Le Maroc et le Qatar coopèrent étroitement en matière de sécurité

Le directeur général de la sûreté nationale marocaine, Abdellatif Hammouchi, s'est rendu à Doha pour rencontrer le chef du service de sécurité qatari, Abdullah bin Mohammed al-Khulaifi 
Abdellatif Hammouchi - PHOTO/FILE
Abdellatif Hammouchi - PHOTO/FILE
  1. Le Maroc, un partenaire fiable

Abdellatif Hammouchi, directeur général de la Sûreté nationale et de la surveillance du territoire du Maroc (DGSN-DGST), a effectué une tournée dans plusieurs pays du Moyen-Orient, dont le Qatar. 

Abdellatif Hammouchi a rencontré à Doha le chef du service de sécurité qatari, Abdullah bin Mohammed al-Khulaifi, pour discuter des questions de sécurité pertinentes avec les équipes départementales des deux représentants de l'État.  

Cette visite intervient dans une conjoncture internationale difficile marquée par plusieurs changements et conflits internationaux qui posent des défis majeurs en matière de sécurité, selon une source sécuritaire citée par l'agence de presse officielle marocaine MAP. 

La rencontre entre les deux responsables a permis d'aborder les questions sécuritaires régionales et mondiales telles que la lutte contre le terrorisme extrémiste et l'activité des groupes criminels internationaux, ainsi que l'évolution des différents conflits existants dans les zones où la tension est montée d'un cran, comme la bande de Gaza, avec la guerre ouverte entre Israël et le Hamas. Une guerre déclenchée après la réponse israélienne à l'attaque sanglante du groupe extrémiste Hamas sur son territoire le 7 octobre, qui a tué plus de 1 200 Juifs et fait plus de 3 000 blessés. La riposte militaire brutale d'Israël sur le territoire de Gaza fait des dizaines de milliers de victimes et les efforts diplomatiques internationaux menés par les États-Unis, le Qatar et l'Égypte n'ont jusqu'à présent pas produit les résultats escomptés pour mettre fin au conflit dans les plus brefs délais.  

La rencontre entre Abdellatif Hammouchi et Abdullah bin Mohammed al-Khulaifi a permis de planifier la mise en œuvre de "partenariats sécuritaires importants" pour renforcer la coordination sécuritaire entre les deux pays. Ils ont également échangé leurs expériences dans tous les domaines de la sécurité et intensifié les efforts pour faire face à l'impact du fléau du terrorisme sur la sécurité et la stabilité des deux pays, selon l'agence MAP.  

DGSN - PHOTO/FILE
DGSN - PHOTO/FILE

Le Maroc, un partenaire fiable

Le Qatar et le Maroc sont des alliés qui ont récemment souligné la nécessité de renforcer les relations bilatérales entre les deux pays. Dans cette lignée, le roi Mohammed VI a exprimé, en août dernier, l'engagement du Maroc à dynamiser davantage les liens bilatéraux avec le pays du Golfe, lors d'un message que le monarque a adressé à l'émir du Qatar, Cheikh Tamim bin Hamad al-Thani. 

Le Maroc est un partenaire fiable en matière de sécurité et le Qatar compte sur lui. En effet, le royaume marocain a contribué au succès de l'organisation de la dernière Coupe du monde au Qatar en offrant son expérience et son expertise en matière de sécurité.

Abdellatif Hammouchi y Eugenio Pereiro
Abdellatif Hammouchi et Eugenio Pereiro

Le Qatar emboîte ainsi le pas à d'autres pays qui comptent sur le Maroc comme un allié sécuritaire indispensable au maintien de la sécurité et de la stabilité dans des points chauds comme l'Afrique du Nord et le Sahel ou le Moyen-Orient. Des pays comme les États-Unis, la France, l'Arabie saoudite et l'Espagne coopèrent étroitement avec le royaume marocain en matière de sécurité, que ce soit dans le cadre d'opérations de police et de forces de sécurité contre le terrorisme djihadiste et les bandes criminelles, ou dans le cadre d'exercices militaires conjoints visant à prévenir les attaques terroristes ou les activités criminelles de toutes sortes.  

Au cours des derniers mois, Abdellatif Hammouchi a lui-même tenu des réunions de coopération sécuritaire avec d'importants responsables de ces pays, tels que le lieutenant général Abdulaziz bin Mohammed al-Howairini, chef du service de sécurité saoudien, Nicolas Lerner, directeur général de la sécurité intérieure en France, Eugenio Pereiro Blanco, commissaire général à l'information en Espagne, Avril Haines, directrice du renseignement national aux Etats-Unis, le directeur de la CIA, William Burns, et le directeur du FBI, Christopher Wray.