Spéculation sur la permanence du président biélorusse Loukachenko

Poutine a le dernier mot en Biélorussie

PHOTO/KREMLIN vía REUTERS - Photo d'archive, le président russe Vladimir Poutine salue le président biélorusse Alexandre Loukachenko avant le défilé du jour de la Victoire à Moscou, Russie, 24 juin 2020

Si l'Ukraine est importante pour la Russie, le Belarus ne l'est pas moins. C'est pourquoi le chef du Kremlin, Vladimir Poutine, a le dernier mot sur la question de savoir si le président biélorusse Alexandre Loukachenko reste au pouvoir, isolé et en désaccord avec son propre peuple. 

« Honnêtement, je considère Poutine comme mon frère aîné », a déclaré Loukachenko, qui a deux ans de moins que le dirigeant russe, avant les élections présidentielles du 9 août. 

Fidèle à cette relation entre frères slaves, Poutine a été le premier à le féliciter pour sa réélection et le premier à demander conseil et aide à Loukachenko lorsque les protestations post-électorales se sont répandues comme une traînée de poudre dans la géographie de l'ancienne république soviétique. 

Alors que certains Russes ont exprimé leur solidarité avec le peuple biélorusse face aux brutalités policières, de plus en plus de voix proches du Kremlin suggèrent que Moscou pourrait envoyer des troupes dans le pays voisin, si nécessaire. 

Petit frère 

Si le renversement du président ukrainien Viktor Ianoukovitch a été un grand problème - le déploiement possible de bases de l'OTAN - ainsi qu'une grande opportunité - l'annexion de la Crimée - pour le Kremlin, la chute de Loukachenko n'a que des côtés sombres.

Poutine a toujours été très discret sur la Biélorussie, conscient de l'importance géopolitique du pays pour la sécurité stratégique de la Russie face à l'avancée de l'OTAN. 

La perte du Belarus à l'Ouest créerait du jour au lendemain une ceinture de rebelles dans l'arrière-cour de la Russie qui s'étendrait de la Géorgie dans le Caucase à l'Ukraine sur la mer Noire et se poursuivrait en Belarus jusqu'à ce qu'elle atteigne les trois républiques baltes. 

Durant sa première décennie au Kremlin (2000-2009), Poutine a subventionné l'économie planifiée biélorusse avec du gaz et du pétrole bon marché, et du crédit bon marché. Les choses ont été compliquées par la crise mondiale et la contraction économique en Russie.

Avant même l'impact de la pandémie, le chef du Kremlin avait déjà cédé aux pressions de ses ministres libéraux, qui soutiennent que l'économie russe ne peut se permettre de subventionner un pays étranger, aussi fraternel soit-il. 

Loukachenko a considéré l'attitude russe comme une véritable trahison et, dans la douleur, s'est vengé en refusant de signer le traité d'union d'État avec la Russie en décembre dernier. De plus, il n'a cessé d'accuser Moscou de soutenir l'opposition tout au long de la campagne électorale. 

Des protestations bienvenues 

C'est pourquoi tout le monde à Moscou n'a pas vu d'un mauvais œil le déclenchement des manifestations de masse contre la fraude le soir des élections.

Loukachenko est, pour certains analystes russes, un dirigeant ingrat qui a reçu le secrétaire d'État américain Mike Pompeo en février et qui a convenu avec Washington d'envoyer du pétrole par mer pour combler le manque de pétrole russe. 

La couverture enthousiaste des médias publics russes, à laquelle ont contribué les arrestations et les abus subis par les reporters russes, a montré à quel point ils en avaient assez des méthodes du dernier dictateur européen. 

Mais il y avait beaucoup plus en jeu dans les rues de Minsk que l'avenir de Loukachenko. Il est bien connu que les leaders de l'opposition biélorusse ont des liens avec Moscou, mais ils sont contre le maintien d'un protectorat russe.

Personne ne doute qu'une fois Loukachenko renversé, la dernière économie planifiée du continent devra repenser sa politique étrangère, diversifier ses sources d'énergie et faire face à un programme de privatisation dans lequel les entreprises européennes auraient beaucoup à dire. 

Trop de risques. Poutine a, pour l'instant, choisi de soutenir son allié, malgré les nombreuses éruptions de ces dernières années, dont le refus de Minsk de déployer des bases militaires russes sur son territoire. 

