Depuis la sortie des Britanniques de l'Union européenne, le partenariat avec le royaume alaouite est devenu l'un des plus importants

Le Maroc et le Royaume-Uni augmentent le volume de leurs échanges commerciaux et prévoient de le faire encore plus en 2024

Banderas del Reino Unido y Marruecos  - PHOTO/ARHIVO
photo_camera PHOTO/ARHIVO - Banderas del Reino Unido y Marruecos

Depuis que le Royaume-Uni a officiellement quitté l'Union européenne en 2020, Londres cherche à renforcer les partenariats avec d'autres partenaires susceptibles de compenser les pertes que le Brexit engendrerait. Dans ce contexte, le Maroc est apparu comme l'un des alliés les plus importants, renforçant ainsi sa position de partenaire clé dans la région de l'Afrique du nord et du Maghreb. En témoignent les chiffres du commerce entre les deux pays, qui ont connu une forte croissance au cours de l'année 2023.

Au premier semestre de cette année, le volume des échanges entre le Royaume-Uni et le Maroc a atteint 3,4 milliards de livres sterling, soit une augmentation de 661 millions de livres sterling par rapport à la même période en 2022. Mais l'intention est de porter cette croissance beaucoup plus loin, comme l'a déclaré le Trésor britannique par l'intermédiaire de Bim Afolami, le secrétaire économique du gouvernement, qui a souligné les opportunités pour le commerce et, surtout, l'investissement. 

"Le pays travaille en étroite collaboration avec le Maroc pour atteindre une coopération maximale dans un certain nombre de domaines, y compris le commerce bilatéral et l'investissement", a déclaré Afolami. Ces propos sont clairement étayés par les données, surtout depuis que le Royaume-Uni a quitté l'Union européenne. Depuis, le volume des échanges avec le Maroc est passé de 15,3 milliards de dirhams à 23 milliards de dirhams en seulement quatre ans, selon les chiffres fournis par le Conseil d'association maroco-britannique en février de cette année.

Dès décembre 2020, Rabat et Londres ont signé un accord de partenariat global, entré en vigueur début 2021. Un premier signe d'intention qui, au vu de l'évolution des relations entre les deux pays, atteint manifestement son but. Et ce ne sont plus seulement les chiffres qui démontrent cette réalité, puisque les deux parties n'ont pas hésité à réaffirmer leur intention de multiplier les contacts et de continuer à explorer des pistes de coopération. 

PHOTO/MAP - Mohamed VI
PHOTO/MAP - Mohamed VI

En effet, l'un des objectifs fondamentaux est l'augmentation des investissements bilatéraux, pour lesquels le Maroc attire de plus en plus l'attention. Le Royaume est en train d'élargir son portefeuille d'investissements dans différents domaines, en accordant une attention particulière aux événements culturels dans une perspective touristique, avec un accent particulier sur Rabat. La capitale alaouite sera dotée d'importants projets tels que le Grand Théâtre de Rabat et la Tour Mohammed VI, qui deviendra le troisième gratte-ciel le plus haut d'Afrique.

Tout cela, ainsi que l'impulsion donnée par le Maroc aux énergies vertes, incite de nombreux pays, comme le Royaume-Uni, à multiplier les accords avec le pays présidé par Aziz Akhannouch. Et tout semble indiquer que ce partenariat, loin de s'arrêter, va continuer à se développer à pas de géant. 

Plus dans Économie et Entreprises