La trêve entre Israël et le Hamas est entrée dans sa sixième journée mercredi

Le Hamas est prêt à prolonger la trêve avec Israël pour quatre jours supplémentaires

Tropas israelíes en Gaza - MAHMUD HAMS/AFP
photo_camera MAHMUD HAMS / AFP - Des troupes israéliennes passent devant des bâtiments détruits le long de la route de Salaheddine reliant le nord de la bande de Gaza au sud, dans le district de Zeitoun, à la périphérie de la ville de Gaza, le 28 novembre 2023.

Le Hamas est prêt à prolonger de quatre jours la trêve avec Israël et à libérer davantage d'otages en échange de prisonniers palestiniens, a annoncé mercredi une source proche du mouvement islamiste, sur fond de pression des médiateurs internationaux pour un cessez-le-feu durable dans le conflit. 

La trêve entre Israël et le Hamas est entrée mercredi dans sa sixième journée, avec un nouvel échange d'otages israéliens et de prisonniers palestiniens prévu. 

La trêve est entrée en vigueur vendredi pour une durée initiale de quatre jours, mais a été prolongée de 48 heures, jusqu'à jeudi à 05h00 GMT, pour permettre l'échange de 20 otages du Hamas contre 60 prisonniers palestiniens, a déclaré le médiateur en chef, le Qatar. 

Cette prolongation a permis la remise mardi soir de 12 otages détenus par le groupe islamiste (dix Israéliens et deux Thaïlandais) et de 30 prisonniers palestiniens, dont un adolescent de 14 ans. 

Les médias israéliens affirment que le gouvernement a déjà reçu la liste des otages que le Hamas doit restituer mercredi, mais aucune source officielle n'a confirmé cette information. 

Mercredi matin, une source proche du Hamas a indiqué que le mouvement islamiste avait "accepté" de prolonger la trêve actuelle de quatre jours. 

"Le Hamas a informé les médiateurs qu'il souhaitait prolonger la trêve de quatre jours et que, durant cette période, il était en mesure de libérer les prisonniers israéliens qu'il détient avec d'autres mouvements de résistance et d'autres parties, dans les mêmes conditions que celles de la trêve actuelle", a déclaré cette source. 

Jusqu'à présent, la trêve, également négociée avec le soutien de l'Égypte et des États-Unis, a permis la libération de 60 otages israéliens, ainsi que de 20 Thaïlandais, d'un Philippin et d'un Russe-israélien en dehors de l'accord. 

MAHMUD HAMS / AFP - Las tropas israelíes toman posiciones en una elevación que domina la carretera de Salaheddine que une el norte de la Franja de Gaza con el sur en el distrito de Zeitoun en las afueras de la ciudad de Gaza el 28 de noviembre de 2023
MAHMUD HAMS / AFP - Des troupes israéliennes prennent position sur une élévation surplombant la route de Salaheddine reliant le nord de la bande de Gaza au sud dans le district de Zeitoun à la périphérie de la ville de Gaza le 28 novembre 2023.

De son côté, Israël a libéré 180 prisonniers de ses prisons, soit un ratio de trois Palestiniens pour un otage israélien. 

Les autorités de l'État hébreu estiment que 240 personnes ont été enlevées et emmenées à Gaza lors de l'attaque sanglante du Hamas du 7 octobre, qui a fait 1 200 morts, pour la plupart des civils. 

Parmi les morts israéliens, on compte plus de 300 militaires. 

En réponse, Israël a juré d'"anéantir" le Hamas et a lancé une offensive contre la bande de Gaza, avec des bombardements constants et une opération terrestre depuis le 27 octobre, qui a fait 14 854 morts, dont 6 150 enfants de moins de 18 ans, selon le gouvernement de Gaza, contrôlé par les islamistes. 

Destrucción causada por los ataques israelíes en sus hogares en la aldea de Khuzaa, al este de Khan Yunis, cerca de la valla fronteriza entre Israel y el sur de la Franja de Gaza el 27 de noviembre de 2023, en medio de una tregua. en las batallas entre Israel y Hamás. 

AFP/ SAID KHATIB
 AFP/ SAID KHATIB - Destructions causées par les attaques israéliennes à l'est de Khan Younis, près de la barrière frontalière entre Israël et le sud de la bande de Gaza.

"Une trêve de longue durée" 

Témoignant des conditions de vie des otages à Gaza, la grand-mère d'Eitan Yahalomi, un garçon de 12 ans libéré lundi, a déclaré que son petit-fils avait été isolé pendant 16 jours. 

"Les jours où il a été seul ont été horribles", a déclaré Esther Yaeli au site d'information israélien Walla. "Maintenant, Eitan semble très réservé", a-t-elle ajouté. 

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a promis mardi de "libérer tous les otages" du Hamas, une organisation considérée comme terroriste par les États-Unis, l'Union européenne et Israël. 

