Les Forces de soutien rapide (RSF) et les Forces armées soudanaises (SAF) ont signé conjointement une déclaration visant à faciliter l'action humanitaire et à répondre aux besoins des civils

Accord entre les parties belligérantes au Soudan pour établir des corridors humanitaires et un cessez-le-feu de 10 jours

AFP/ASHRAF SHAZLY - Fuerzas de seguridad sudanesas hacen guardia en la capital de Sudán, Jartum
photo_camera AFP/ASHRAF SHAZLY - Les forces de sécurité soudanaises montent la garde à Khartoum, capitale du Soudan

Les parties au conflit au Soudan se sont engagées à donner la priorité aux pourparlers "pour parvenir à un cessez-le-feu à court terme afin de faciliter l'acheminement de l'aide humanitaire d'urgence et le rétablissement des services essentiels" dans un document intitulé "Déclaration de Jeddah sur l'engagement à protéger les civils soudanais", qui a été publié par les médias d'État saoudiens.

Abdel Fattah al-Burhan, chef des Forces armées soudanaises, et Mohamed Hamdan Dagalo, commandant des forces paramilitaires des Forces de sécurité soudanaises, sont les représentants des parties belligérantes qui se rencontrent à Djeddah depuis samedi dernier pour des "négociations préalables", facilitées par l'Arabie saoudite, les États-Unis et l'ONU en tant qu'organisme international présent.

AFP/SARAH MEYSSONNIER - El presidente del Consejo Soberano de Sudán el general Abdel Fattah al-Burhan
AFP/SARAH MEYSSONNIER - Le président du Conseil souverain du Soudan, le général Abdel Fattah al-Burhan

"Nous convenons que les intérêts et le bien-être du peuple soudanais sont prioritaires et nous réaffirmons notre engagement à assurer leur protection à tout moment. Il s'agit notamment de permettre aux civils de quitter en toute sécurité les zones d'hostilités en cours pour se rendre à l'endroit de leur choix", indique la déclaration. Les deux parties ont également convenu qu'il était de leur devoir de "toujours faire la distinction entre les civils et les combattants, et entre les objets civils et les objectifs militaires".

Selon un communiqué publié conjointement par Riyad et Washington, "la déclaration guidera la conduite des deux forces pour permettre l'acheminement en toute sécurité de l'aide humanitaire, le rétablissement des services essentiels, le retrait des forces des hôpitaux et des cliniques, et l'enterrement respectueux des morts".

"Après la signature, les négociations de Djeddah se concentreront sur la recherche d'un consensus sur un cessez-le-feu effectif d'une durée maximale de dix jours afin de faciliter ces activités. Un mécanisme de surveillance du cessez-le-feu sera soutenu par les États-Unis dans le cadre des mesures de sécurité", souligne l'avis. Selon le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal bin Farhan, les pourparlers qui ont eu lieu et l'engagement de protéger les civils ne sont qu'une première étape.

"D'autres mesures seront prises après les pourparlers et la déclaration d'engagement à protéger les civils. Le respect de l'accord est d'une importance capitale, et le Royaume continuera à œuvrer jusqu'à ce que le Soudan et son peuple connaissent à nouveau la sécurité et la stabilité", selon le prince Faisal bin Farhan. Selon les Nations Unies, les combats ont tué plus de 600 civils, blessé plus de 5 000 personnes, déplacé 700 000 Soudanais à l'intérieur du pays et provoqué l'émigration de plus de 177 000 personnes.

En réponse à la violence, un grand nombre d'organisations des Nations unies et d'ONG ont déclaré un arrêt temporaire de leur travail à Khartoum et au Darfour. Bien qu'elles aient partiellement repris leur travail, elles restent sur leurs gardes face aux menaces. Selon le Programme alimentaire mondial des Nations unies, des millions de dollars de nourriture auraient été volés à Khartoum, la capitale du Soudan. L'accord engage globalement les deux parties à autoriser l'aide humanitaire indispensable à la suite des pillages et des attaques ciblées contre les fournitures d'aide dans ce pays appauvri, qui est le troisième d'Afrique en termes de superficie et le dixième en termes de population.

