Les industries TEDAE reprennent la voie de la croissance menée par le secteur aéronautique, qui représente 69,9 % des ventes

L'écosystème espagnol de l'aérospatiale et de la défense, dont le chiffre d'affaires atteindra 11,6 milliards d'euros en 2021, commence à se redresser

PHOTO/JUAN PONS - La reprise a déjà atteint les industries TEDAE et son chiffre d'affaires en 2021 atteint un volume de 11,594 millions d'euros, selon l'analyse des données fournies par Jorge Sainz, associé de la stratégie de vente chez KPMG

Les 90 entreprises qui composent l'Association espagnole des entreprises de défense, de sécurité, de technologie aéronautique et spatiale (TEDAE) ont réalisé un chiffre d'affaires de 11 594 millions d'euros en 2021, soit une croissance de 1,6 % par rapport à l'année précédente.

Et les exportations ont atteint 5 433,5 millions, ce qui représente 46,9% du chiffre d'affaires total. Tel est le bref résumé du rapport intitulé "Impact économique et social de l'industrie de la défense, de la sécurité, de l'aéronautique et de l'espace", élaboré par une équipe de KPMG sous la direction de Begoña Cristeto, associée responsable du secteur automobile et de l'industrie au sein du cabinet de conseil susmentionné.

La secrétaire générale de l'industrie et des petites et moyennes entreprises entre 2014 et 2018 auprès du gouvernement du président Mariano Rajoy, Begoña Cristeto, a profité de la présentation du rapport le 11 novembre pour appeler à " une plus grande agilité et simplicité " dans l'exécution des fonds PERTE Aerospace. Dans un auditorium où régnait l'optimisme pour l'avenir, se trouvaient les directeurs des entreprises associées à TEDAE, ainsi que les directeurs généraux de l'industrie, Galo Gutiérrez, de l'armement et du matériel, l'amiral Aniceto Rosique, et des affaires économiques de la défense, le général d'armée aérienne José Luis Sanchez.

Juan Pons

Le document établi par KPMG pour la troisième année consécutive reflète avec des données, des chiffres, des tableaux et des graphiques que "la reprise est arrivée, elle a commencé l'année dernière", a déclaré Jorge Sainz, associé de KPMG Sales Strategy, malgré la crise sanitaire provoquée par le COVID-19, la rupture des chaînes d'approvisionnement, la fermeture de nombreuses usines et lignes de production, ainsi que la chute brutale des mouvements aériens.

La première place est occupée par le secteur de l'aéronautique militaire et civile, qui représentera en 2021 des ventes de 8 104 millions d'euros - 69,9 % du total de TEDAE - et des exportations de 44,4 %. Cependant, en raison du marché étranger, c'est celui qui a montré le moins de signes de reprise en termes de chiffre d'affaires. Dans son volet civil, elle a subi un nouveau recul, avec un chiffre d'affaires de 3.553,007 millions - une baisse d'environ 7% - et un volume d'exportations de 1.514,428 (42,6%).

Juan Pons
Les secteurs qui ont montré des signes de vigueur

En revanche, sa composante militaire a connu une croissance de 5%, avec un chiffre d'affaires de 4.551,038 millions d'euros (39%), dont 2.087,300 (45,9%) sont allés à des pays tiers. Le secteur aéronautique est suivi en importance par les industries de la défense dédiées au développement, à la production et au soutien des systèmes d'armes terrestres et navales, pour un total de 2 326,27 millions d'euros, dont près de 45 % sont destinés aux exportations.

La composante maritime s'élève à 1 448,49 millions, soit une augmentation de 5 %, et la composante terrestre à 877,88 millions, soit une augmentation de près de 15 %. Les secteurs de l'espace et de la sécurité ont également connu des augmentations. En 2021, le secteur spatial a connu une augmentation de 2 % de ses ventes et a atteint un chiffre d'affaires de 979,28 millions, dont 80 % ont été placés sur les marchés étrangers. Le secteur de la sécurité a un chiffre d'affaires de 184,36 millions, et ses exportations sont limitées à 2,7 % de ses produits et services.