"Nous détruirons cette organisation terroriste et ferons en sorte que Gaza ne soit plus une menace pour l'État d'Israël", a-t-il ajouté. 

Son chef d'état-major, Herzi Halevi, s'est également exprimé dans le même sens : "L'armée israélienne est prête à reprendre le combat. Nous profitons de ces jours de pause (...) pour renforcer notre préparation". 

PHOTO/FILE - El primer ministro israelí, Benjamin Netanyahu
PHOTO/FILE - Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu

Mais en coulisses, les médiateurs tentent de prolonger la trêve au-delà de jeudi. 

"Notre principal objectif, et notre espoir, est de parvenir à une trêve durable qui conduira à de nouvelles négociations et, à terme, à la fin de la guerre", a déclaré le porte-parole du ministère qatari des Affaires étrangères, Majed al-Ansari. 

Dans le cadre de ces efforts, le secrétaire d'État américain Antony Blinken se rendra cette semaine en Israël et en Cisjordanie occupée. 

Une source au fait des négociations a déclaré que les chefs des services de renseignement américains et israéliens se trouvaient à Doha, la capitale du Qatar, pour discuter de la "prochaine phase" de l'accord. 

FOTO/JONATHAN ERNST/POOL/AFP - El secretario de Estado estadounidense Antony Blinken saluda mientras desembarca de un avión para el inicio de su visita a Israel, en medio del actual conflicto entre Israel y el grupo islamista palestino Hamás, en el aeropuerto internacional Ben Gurion, cerca de Tel Aviv, el 3 de noviembre de 2023. Blinken llegó a Israel el 3 de noviembre, indicó un corresponsal de la AFP que viajaba con él, en un viaje centrado en las medidas para minimizar los daños a la población civil en la guerra de Gaza
FOTO/JONATHAN ERNST/POOL/AFP - Secrétaire d'État américain Antony Blinken

"Risque de famine" 

La prolongation de la trêve a permis à des centaines de camions d'aide humanitaire d'entrer dans la bande de Gaza, assiégée et bombardée depuis sept semaines par l'armée israélienne. 

Mais la situation reste "catastrophique", a déclaré le Programme alimentaire mondial (PAM), qui a mis en garde contre un "risque de famine". 

"Nous n'avons pas d'eau, pas de nourriture, pas de farine depuis dix jours. La situation est dure, très dure", a déclaré à l'AFP Ashraf Selim, un habitant de Gaza. 

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré avoir constaté une "augmentation massive" des maladies transmissibles, avec 45 cas de diarrhée chez les enfants de plus que d'habitude, alors que la plupart des hôpitaux de Gaza sont inopérants. 

PHOTO/Ministerio de Asuntos Exteriores de Qatar via REUTERS - Ayuda de emergencia de Qatar para los palestinos en Gaza
PHOTO/Ministère qatari des Affaires étrangères via REUTERS - Aide d'urgence qatarie pour les Palestiniens de Gaza

Selon un responsable de la Maison Blanche, l'aide humanitaire acheminée à Gaza a atteint 2 000 camions, avec une "cadence soutenue de 240 camions par jour" à l'heure actuelle. 

Soumis à un blocus terrestre, maritime et aérien depuis 2007, ce petit territoire densément peuplé est totalement assiégé par Israël, qui l'a privé d'eau, de nourriture et d'électricité. 

Plus de la moitié des habitations du territoire ont été endommagées ou détruites pendant la guerre, qui a déplacé 1,7 million des 2,4 millions d'habitants de la bande de Gaza, selon l'ONU. 

Palestinos caminan entre los escombros de los edificios afectados por los ataques israelíes, cerca del mercado de Al-Zawiya en la ciudad de Gaza el 27 de noviembre de 2023, en el cuarto día de una tregua en los combates entre Israel y Hamás
AFP/OMAR EL-QATTAA
AFP/OMAR EL-QATTAA - Des Palestiniens marchent dans les décombres des bâtiments touchés par les attaques israéliennes près du marché Al-Zawiya dans la ville de Gaza, le 27 novembre 2023, au quatrième jour de la trêve des combats entre Israël et le Hamas

Des milliers de Palestiniens déplacés au sud de la bande de Gaza ont profité de la trêve pour retourner chez eux dans le nord dévasté, malgré l'interdiction des troupes israéliennes. 

"J'essaie de retrouver les souvenirs de ma maison", a déclaré un Palestinien d'al-Zahra, montrant les montagnes de décombres où se trouvait sa maison, détruite par les bombardements israéliens. 

Plus dans Politique
El ministro francés de Europa y Asuntos Exteriores, Stéphane Sejourne – PHOTO/JUAN MABROMATA/AFP
Espagnols et Français viennent exprimer à Rabat leur soutien à son plan d’autonomie des conclaves du sud du territoire chérifien. Alger, soutien indéfectible du Polisario, qui conteste au Maroc sa souveraineté sur ces conclaves, subit sans broncher

Après Madrid, Paris irrite Alger