Cinq fusées allemandes, françaises et britanniques rivalisent avec la Miura 5 pour devenir le premier lanceur commercial européen

Ce sont les concurrents allemands, français et britanniques de la startup espagnole PLD

PHOTO/PLD Space - El director general de la ESA, Josef Aschbacher, ha dicho de PLD que es una empresa sólida y creíble. A su lado, Ezequiel Sánchez, Raúl Verdú (PLD) y el director de la Agencia Espacial Española, Miguel Belló
photo_camera PHOTO/PLD Space - Le directeur général de l'ESA, Josef Aschbacher, a déclaré que PLD était une entreprise solide et crédible. A ses côtés, Ezequiel Sánchez, Raúl Verdú (PLD) et le directeur de l'Agence spatiale espagnole, Miguel Belló.

Plus de quatre millions de personnes ont eu l'occasion de voir sur la chaîne de télévision Antena 3 une maquette grandeur nature du lanceur suborbital Miura 1 développé par la société espagnole PLD Space.

Ils ont également pu voir la grande taille de la partie supérieure de son grand frère, le Miura 5, destiné à placer des satellites en orbite terrestre. C'était le mardi 21 novembre, lors de la diffusion de l'émission "El Hormiguero" animée par Pablo Motos.  

Des centaines de milliers d'autres Espagnols avaient vibré le 7 octobre en assistant en direct à l'impressionnant décollage de la première fusée entièrement fabriquée en Espagne. Ses protagonistes satisfaits sont les dirigeants et les employés de PLD, une entreprise privée basée à Elche, Alicante, et composée d'une équipe d'ingénieurs et de techniciens enthousiastes et désireux de bien faire leur travail. 

PHOTO/ Andøya Spaceport - La dirección del puerto espacial de Andøya y la compañía Isar han acordado la construcción de una plataforma de despegue para uso exclusivo del lanzador Spectrum de la empresa alemana
PHOTO/ Andøya Spaceport - La direction du Andøya Spaceport et la société Isar se sont mises d'accord sur la construction d'un pas de tir à l'usage exclusif du lanceur Spectrum de la société allemande

Après le vol réussi du Miura 1, son président Ezequiel Sanchez, les fondateurs de PLD, Raúl Torres et Raúl Verdú, et leurs cadres supérieurs ont décidé qu'un second vol de validation était approprié. Ce nouveau lancement, dont la date n'a pas encore été fixée, vise à démontrer la viabilité du Miura 1, qui constitue la base technologique de la réalisation du Miura 5, lequel aspire à devenir la première fusée commerciale d'Europe et à faire de PLD "l'entreprise technologique la plus influente d'Europe dans le secteur spatial", espère Ezequiel Sanchez.

Mais depuis des années, des entreprises de l'Union européenne suivent de près les traces des entrepreneurs d'Elche. Des projets similaires sont en cours en Allemagne, au Danemark, en France, en Italie, en Norvège, aux Pays-Bas, en Pologne et au Royaume-Uni. Il s'agit de start-ups, c'est-à-dire d'entreprises émergentes dotées d'une philosophie commerciale et d'une technologie innovantes, qui sont en concurrence pour obtenir des fonds privés afin de développer de petits lanceurs. Elles ont les yeux rivés sur Bruxelles et sur l'Agence spatiale européenne (ESA), qui doit décider qui mérite de gagner, de recevoir son cachet et ses millions. 

PHOTO/RFA - La coordinadora de la política espacial de Alemania y parlamentaria del Bundestag, Anna Christmann, con los elegidos para embarcar satélites en el segundo vuelo del lanzador RFA One
PHOTO/RFA - La coordinatrice de la politique spatiale allemande et membre du Bundestag, Anna Christmann, avec les personnes choisies pour embarquer les satellites lors du deuxième vol du lanceur RFA One

Le constructeur automobile Porsche est l'un des investisseurs 

Parmi près de vingt start-up, cinq ont lancé des projets particulièrement remarquables et bénéficient d'une protection spéciale de la part de leurs agences spatiales respectives. Il s'agit de la société britannique Orbital Express Launch (Orbex), de la société française Maiaspace et de trois sociétés allemandes : HyImpulse Technologies Gamba, Isar Aerospace Technologies GmbH et Rocket Factory Augsburg AG, connue dans le secteur sous l'acronyme RFA.

Par coïncidence, ces trois entreprises allemandes sont situées dans d'importants pôles industriels près de Munich, la capitale de la Bavière, sont soutenues par le gouvernement fédéral et bénéficient de l'appui d'un grand groupe d'investisseurs privés. C'est le cas d'Isar, qui a reçu des injections de fonds d'une valeur d'environ 300 millions d'euros. L'un de ses 12 actionnaires est le constructeur automobile Porsche, mais elle a également reçu des subventions de l'UE d'un montant de 10 millions d'euros.

Fondé en 2018 et basé à Ottobrunn, à une quinzaine de kilomètres de Munich, le micro-lanceur développé par Isar s'appelle Spectrum, possède deux étages de propulsion - oxygène liquide et moteur Aquila au propane - et a la capacité de placer des satellites d'une tonne maximum en orbite terrestre basse. Le décollage est prévu pour "le second semestre de cette année", selon la société, qui n'a pas encore fourni de date. 