Juan Pons

L'analyse de KPMG conclut que l'écosystème des entreprises TEDAE "est déjà en changement de cycle, il est déjà en nette reprise", et que les secteurs de l'aérospatiale, de la défense et de la sécurité génèrent "un impact stratégique brutal, de l'ordre de 1,4 % dans le PIB de l'économie espagnole". Il est évident que les chiffres montrent que nous sommes déjà sur le chemin du retour à la croissance, même si les chiffres pour 2021 n'atteignent même pas le chiffre d'affaires de 2017, qui était de 11,995 millions, et sont encore loin de ceux de 2019, qui étaient de 14,101 millions.

Pour le président de TEDAE, Ricardo Martí Fluxá, le rapport de KPMG montre que les 90 entreprises qui composent l'association "sont des piliers du nouveau modèle économique", qui ont montré au cours de l'année écoulée des signes de leur force, d'être à nouveau des "moteurs" de l'économie espagnole et du début de la reprise économique.

Juan Pons

Il a souligné qu'il s'agit "d'industries à cycle complet, avec leurs propres produits, qui constituent des chaînes d'approvisionnement et sont à la pointe de la technologie". Martí Fluxá a réitéré une fois de plus que les entreprises TEDAE "ont besoin de plans budgétaires", mais surtout "stables et continus" dans le temps, afin de "donner une plus grande prévisibilité aux investissements et aux programmes qui sont initiés, en établissant des engagements financiers à long terme".

Un PERTE pour les industries de la défens

Il a souligné que le PERTE Aerospace est "un espoir pour l'avenir", à condition qu'il soit consolidé comme un "outil stable" pour le secteur. Il a aussi timidement jeté le gant au gouvernement du président Sanchez en demandant que "le moment est peut-être venu de penser aussi à un PERTE pour la défense", qui permettrait d'avoir "des outils financiers pour accompagner nos entreprises à travailler ensemble", a déclaré Martí Fluxá.

Juan Pons

En ce qui concerne la main-d'œuvre, les entreprises associées à TEDAE ont réussi à conserver les talents et même à augmenter leur recrutement, totalisant 49 625 emplois directs "et 150 000 autres emplois indirects et induits", selon l'analyse de l'équipe de KPMG dirigée par Jorge Sainz.

L'ensemble du secteur aéronautique emploie directement 33 935 personnes - 18 566 dans l'aviation civile et 15 369 dans l'aviation militaire - ce qui représente 68,38% du total. Les autres travaillent dans des entreprises de défense navale (6 177) et terrestre (3 408), dans le secteur spatial (4 980) et, dans une moindre mesure (1 126), dans les entreprises de sécurité appartenant à TEDAE.

Juan Pons

L'investissement dans la recherche, le développement et l'innovation est un domaine important auquel les quatre secteurs accordent une attention particulière. L'année dernière, un total de 1 176,96 millions a été investi, ce qui représente pas moins de 10,2 % du chiffre d'affaires. Les investissements les plus importants ont été réalisés dans le secteur spatial, qui a représenté 21,5 % du chiffre d'affaires (210,99 millions), suivi par l'aéronautique militaire, qui a investi 522,86 millions, soit 11,5 %, selon le rapport de KPMG.

Le Directeur Général de l'Industrie et des Petites et Moyennes Entreprises du Ministère de l'Industrie, Galo Gutiérrez, a profité de la clôture de la présentation du rapport de KPMG pour annoncer que son équipe est en train de préparer le rapport du PERTE de Descarbonización de la Industria pour sa présentation au Conseil des Ministres, " auquel de nombreuses entreprises de TEDAE pourront participer ".

Envíanos tus noticias
Si conoces o tienes alguna pista en relación con una noticia, no dudes en hacérnosla llegar a través de cualquiera de las siguientes vías. Si así lo desea, tu identidad permanecerá en el anonimato