Cette annonce intervient dans un contexte de tensions entre la Turquie et l'OTAN en raison du refus d'Erdogan d'autoriser la Finlande et la Suède à rejoindre l'Alliance. En outre, les relations entre Ankara et Athènes traversent une nouvelle controverse

Erdogan menace d'une nouvelle opération militaire dans le nord de la Syrie

AFP/BAKR ALKASEM - Des soldats turcs patrouillent dans la ville kurde de Tal Abyad, à la frontière syro-turque.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé de nouvelles opérations militaires au sud de la frontière dans le but de créer des zones de sécurité d'une profondeur de 30 kilomètres afin de "combattre les menaces terroristes dans ces régions". Ces incursions - qui commenceront dès que les forces militaires, de renseignement et de sécurité auront achevé leurs préparatifs - auront probablement lieu dans le nord de la Syrie, où Ankara intervient depuis 2016 pour combattre les Unités de protection du peuple kurde (YPG), la branche armée du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), une organisation considérée comme terroriste par la Turquie, les États-Unis et l'Union européenne. 

"L'objectif principal de ces opérations sera de cibler les zones qui sont des centres d'attaques contre notre pays et d'établir des zones sûres", a déclaré Erdogan. Le dirigeant turc a également assuré que les actions se concentreraient sur les zones où la Turquie reçoit le plus d'attaques et où elles sont planifiées.

À cet égard, Ragip Soylu de Middle East Eye met en lumière Tal Rifaat, une ville au nord d'Alep où l'armée turque a récemment intensifié ses attaques. Selon le Centre d'information du Rojava (RIC), le nord-ouest de la Syrie a subi 36 attaques de drones en moins de cinq mois.

PHOTO/ Servicio de Prensa Presidencial vía AP  -   El presidente turco Recep Tayyip Erdogan

Soylu souligne également la pression interne exercée sur Ankara en raison du nombre élevé de réfugiés syriens dans le pays, soit 3,76 millions. "Il y a beaucoup de pression interne pour renvoyer les Syriens dans leur pays. Un plus grand nombre de zones contrôlées par la Turquie pourrait permettre d'atteindre cet objectif", explique-t-il, tout en reconnaissant que cela pourrait être compliqué. Début mai, Ankara a annoncé un plan visant à rapatrier un million de personnes déplacées dans les zones du nord de la Syrie contrôlées par l'armée turque et les milices syriennes alliées. 

AFP/BAKR ALKASEM - Un combatiente sirio respaldado por Turquía sostiene una ametralladora ligera mientras mira durante ejercicios militares en el distrito de Sheikh Hadid en la región de Afrin, en el noroeste de Siria, el 5 de agosto de 2021

Ces nouvelles opérations feront suite à d'autres menées les années précédentes : Bouclier de l'Euphrate (2016), Rameau d'olivier (2018) et Bouclier de printemps (2020), considérées comme les trois principales incursions turques en territoire syrien afin de protéger la frontière des menaces de Daesh, ainsi que pour combattre les forces kurdes.

La dernière opération d'Ankara au sud de ses frontières - Claw-Lock - a débuté le 18 avril et visait les milices du PKK dans le nord de l'Irak. Au cours de cette mission, les troupes turques ont éliminé 63 terroristes et sont parvenues à détruire 82 cachettes et plus de 400 engins explosifs improvisés, selon le ministre de la Défense Hulusi Akar. 

AFP/DELIL SOULEIMAN - Un miembro de las Fuerzas de Seguridad Interna Kurdas de la Asayesh hace guardia en la ciudad de Ras al-Ain

L'Irak est un autre pays où la Turquie a accru son activité militaire ces dernières années, malgré le refus des autorités politiques irakiennes. En 2020 et 2021, Ankara a lancé les opérations Tiger Claw et Eagle Claw avec les mêmes objectifs que ses assauts à la frontière syrienne.

En début de semaine, les autorités turques ont confirmé la mort d'un dirigeant du PKK responsable des activités de l'organisation dans les régions de Majrmur, Kirkuk et Suleimaniya, dans le nord de l'Irak. Selon le journal turc Hurriyet Daily News, le milicien, identifié comme Mehmet Erdogan - alias "Ahmet Rubar" - était recherché par la justice turque pour "tentative de renversement de l'ordre constitutionnel" et "atteinte à l'unité et à l'intégrité territoriale de l'État".

