Après sa visite à Londres, le président ukrainien doit se rendre à Bruxelles pour un sommet avec les dirigeants européens

Le Royaume-Uni annonce de nouvelles sanctions contre l'armée russe lors de la visite de Zelensky

photo_camera PHOTO/TWITTER Ruslan Stefanchuk @r_stefanchuk - Le président ukrainien Volodimir Zelensky a atterri ce matin à l'aéroport Stansted de Londres, où il a été accueilli par le Premier ministre Rishi Sunak

À bord d'un avion militaire de la Royal Air Force (RAF) britannique, le président ukrainien Volodimir Zelensky a atterri ce matin à l'aéroport Stansted de Londres, où il a été accueilli par le Premier ministre Rishi Sunak.

Zelensky se rend au Royaume-Uni pour son premier voyage dans le pays depuis le début de l'invasion russe de l'Ukraine, il y a près d'un an. À Londres, outre sa rencontre avec Sunak, le dirigeant ukrainien s'entretiendra avec le roi Charles III au palais de Buckingham et avec les chefs militaires britanniques.

Au cours de son séjour au Royaume-Uni, Zelensky doit également s'adresser au Parlement et rendre visite aux troupes ukrainiennes qui suivent une formation militaire dispensée par les forces armées britanniques sur une base en Angleterre. 

Comme l'a déclaré le Premier ministre britannique, "la visite du président Zelensky au Royaume-Uni est un témoignage du courage, de la détermination et de la lutte de son pays", ainsi qu'un reflet "de l'amitié indéfectible entre nos deux pays".

Londres a promis à Kiev davantage de programmes de formation pour les pilotes et les marines ukrainiens, ainsi que de nouvelles sanctions contre les personnes et les entreprises proches du président russe Vladimir Poutine. Le gouvernement Sunak est également prêt à fournir à l'Ukraine des armes "à plus longue portée" afin de contrer "la capacité de la Russie à attaquer continuellement les infrastructures civiles de l'Ukraine" et de "réduire la pression sur les fronts ukrainiens"

Avec les États-Unis, le Royaume-Uni est l'un des plus importants partenaires militaires de l'Ukraine. Depuis le début de la guerre, Londres a envoyé à Kiev plus de 2 milliards de livres (2,5 milliards de dollars) d'armes et d'équipements, selon les chiffres de l'AP. Parmi les armes fournies par le Royaume-Uni à l'Ukraine figurent les chars de combat Challenger 2.

Nouvelles sanctions contre l'industrie militaire russe et l'élite du Kremlin

Outre le soutien militaire apporté à l'Ukraine, les dirigeants occidentaux ont imposé des sanctions sévères à la Russie. Profitant de la visite de Zelensky au Royaume-Uni, le gouvernement britannique a annoncé de nouvelles sanctions contre "l'armée russe et les élites du Kremlin".

Comme l'a souligné l'exécutif dans un communiqué, les sanctions visent six entités qui "fournissent des équipements militaires, tels que des drones" à l'armée russe lors de l'invasion de l'Ukraine, ainsi que huit personnes et une société liées à des réseaux financiers qui contribuent à "maintenir la richesse et le pouvoir parmi les élites du Kremlin"

Parmi les personnes sanctionnées figurent Boris Titov, commissaire présidentiel aux droits des entrepreneurs ; Nikolay Egorov, ancien vice-président de la plus grande raffinerie de pétrole privée de Russie ; Sergei Rudnow, propriétaire du média pro-Kremlin Regum ; Svetlana Krivonogikh, actionnaire de la Bank Rossiya ; et Viktor Myachin, propriétaire d'Aerostart, une société russe de maintenance et de réparation d'avions. Parmi les personnes sanctionnées figure également la milliardaire russe Svetlana Krivonogikh, admiratrice présumée de Poutine et mère d'une de ses filles, selon The Guardian.

Tous ces noms, selon le gouvernement britannique, sont "liés aux résidences de luxe de Poutine, notamment le "palais de Poutine", d'une valeur de 100 milliards de roubles, et la datcha de Poutine, située au bord du lac"

D'autre part, les entreprises sanctionnées sont CSTM RT-Komplekt, Oborologistics, Universalmash et Lipetsk et Topaz, toutes impliquées dans le secteur militaire russe et l'"invasion illégale de l'Ukraine".

"Ces nouvelles sanctions accélèrent la pression économique sur Poutine, sapant sa machine de guerre pour aider l'Ukraine à l'emporter", a déclaré le secrétaire d'État aux affaires étrangères James Cleverly. Le chef de la diplomatie britannique a assuré que la Russie "n'aura pas accès aux actifs gelés tant qu'elle n'aura pas mis fin, une fois pour toutes, à ses menaces contre la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Ukraine". "Nous ne pouvons pas le laisser réussir. Nous devons intensifier notre soutien", a-t-il ajouté.

Après Londres, Zelensky doit se rendre à Bruxelles

Il s'agit du deuxième voyage à l'étranger de Zelensky depuis le début de la guerre en Ukraine. En décembre, le président ukrainien s'est rendu aux États-Unis, où il a rencontré le président Joe Biden, ainsi que d'autres hauts responsables ukrainiens, et s'est adressé au Congrès.

Sunak, quant à lui, s'est rendu à Kiev en novembre, un mois seulement après être devenu Premier ministre suite à la démission de Liz Truss. Dans la capitale ukrainienne, le leader conservateur a réaffirmé le soutien de Londres à l'Ukraine

Après le Royaume-Uni, Zelensky devrait se rendre à Bruxelles, a déclaré un diplomate européen à Reuters. Le président ukrainien doit participer à un sommet avec d'autres dirigeants européens et s'adresser au Parlement européen lors d'une session extraordinaire.

Plus dans Politique
Yahya Sinwar, jefe de Hamas en la Franja de Gaza- MAJDI FATHI / NurPhoto / NurPhoto vía AFP
Israël nie que le chef du Hamas à Gaza se soit enfui en Égypte par un tunnel, comme l'affirment les médias arabes. La photo d'un homme arrêté qui ressemble beaucoup à Sinwar a également circulé ces dernières heures

Où est Yahya Sinwar ?

Tinduf - PHOTO/FILE
Alger ne s’attendait nullement à pareil coup de la part de l’ambassadrice américaine Elizabeth Moore Aubin. Au moment où elle posait pour une photo souvenir avec les magistrats de la cour suprême à l’issue d’une visite qu’elle venait de rendre à leur institution, l’ambassade US diffusait un communiqué dissuadant les occidentaux à se rendre à Tindouf pour cause de terrorisme

Les Etats-Unis, l’Espagne et le Royaume Uni mettent en garde leurs ressortissants désireux de se rendre à Tindouf

Las princesas Lalla Meryem, Lalla Asmae y Lalla Hasnaa fueron recibidas por Brigitte Macron en Francia
Les princesses Lalla Meryem, Lalla Asmae et Lalla Hasnaa ont été reçues par l'épouse du président français Emmanuel Macron et l'ambassadeur de France a exhorté à clarifier la question du Sahara occidental, qui sépare toujours les deux nations

La France et son rapprochement avec le Maroc