Le président Tokayev promet un "nouveau Kazakhstan" et met fin à l'ère de l'ancien président Nazarbayev, mais ses détracteurs l'accusent de procéder à des réformes cosmétiques pour renforcer son pouvoir

Le Kazakhstan adopte un référendum constitutionnel quelques mois après les émeutes de janvier

photo_camera AFP/VYACHESLAV OSELEDKO - Président élu du Kazakhstan Kassym-Jomart Tokayev

Une majorité de l'électorat kazakh a voté en faveur du référendum constitutionnel de dimanche, qui, selon le président Kassym-Jomart Tokayev, vise à faire passer le pays "d'un système "superprésidentiel" à une république présidentielle dotée d'un parlement fort". 

Les résultats préliminaires, annoncés par la Commission électorale centrale, ont montré que 77,18 % des électeurs ont soutenu le projet, avec une majorité dans toutes les régions du pays, contre 18,66 % qui ont voté contre. "Le référendum a été validé", a annoncé Nurlan Abdirov, président de la Commission. 

Avec ce vote, les citoyens du pays ont apporté leur soutien à une série d'amendements constitutionnels proposés par Tokayev, dans ce qu'il a qualifié de "nouvelle ère dans l'histoire du Kazakhstan indépendant", avec une évolution vers une "deuxième république" et un "nouveau Kazakhstan", qui pourrait marquer une rupture avec l'ère de l'ancien président Nursultan Nazarbayev. 

El presidente en funciones de Kazajistán, Kassym-Jomart Tokayev, emite su voto durante las elecciones presidenciales kazajas

"La réforme constitutionnelle renforcera de manière exhaustive le système de protection des droits de l'homme et des libertés. Une concurrence politique équitable et ouverte sera garantie dans le pays", a déclaré Tokayev lors de sa campagne. "Ensemble, nous ferons du Nouveau Kazakhstan une réalité, dans laquelle la justice sociale sera la valeur principale et le porteur d'un nouveau contrat social", a conclu le président d'Asie centrale. 

Le référendum a été accompagné d'une certaine controverse, le gouvernement étant accusé d'avoir laissé trop peu de temps, à peine un mois, aux citoyens pour étudier les réformes complexes. C'est ce qu'a déclaré Hugh Williamson, directeur pour l'Europe et l'Asie centrale de l'ONG Human Rights Watch, qui a critiqué la précipitation de Nursultan, affirmant qu'il devrait accorder "le temps nécessaire pour ouvrir les réformes constitutionnelles à la consultation et au débat publics et envisager des amendements avant que les propositions finales ne soient soumises à référendum". 

Ce vote intervient quelques mois après les troubles du début de l'année. Ce qui avait commencé comme des protestations pacifiques contre la hausse des prix du carburant s'est transformé en manifestations de masse contre la situation économique et politique dans tout le pays, en particulier à Almaty, la capitale économique et la ville la plus peuplée.

Manifestación para protestar contra el aumento del coste del GLP tras la decisión de las autoridades kazajas de levantar los límites de los precios del gas licuado de petróleo en Almaty, Kazajistán, el 5 de enero de 2022

Toutefois, la situation a fini par devenir incontrôlable et a donné lieu à de graves violences de rue et à des affrontements armés. Les forces armées kazakhes ont durement réprimé les protestations au cours de combats qui ont fait jusqu'à 232 morts, pour la plupart des civils. Le chaos a également conduit Tokayev à demander l'intervention de l'Organisation du traité de sécurité collective, une alliance de plusieurs républiques post-soviétiques dirigée par la Russie, qui a envoyé des milliers de soldats dans le pays.

La version officielle des événements impute les violences à des "bandits et des terroristes", mais de nombreux analystes estiment qu'une lutte pour le pouvoir entre le président Tokayev et l'entourage de l'ancien président et homme fort de l'époque, Nazarbayev, est à l'œuvre en arrière-plan. 

L'ancien président de longue date a officiellement pris sa retraite en tant que chef d'État en 2019, après avoir dirigé le pays depuis 1990, avant même l'effondrement de l'Union soviétique, élisant Tokayev comme son successeur. Toutefois, Nazarbayev a conservé plusieurs de ses postes les plus importants, et la constitution lui a accordé des privilèges spéciaux en tant que "leader de la nation" (Elbasy) et "premier président". 

El 2 de enero estallaron pequeñas protestas en una ciudad petrolera del oeste de Kazajistán, donde los residentes estaban descontentos por el repentino aumento de los precios del gas licuado, muy utilizado como combustible para automóviles

La plupart des analystes s'accordent à dire que Nazarbayev a continué à diriger le Kazakhstan de facto. Mais lors des émeutes de janvier, au cours desquelles l'ancien président a été l'une des cibles de la colère publique, la balance semble avoir basculé en faveur de Tokayev, qui a démis Nazarbayev des postes qu'il occupait encore et a mené la purge des institutions de plusieurs de ses alliés. 

