Le conflit au Soudan, qui a débuté après une rébellion des FAR contre l'armée à la mi-avril, a fait plus de 1 100 morts

Les combats s'intensifient au Soudan après le retrait de l'armée des négociations

PHOTO/AFP - El humo se eleva durante los combates en la capital sudanesa, Jartum
photo_camera PHOTO/AFP - Des fumées s'élèvent lors des combats dans la capitale soudanaise Khartoum

Les combats entre l'armée soudanaise et le groupe paramilitaire des Forces de soutien rapide (RSF) se sont intensifiés dans la capitale, Khartoum, après que les forces armées ont annoncé qu'elles se retiraient des négociations de cessez-le-feu avec leur adversaire en raison de désaccords. 

Des témoins ont déclaré à EFE que des avions de l'armée avaient bombardé des positions des FAR dans le sud de la ville voisine de Khartoum, Um Durman, tandis que les paramilitaires avaient répondu par des tirs d'artillerie antiaérienne, provoquant d'importants panaches de fumée dans la région. 

Les forces armées ont également bombardé la base militaire de Karari, principale base des FAR à Um Durman, tout en menant des raids aériens dans la région du Nil oriental.

De leur côté, les FAR ont déclaré dans un communiqué que leurs unités spéciales avaient mené une opération sur la base militaire de Wadi Sayedna, dans le nord d'Um Durman, affirmant avoir détruit trois avions de chasse et avoir tué et blessé des "dizaines" de militaires. 

Ils ont également déclaré que les paramilitaires allaient "intensifier les opérations éclair contre toutes les positions de l'armée dans la capitale et les États". 

Cependant, une source militaire de l'armée a démenti ces informations à EFE et a indiqué que les FAR avaient tiré des roquettes Katioucha sur la base militaire, mais que le projectile avait atteint les abords de l'installation. 

Cette escalade survient un jour après que l'armée se soit retirée des négociations indirectes avec les FAR dans la ville saoudienne de Jeddah en raison de désaccords sur l'expulsion des paramilitaires des zones résidentielles habitées par des civils.

Par ailleurs, Médecins sans frontières a déclaré aujourd'hui que plus de 140 000 personnes, principalement des femmes et des enfants sud-soudanais ayant fui Khartoum, sont arrivées dans l'État du Nil Blanc à la suite du déclenchement du conflit le 15 avril et sont confrontées à des "pénuries massives de nourriture, d'abris et de soins médicaux" dans dix camps d'accueil. 

Le conflit au Soudan, qui a débuté après une rébellion des FAR contre l'armée à la mi-avril, a fait plus de 1 100 morts, ainsi que 3,5 millions de personnes déplacées et réfugiées, selon l'ONU.

Le bilan officiel n'a cependant pas été mis à jour depuis plus d'un mois, tandis que le projet ACLED (Armed Conflict Location & Event Data Project) estime le nombre de morts à 3 900. 

Plus dans Politique