AP/TURKISH DEFENSE MINISTRY  -   Un soldado hace guardia en el paso fronterizo de la frontera con Irak, en la provincia de Hakkari, Turquía

L'annonce de ces nouvelles opérations pourrait tendre les relations entre Ankara et ses partenaires de l'OTAN. Outre une nouvelle intervention turque contre les zones contrôlées par les YPG, une milice soutenue par les États-Unis, le gouvernement d'Erdogan a déclaré à plusieurs reprises qu'il n'accepterait pas l'entrée de la Suède et de la Finlande dans l'Alliance, contrairement à la majorité des membres de l'OTAN.

Nouveau clash entre Ankara et Athènes 

Erdogan a également haussé le ton contre son homologue grec, Kyriakos Mitsotakis, qu'il a déclaré "ne pas reconnaître". "Nous travaillons avec des politiciens honnêtes qui tiennent leur parole. Pour moi, ce Mitsotakis n'existe pas", a déclaré le dirigeant turc.

AFP/ ARIS OIKONOMOU  -   El primer ministro griego Kyriakos Mitsotakis, dispuesto al diálogo bilateral

Cette nouvelle controverse entre Ankara et Athènes est une réponse aux déclarations faites par le dirigeant grec lors de sa visite au Congrès américain. Erdogan a accusé son voisin d'avoir tenté de bloquer la vente d'avions de combat F-16 américains à la Turquie lorsqu'il était à Washington. L'administration Biden a envisagé de lever l'interdiction d'Ankara, qui avait été imposée après l'achat par le gouvernement turc du système de défense russe S-400.

Toutefois, Mitsotakis aurait demandé aux législateurs américains de maintenir le veto contre la Turquie. Fin avril, les autorités grecques ont accusé les avions de chasse turcs de violer leur espace aérien, ce qui, selon Athènes, "porte atteinte à la sécurité européenne". 

AFP/YASSER AL-ZAYYAT - Un avión F-16 turco

"La dernière chose dont l'OTAN a besoin à un moment où notre objectif est d'aider l'Ukraine à vaincre l'agression de la Russie est une autre source d'instabilité sur le flanc sud-est de l'OTAN", a déclaré le dirigeant grec, rapporte DW. "Et je vous demande d'en tenir compte lorsque vous prendrez des décisions en matière de marchés publics de défense concernant la Méditerranée orientale", a-t-il ajouté.

Les remarques de Mitsokatis ont rendu furieux Erdogan, qui a déclaré que les deux parties avaient convenu de "ne pas inclure de pays tiers dans leur différend". Malgré leur appartenance à l'OTAN, la Turquie et la Grèce entretiennent une rivalité de longue date. Les deux pays s'affrontent sur la question de Chypre ainsi que sur des questions de souveraineté maritime, territoriale et aérienne.

L'année dernière, Ankara et Athènes ont convenu d'entamer des pourparlers pour tenter de normaliser et d'améliorer leurs relations, mais aucun résultat significatif n'a encore été obtenu. De plus, ce nouveau clivage promet d'entraver le dialogue gréco-turc. "Nous étions censés avoir une réunion du conseil stratégique cette année. Il n'y a plus personne du nom de Mitsotakis sur mon agenda", a souligné Erdogan. De même, le président turc a accusé l'exécutif grec d'abriter l'organisation dirigée par Fethullah Gülen, la figure religieuse à laquelle Ankara attribue le coup d'État manqué de 2016.   

PHOTO/Ministerio de Asuntos Exteriores de Turquía via REUTERS  -   El ministro de Asuntos Exteriores turco, Mevlut Cavusoglu, y su homólogo griego, Nikos Dendias, en una rueda de prensa en Ankara, Turquía, el 15 de abril de 2021

Tous ces nouveaux fronts de la politique étrangère turque affectent l'économie déjà malmenée du pays. "Les marchés turcs n'apprécient pas la crise imminente avec l'Occident après les déclarations d'Erdogan sur la Grèce, la Syrie, la Suède et la Finlande. La livre turque tombe à son plus bas niveau en 6 mois, 16 lires pour un dollar maintenant", écrit le journaliste Ragip Solyu sur Twitter.