Malgré le ralentissement économique mondial, la Banque mondiale a déclaré que plusieurs indicateurs reflètent la résilience extérieure du Maroc, notamment la forte demande extérieure pour les biens et services du pays. "Les flux d'investissements directs étrangers (IDE) continuent d'être importants pour le pays et sont de plus en plus orientés vers le secteur manufacturier", a déclaré

La Banque mondiale prévoit une croissance de 2,8 % au Maroc d'ici 2023

AFP/ERIC BARADAT - Sede del Grupo del Banco Mundial en Washington, DC
photo_camera AFP/ERIC BARADAT - Siège du Groupe de la Banque mondiale à Washington, DC

La Banque mondiale (BM) a noté que "ces dernières années, le Maroc a démontré à plusieurs reprises sa forte capacité à répondre efficacement aux crises. Le tremblement de terre d'Al-Haouz du 8 septembre est le dernier d'une série de catastrophes qui ont frappé le Maroc depuis la pandémie de COVID-19. Le pays a géré avec succès la réponse humanitaire au tremblement de terre et a mis en place un plan de développement ambitieux pour les provinces les plus touchées".  

"Le tremblement de terre a eu des répercussions humaines et matérielles dévastatrices, principalement dans les communautés isolées des montagnes, sans avoir d'impacts macroéconomiques majeurs", a déclaré la BM.

Après un fort ralentissement en 2022 dû à divers changements climatiques et aux chocs sur les matières premières qui en découlent, la croissance économique devrait remonter à 2,8 % en 2023, grâce à une reprise partielle de la production agricole, des services et des exportations nettes, selon le dernier rapport de la Banque mondiale intitulé "De la résilience à la prospérité partagée". 

PHOTO/PIXABAY – Bandera de Marruecos
PHOTO/PIXABAY - Drapeau du Maroc

Cette reprise devrait se renforcer à moyen terme et la croissance du PIB réel devrait atteindre 3,1 % en 2024, 3,3 % en 2025 et 3,5 % en 2026, tandis que la demande intérieure se remettra progressivement des chocs récents. L'inflation globale a diminué de moitié entre février et août 2023, mais l'inflation alimentaire reste élevée et continue d'affecter de manière disproportionnée les ménages les plus pauvres, a averti l'institution de Bretton Woods. 

Dans sa déclaration à la presse, Jesko Hentschel, directeur pays de la Banque mondiale pour le Maghreb et Malte, a souligné que "le Maroc a fait preuve d'une résilience remarquable face à plusieurs chocs, le plus récent étant le tremblement de terre de septembre dernier". "Cependant, l'impact de ces chocs sur le bien-être de la population reste important, et les réformes déjà prévues par le Maroc sont nécessaires pour renforcer la résilience extérieure du pays et, surtout, pour stimuler la prospérité et atteindre les objectifs de développement ambitieux définis dans le Nouveau modèle de développement marocain", a-t-il poursuivi. 

La clé est de renforcer la résilience de l'économie marocaine pour rester capable de faire face aux nouvelles réalités du monde d'aujourd'hui et de récupérer les pertes de ces dernières années marquées par la pandémie, la crise économique et le dernier tremblement de terre. Dans ce contexte, le Maroc a entrepris des réformes ambitieuses pour améliorer le capital humain et encourager l'investissement privé. Cependant, "ces réformes n'auront l'impact souhaité sur le développement économique et social que si elles sont combinées à d'autres initiatives cruciales, en particulier la suppression des barrières réglementaires et institutionnelles qui limitent la concurrence et ralentissent la réallocation des facteurs de production vers des entreprises et des secteurs plus productifs", a averti la Banque mondiale. 

REUTERS/SUSANA VERA - El presidente del Banco Mundial, Ajay Banga, y la directora gerente del Fondo Monetario Internacional (FMI), Kristalina Georgieva, asisten a una ceremonia de firma con Tailandia como sede de las reuniones anuales del FMI y el Banco Mundial de 2026 el último día de la reunión, tras el mortal terremoto del mes pasado, en Marrakech, Marruecos, 15 de octubre de 2023
REUTERS/SUSANA VERA - Le président de la Banque mondiale, Ajay Banga, et la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Kristalina Georgieva, assistent à une cérémonie de signature avec la Thaïlande, qui accueillera les assemblées annuelles du FMI et de la Banque mondiale en 2026, le dernier jour de la réunion, après le tremblement de terre meurtrier du mois dernier, à Marrakech, au Maroc, le 15 octobre 2023

La force du Maroc réside dans le maintien de l'accès de l'État aux marchés financiers internationaux, malgré le resserrement actuel des conditions financières mondiales, ce qui illustre la résilience du royaume alaouite. 

D'autres indicateurs de la résilience extérieure du Maroc comprennent la forte demande extérieure de biens et de services, malgré le ralentissement économique mondial. De même, "les flux d'investissements directs étrangers (IDE) restent importants et sont de plus en plus orientés vers le secteur manufacturier, tandis que de nouvelles niches industrielles modernes ont émergé, étroitement liées aux chaînes de valeur mondiales", se félicite la BM. 

En outre, le Maroc doit poursuivre son changement de paradigme pour permettre l'autonomisation économique des femmes marocaines, une étape cruciale dans la réalisation des grandes ambitions du pays telles qu'exprimées dans le Nouveau modèle de développement (NMD). L'objectif principal de ces réformes est d'améliorer les conditions de vie des femmes rurales

REUTERS/SHEREEN TALAAT - Una vista general muestra la antigua ciudad de Fez, Marruecos
REUTERS/SHEREEN TALAAT - Une vue générale de l'ancienne ville de Fès, au Maroc

À cet égard, le rapport de la Banque mondiale a également insisté sur l'importance de prendre en compte les obstacles rencontrés par les femmes dans les zones rurales et urbaines, tels que la mobilité, l'inclusion financière et numérique et les conditions de travail. 

Au-delà de leur rôle crucial dans la promotion de l'égalité des sexes, l'augmentation de la participation des femmes au marché du travail aurait un impact économique significatif, constituant ainsi un puissant moteur de développement socio-économique. Le rapport souligne que la réalisation de l'objectif de 45 % de participation des femmes au marché du travail fixé par la stratégie nationale de développement pourrait stimuler la croissance de près d'un point de pourcentage par an.

Plus dans Économie et Entreprises