Une éventuelle intervention russe

Dans un message aux marins adressé à l'opposition, Poutine a exprimé son soutien pour assurer la sécurité nationale à Loukachenko par téléphone samedi, tout en dénonçant les tentatives d'ingérence extérieure. 

En bref, l'Occident parrainerait une autre « révolution colorée » pour tenter de renverser un président légitimement élu lors des élections. 

Le communiqué du Kremlin sur cette conversation cite le traité de l'Union d'États, dont l'article 2 stipule que l'un des objectifs de l'Union d'États est d'assurer la sécurité nationale.

Conformément aux allégations de Loukachenko concernant une prétendue « agression extérieure », ce traité comprend une politique de défense commune et l'obligation de défendre « l'intégrité et l'inviolabilité du territoire de l'Union ». 

Le Kremlin a également mentionné la branche armée de la communauté post-soviétique, l'Organisation du traité de sécurité collective, une sorte de pacte de Varsovie dirigé par les Russes. 

Selon ce document, la Russie pourrait intervenir militairement au Belarus, mais seulement si Minsk le demande en cas d' « agression extérieure ». 

Des conséquences désastreuses 

Personne ne doute que le soutien russe est ce que Minsk recherchait lorsqu'elle a remis à Moscou la semaine dernière les 32 mercenaires présumés de la société militaire privée russe Wagner. 

L'Ukraine, qui avait demandé leur extradition et dont le bureau du procureur a été invité à Minsk, a réagi avec indignation et a appelé lundi son ambassadeur en Biélorussie pour des consultations. 

La presse russe souligne également qu'une intervention russe nécessiterait le soutien, même tacite, du Kazakhstan, de l'Arménie, du Kirghizstan et du Tadjikistan, pays qui seraient donc soumis à une forte pression internationale.

Ce qui est certain, c'est qu'une intervention militaire russe dans le pays voisin ne serait pas bien accueillie par la population locale, ni par les Russes eux-mêmes, qui n'accepteraient jamais que Moscou participe activement à la répression violente des manifestations. 

Loukachenko pourrait causer plus de problèmes que de bénéfices s'il convainc Poutine d'intervenir en Biélorussie, car la réaction occidentale pourrait être encore pire que celle qui a provoqué l'annexion criminelle et l'intervention russe dans le Donbas. 

Étant donné que la rhétorique anti-russe n'était plus utile, Loukachenko a commencé ces derniers jours à évoquer une prétendue menace de l'OTAN. Selon ce scénario, la Pologne et la Lituanie, où la chef de l'opposition Svetlana Tijanovskaya est en exil, ont déployé des troupes dans la région.

Bien que le secrétaire général des Alliés, Jens Stoltenberg, ait critiqué la répression des libertés depuis le début, l'Otan a fait face à ces critiques lundi, en soulignant que « l'Otan n'est pas une menace » pour le Belarus. 

Les soupçons de l'Occident 

La conversation téléphonique entre Loukachenko et Poutine a déclenché toutes les alarmes. L'Allemagne a qualifié d' « inacceptable » une éventuelle intervention militaire russe au Belarus, tout en assurant que Loukachenko avait perdu la confiance de son peuple. 

La Pologne voisine a dénoncé que l'armée biélorusse avait entamé des manœuvres militaires dans la région de Grodno, à la frontière polonaise et lituanienne, qui dureront jusqu'au 20 août.

Dans le même temps, la Lituanie, qui fait face au Belarus pour la construction d'une centrale nucléaire à 40 kilomètres de Vilnius, a clairement indiqué qu'il s'agissait d'une excellente occasion de creuser un fossé entre Moscou et Minsk. 

Pour l'instant, l'Union européenne a déjà avancé en adoptant des sanctions contre les responsables des violences et le Parlement européen a considéré Loukachenko comme « persona non grata » sur le territoire de l'UE. 

Pour montrer que Bruxelles ne le considère pas comme un problème mineur, l'UE organisera un sommet extraordinaire mercredi afin d'aborder les derniers développements en Biélorussie.

Pompeo, le plus haut responsable américain à se rendre à Minsk en 25 ans, a été lent à réagir, mais s'est également joint aux condamnations de la répression policière et de la fraude électorale. 

Il a été secondé lundi par le président américain Donald Trump, qui a qualifié de « terrible » la situation dans l'ancienne république soviétique.

Envíanos tus noticias
Si conoces o tienes alguna pista en relación con una noticia, no dudes en hacérnosla llegar a través de cualquiera de las siguientes vías. Si así lo desea, tu identidad permanecerá en el anonimato