Une fois le calme revenu, Tokayev a promis un ensemble de réformes politiques et économiques pour répondre au mécontentement populaire. "Nous devons définir de nouvelles "règles du jeu", plus équitables et plus transparentes", a déclaré le dirigeant kazakh, qui, dans les mois qui ont suivi, a concrétisé ces promesses dans les présents amendements constitutionnels.

En esta foto tomada de un video proporcionado por el Servicio de Prensa del Ministerio de Defensa de Rusia, las fuerzas de paz rusas de la Organización del Tratado de Seguridad Colectiva abandonan un avión militar ruso después de retirar sus tropas en un aeropuerto en las afueras de Ivanovo, Rusia, el sábado 15 de enero de 2022
La "Deuxième République"

Le président ne pourra plus être membre d'un parti politique, ce qui signifie une perte d'influence pour le parti Amanat au pouvoir (connu il y a quelques mois encore sous le nom de Nur Otan). En outre, ses proches ne seront plus autorisés à occuper des fonctions politiques ou à diriger des entreprises publiques, une mesure destinée à limiter le népotisme, endémique sous la présidence de Nazarbayev. 

Il ne sera pas non plus possible de revenir à une présidence continue comme celle de l'ancien président, puisque le nombre de mandats présidentiels consécutifs a été réduit à deux.  L'influence du président sur le Sénat sera également réduite, passant de 15 à 10 sièges sur 49.

La chambre basse du Parlement, les Mazhilis, verra son importance augmenter, puisqu'elle deviendra la seule chambre responsable de l'élaboration des lois, tandis que le Sénat se limitera à les approuver ou à les rejeter. Les élections passeront également à un système mixte, avec 70 % des sièges attribués à la proportionnelle et les 30 % restants élus directement dans des circonscriptions uninominales. Le pays retrouvera également une Cour constitutionnelle, qui avait été abolie en 1995. 

El primer presidente de Kazajstán participó en el procedimiento de votación del referéndum nacional sobre la introducción de enmiendas y adiciones a la Constitución de la República de Kazajistán

Les gouverneurs de province et les gouverneurs des grandes villes seront directement élus par le peuple plutôt que nommés par le président, bien que ce dernier choisisse les candidats à ces fonctions. 

Plus important encore, les amendements suppriment toute référence à Nazarbayev dans la Constitution, le privant ainsi des privilèges spéciaux dont il bénéficiait en tant qu'Elbasy et "premier président". Depuis janvier, Nazarbayev, que l'on a vu voter au référendum, a gardé un profil bas, semblant confirmer sa perte d'influence au profit de Tokayev, et maintenant ces amendements pourraient être le clou final de son cercueil.

Pour Michaël Levystone, chercheur à l'Institut français des relations internationales, éviter précisément les dérives de l'ère Nazarbayev serait l'objectif affiché de la réforme, avec des mesures concrètes pour faire face aux risques de népotisme et d'autocratie. "La révision constitutionnelle au Kazakhstan est donc très fortement marquée d’une volonté de « déelbassiser » le pays, qu’illustre le retrait programmé de son statut de Père de la Nation", déclare Levystone. 

Une rupture avec le passé ou un changement cosmétique ?

Cependant, le référendum a également été sévèrement critiqué par certains opposants, qui n'y voient qu'un "changement cosmétique".

Levystone rappelle que le référendum apporte avec lui un certain nombre de réformes fondamentales, mais que, dans le même temps, le président continuera à disposer de pouvoirs étendus, de la direction des forces armées à la nomination des hauts fonctionnaires du pays. "L’abandon, annoncé par les autorités Kazakhstanaises, d’un régime « super-présidentiel » ne saurait faire oublier que le président restera extrêmement puissant dans le pays (malgré de réels gages d’ouverture politique)", Levystone argumente.

Ainsi, selon le chercheur de l'Ifri, "le séduisant concept de « Nouveau Kazakhstan » ne se concrétise qu’imparfaitement dans la révision constitutionnelle qui se prépare à Nour-Soultan". En outre, conclut Levystone, " l'opinion publique kazakhe s'attend à de profonds changements socio-économiques dans le pays ", ce qui signifie que le " nouveau Kazakhstan " ne peut être exclusivement politique.

Plus dans Politique
Josua Harris usa argelia
A l’approche des élections présidentielles qui se dérouleront au mois de novembre prochain, le président Joe Biden ne compte pas quitter la Maison Blanche sans avoir marqué de son empreinte le rôle des Etats Unis d’Amérique dans le règlement du conflit algéro-marocain qui n’a que trop duré

Joe Biden choisit « Monsieur Sahara » ambassadeur à Alger