PHOTO/ARCHIVO - Protestas en Sudán
PHOTO/FILE - Manifestations au Soudan

La déclaration appelle au rétablissement de l'électricité, de l'eau et d'autres services de base, ainsi qu'à "l'enterrement respectueux" des morts et au retrait du personnel de sécurité des hôpitaux. Sous couvert d'anonymat, un fonctionnaire américain impliqué dans les négociations a déclaré à Arab News qu'une proposition sur la table établirait un nouveau cessez-le-feu de dix jours, qui déclencherait ensuite des pourparlers sur un arrêt définitif des combats. En d'autres termes, il s'agirait d'une confirmation des responsabilités en vertu du droit humanitaire international, notamment en ce qui concerne le traitement des civils et l'obligation de fournir un environnement de travail aux travailleurs humanitaires, a déclaré le fonctionnaire.

"Nous espérons avec hésitation que leur volonté de signer ce document créera une dynamique qui leur permettra de créer l'espace nécessaire à l'acheminement de l'aide, a-t-il ajouté. Selon les responsables, les deux parties sont également parvenues pour la première fois à un accord sur la manière de contrôler un éventuel cessez-le-feu. Un second fonctionnaire américain a reconnu que les deux parties pourraient surveiller le cessez-le-feu à d'autres fins et a qualifié les négociations de "très difficiles".

Il a toutefois ajouté que, si un cessez-le-feu était conclu, le temps consacré aux négociations pour la première étape augmenterait au moins "l'efficacité" du cessez-le-feu. Diplomates et experts se sont demandé si les deux parties souhaitaient la paix ou si elles cherchaient plutôt à se vaincre l'une l'autre. De part et d'autre, il y a, en toute honnêteté, un certain optimisme quant au fait que l'autre partie sera identifiée comme étant l'auteur de l'infraction, a-t-il conclu.

AFP/GUEIPEUR DENIS SASSOU - Refugiados sudaneses que cruzaron a Chad se instalan en un campamento en Koufroun, cerca de Echbara, el 1 de mayo de 2023
AFP/GUEIPEUR DENIS SASSOU - Des réfugiés soudanais ayant traversé le Tchad s'installent dans un camp à Koufroun, près d'Echbara, le 1er mai 2023

Après l'expiration du cessez-le-feu temporaire la semaine dernière, les États-Unis l'ont négocié et ont promis d'imposer des sanctions aux belligérants. Certains législateurs américains se sont inquiétés du fait que la focalisation sur les deux généraux a essentiellement marginalisé les forces pro-démocratiques.

La sénatrice Elizabeth Warren (D-MA) a déclaré : "Nous ne pouvons pas permettre que les dirigeants civils des organisations qui ont mené le courageux soulèvement qui a renversé Omar el-Béchir soient marginalisés". Il s'en est fallu de peu. 18 membres du Conseil des droits de l'homme ont voté en faveur de la résolution, 15 membres s'y sont opposés et 14 membres n'ont pas voté, les pays occidentaux menant la danse.

El humo se eleva durante los combates en la capital sudanesa, Jartum, el 3 de mayo de 2023. - Los persistentes combates entre los generales rivales de Sudán socavaron los esfuerzos para consolidar una tregua, cuando un alto funcionario de la ONU llegó para conversar sobre la prestación de socorro a millones de civiles atrapados 

PHOTO/AFP
PHOTO/AFP - De la fumée s'élève lors des combats dans la capitale soudanaise Khartoum, le 3 mai 2023. La persistance des combats entre les généraux rivaux du Soudan a sapé les efforts visant à consolider une trêve

Pendant les combats entre l'armée soudanaise et les forces paramilitaires de soutien rapide, on voit de la fumée s'élever au-dessus de la ville, rapporte l'agence de presse EFE. La note souligne que ce cessez-le-feu attendu prendra en compte "des mesures de sécurité, y compris un mécanisme de surveillance du cessez-le-feu soutenu par les États-Unis, l'Arabie saoudite et la communauté internationale" afin de "faciliter les activités humanitaires".

Plus dans Politique
argelia sierra leona
Une intense activité au plus haut niveau entre l’Algérie et la Sierra Léone, ces derniers temps, marque un rapprochement entre les deux pays que ne manque pas d’exploiter Alger pour ramener dans son giron un pays qui non seulement reconnaît la souveraineté marocaine sur le Sahara, mais, la concrétise par l’ouverture d’un consulat dans la ville de Dakhla

Pressions algériennes sur la Sierra Léone pour l’amener à revenir sur la reconnaissance de sa souveraineté du Maroc sur le Sahara