L'IPC baisse de 0,1% en octobre par rapport au mois précédent, mais l'inflation de base augmente de 0,3%

Le Maroc continue d'enregistrer une hausse des prix, mais parvient à la ralentir

Alors que les prix continuent d'augmenter partout dans le monde, le Maroc tente de faire en sorte que cette hausse ne soit pas aussi rapide qu'elle l'a été depuis plus d'un an et demi, lorsque la guerre en Ukraine a déclenché un effet domino de crises qui n'a pas encore cessé. Il y a d'abord eu la crise économique due à la pandémie, puis l'invasion de l'Ukraine par la Russie, alors que les caisses du monde n'étaient pas encore assainies.

Depuis, la hausse s'est ralentie, mais ne s'est pas arrêtée. On parle d'une hausse de plus en plus progressive des prix, mais pas d'une baisse qui, si elle se poursuit, pourrait plonger des dizaines d'économies dans une situation critique, si elle ne l'est pas déjà pour beaucoup d'entre elles. Cependant, le Maroc met en œuvre des mesures qui, au vu des données, parviennent à empêcher la hausse exponentielle des prix redoutée, et même à réduire l'indice des prix à la consommation (IPC).

L'IPC a baissé de 0,1 % par rapport à septembre, notamment en raison de la baisse de 0,4 % de l'indice des produits alimentaires. En revanche, les produits non alimentaires ont poursuivi leur hausse par rapport au mois dernier, avec une augmentation de 0,2%. Ces changements se sont produits de manière inégale au Maroc, avec des villes comme Tanger et Rabat qui ont connu des augmentations de leur IPC.

Beni Melal est la localité qui a connu la plus forte baisse, avec 2,6%. En outre, Al Hoceima avec 1,4 %, Safi 1 %, Meknès 0,7 %, Settat 0,6 %, Oujeda 0,3 %, et Marrakech et Dakhla avec 0,2 %, sont d'autres régions où cet indicateur économique a également diminué. Par contre, à Laayoune avec 0,6 %, à Fès, Kénitra et Rabat avec 0,5 % et à Tanger avec 0,2%, il y a eu une hausse qui a pesé, bien que de façon minime, sur une baisse plus importante de l'IPC.

Cependant, par rapport au même mois de l'année dernière, l'augmentation est très importante. La hausse de l'IPC est de 4,3 %, en grande partie due à l'augmentation du prix du panier de la ménagère. La hausse des seuls produits alimentaires est de 8,8 % par rapport à octobre 2022. C'est l'un des aspects les plus préoccupants, non seulement au Maroc, mais aussi au niveau international, car c'est là que la société souffre le plus.

Plus dans Économie et Entreprises