrouni, "le Maroc est le pays qui compte le plus d'instituts Cervantes au monde, six pour être précis, et l'Espagne consacre 15 millions d'euros aux activités culturelles et aux études au Maroc". El Messari a ajouté que dans le pays d'Afrique du Nord, "la langue espagnole commence à être introduite comme langue véhiculaire" dans les centres éducatifs. Il y a un avenir.

Plus dans Culture
“Colonización: Miradas a un paisaje inventado”
"Miradas a un paisaje inventado" est une exposition qui rappelle l'expérience la plus novatrice dans la reconstruction d'une Espagne dévastée après la guerre civile : la création d'un vaste réseau de villages dans les zones les plus inhabitées du pays

Ce projet de colonisation de l'Espagne vide