PHOTO/RFA - De 30 metros de altura y tres etapas de propulsión, el RFA One es el mayor micro lanzador privado que está en desarrollo en Europa. Volará desde la base sueca de Kiruna y también desde la Guayana
PHOTO/RFA - Avec ses 30 mètres de haut et ses trois étages de propulsion, RFA One est le plus grand micro-lanceur privé en cours de développement en Europe. Il volera depuis la base suédoise de Kiruna et également depuis la Guyane

Le premier Spectrum transportera sept petits satellites destinés à valider les technologies de communication et les données météorologiques. Les charges utiles ont été fournies par cinq universités et institutions allemandes, dont l'Agence aérospatiale allemande (DLR), l'Institut d'ingénierie aérospatiale de Berlin et le Centre télématique de Würzburg. L'Université norvégienne des sciences et technologies de Trondheim et l'Institut d'électronique et de télécommunications de l'Université de Maribor, en Slovénie, ont également fourni les charges utiles.

Le vol inaugural aura lieu à partir d'une plateforme payée par Isar sur la base spatiale norvégienne récemment modernisée d'Andøya, avec laquelle l'entreprise allemande a signé un accord en avril 2021 pour effectuer des lancements pendant 20 ans sur une base exclusive. Elle a également reçu l'approbation de l'agence spatiale française pour effectuer des lancements depuis la Guyane française. 

PHOTO/RFA-DLR - La presidenta de la Agencia Aeroespacial de Alemania, Anke Kaysser-Pyzalla, mantiene estrechos acuerdos con RFA, la empresa de servicios de lanzamiento patrocinada por OHB, el gran fabricante alemán de satélites
PHOTO/RFA-DLR - Anke Kaysser-Pyzalla, présidente de l'Agence aérospatiale allemande, est en contact étroit avec RFA, la société de services de lancement parrainée par OHB, le grand fabricant allemand de satellites

Le nain géant de 30 mètres de RFA 

RFA, dont le siège se trouve à Augsbourg, à quelque 55 kilomètres au nord-ouest de Munich, est une autre startup allemande qui se dispute la primauté de PLD. Il s'agit de la société de services de lancement parrainée par OHB, le grand fabricant allemand de satellites, dont le principal actionnaire - 69,72 % - est la famille Fuchs, dirigée par Marco Fuchs, 61 ans.

RFA a développé la fusée RFA One, haute de 30 mètres et dotée de trois étages de propulsion équipés de moteurs Helix, qui a été testée sur la base spatiale suédoise de Kiruna, rouverte en janvier par le roi Carl Gustaf et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen. RFA One pourra transporter une charge utile de 850 kilos en orbite polaire à 2 000 kilomètres. 

PHOTO/Maiaspace - El lanzador Maia aprovecha los trabajos llevados a cabo en el cohete Themis. Cuenta con dos etapas de propulsión y es parcialmente reutilizable.
PHOTO/Maiaspace - Le lanceur Maia s'appuie sur les travaux réalisés sur la fusée Themis. Il comporte deux étages de propulsion et est partiellement réutilisable

Pour son premier vol, cinq institutions scientifiques allemandes et deux italiennes fournissent des charges utiles d'un poids au décollage de 136 kg. Pour le deuxième lancement de RFA One, le 23 novembre, huit satellites de 200 kg ont été sélectionnés. Ils appartiennent à cinq institutions allemandes, une bulgare, une polonaise et une espagnole, l'Université polytechnique de Catalogne, qui fournit le nano-satellite 3Cat-8.

La troisième entreprise privée allemande est HyImpulse, basée dans la petite ville de Neuenstadt am Kocher, mais dont les bureaux d'études se trouvent à Ottobrunn. Créée en 2018 et filiale du DLR, son projet est la fusée à propulsion hybride SL-1 à trois étages, conçue pour envoyer jusqu'à 500 kilos dans l'espace. Suivant l'approche de PLD avec les Miura 1 et Miura 5, HyImpulse travaille également sur la fusée suborbitale SR-75, qui servira de démonstrateur technologique et volera en mars 2024 depuis le centre d'essai de Koonibba, en Australie.  

PHOTO/HyImpulse – El cohete de HyImpulse se llama SL-1 y dispone de tres etapas propulsivas hibridas para colocar en el espacio hasta 500 kilos
PHOTO/HyImpulse – La fusée HyImpulse, baptisée SL-1, est dotée de trois étages de propulsion hybride permettant de placer jusqu'à 500 kilos dans l'espace

La société française Maiaspace se trouve dans une position privilégiée. C'est une filiale à 100 % d'ArianeGroup, le maître d'œuvre d'Ariane 6, détenu à parts égales par Airbus Defence and Space France et le motoriste français Safran. Créée en 2021 avec les encouragements du président Macron, Maia dispose de deux étages de propulsion avec le moteur à méthane Prometheus financé par l'ESA et s'appuie sur les travaux réalisés sur la fusée Themis, partiellement réutilisable. Lors de son premier vol, prévu pour 2025, elle devrait transporter une charge utile d'environ 500 kilos en orbite.

Parmi les initiatives britanniques, la plus importante est Orbex, une société créée en mai 2015 qui a reçu plus de 100 millions de livres sterling de financement privé de la part de l'ESA et de l'agence spatiale britannique. Détenu par les filiales britannique et portugaise de l'espagnol Deimos Space, son lanceur orbital réutilisable Prime a une hauteur de 19 mètres, deux étages de propulsion avec des moteurs à oxygène liquide et GPL pour positionner jusqu'à 200 kilos en orbite basse. Son premier vol depuis le centre spatial de Sutherland, dans le nord de l'Écosse, connaît d'importants retards et n'aura pas lieu avant fin 2024, voire 2025. 

Plus dans Nouvelles technologies - innovation