Les transformations de l'économie mondiale de ces dernières années ont entraîné des changements dans l'équilibre des puissances étrangères qui investissent dans la dette publique américaine

Comment évolue le pouvoir étranger dans la dette publique américaine ?

photo_camera PHOTO/REUTERS - Signalisation de la Bourse de New York (NYSE), États-Unis, 14 décembre 2022

Les États du Golfe font un pas en avant dans le contrôle de la dette souveraine du géant américain 
 

Ces dernières années, de nombreux types de changements ont ébranlé les fondements économiques, politiques et internationaux sur lesquels le monde s'est construit. Les nouveaux rapports de force, la guerre commerciale sino-américaine, l'arrivée du coronavirus, les inquiétudes liées à la menace du changement climatique et les conséquences énergétiques et alimentaires de la guerre en Ukraine ne sont que quelques exemples de transformations majeures qui ont modifié les paradigmes individuels, sociaux, étatiques et internationaux qui régissaient l'ensemble de nos vies. 

Dans ce scénario, une grande partie des pays occidentaux se sont préparés, avec l'arrivée de Covid-19 en 2020, à garantir l'État providence de leurs citoyens en mettant en œuvre des mesures de dépenses sociales qui - bien qu'efficaces - ont conduit dans la plupart des cas à une croissance significative des dettes publiques nationales. C'est le cas de l'économie américaine.  

 

Le géant américain avait déjà enregistré de fortes augmentations de sa dette au cours des dernières décennies, mais les 30 000 milliards de dollars (plus de 26 000 milliards d'euros) étaient un chiffre qui, jusqu'au début de cette année, n'avait jamais été atteint. Un bilan historique qui l'a placé en tête de liste des pays ayant la dette publique la plus élevée au monde en chiffres absolus. C'est du moins ainsi que les médias du monde entier ont annoncé l'information que le département du Trésor - équivalent du ministère de l'Économie - a rendue publique, alors que la Réserve fédérale du pays (Fed) a relevé ses taux d'intérêt pour la première fois. 

Si la dette souveraine de chacun des pays est déjà pertinente en soi pour analyser l'échiquier international dans son ensemble, lorsqu'il s'agit de la dette souveraine américaine, les chiffres sont déterminants. Selon le journal chinois "The Global Times", "les obligations du Trésor américain ne sont pas seulement le point d'ancrage pour la fixation des prix des actifs mondiaux, mais jouent également un rôle important dans le système de transmission de la liquidité du dollar". 

atalayar-presidente-reserva-federal-estados-unidos-eeuu-jerome-powell
Quelques notions d'économie...

Mais que sont les bons du Trésor et que reflète la dette publique ? Selon Andrés Sevilla Arias, membre de l'association de professionnels de l'investissement Instituto CFA, la dette publique ou souveraine est le résultat des dépenses combinées de toutes les administrations publiques. Lorsqu'il y a un déficit public - parce que les recettes sont inférieures aux dépenses - l'État émet des titres de créance que les investisseurs (publics ou privés, nationaux ou étrangers) achètent. Ces titres peuvent être des bons du Trésor - qui, aux États-Unis, sont des placements d'une durée de quatre à 52 semaines - et des obligations ou débentures d'État - à plus long terme, 20 à 30 ans. 

Ces types d'investissements, peu risqués pour les investisseurs, génèrent des rendements qui correspondent aux taux d'intérêt (qui seront d'autant plus élevés que la confiance du marché dans la capacité de l'État à rembourser l'argent est faible). En d'autres termes, plus la qualité du crédit est élevée, plus le risque est faible, plus les taux d'intérêt sont bas, et donc plus la rentabilité est faible. Et vice versa.

atalayar-reserva-federal-estados-unidos-eeuu-economía
Dette souveraine américaine

Dans cette optique, il est compréhensible que le Global Times affirme que "les risques potentiels sur le marché du Trésor américain pourraient finir par avoir un impact systémique" sur l'économie mondiale. Surtout après les annonces successives de la Fed, qui a décrété quatre hausses consécutives des taux d'intérêt au cours des cinq derniers mois, atteignant ainsi les taux les plus élevés depuis 2008. 

Toutefois, la tendance à la hausse de la dette souveraine américaine n'est pas nouvelle. Les guerres en Irak et en Afghanistan et la récession de 2008, avant la pandémie de Covid-19, imposaient déjà des programmes de relance et une augmentation des dépenses publiques face à la diminution des recettes fiscales due au chômage généralisé. Et la même chose s'est produite lors d'événements historiques antérieurs tels que la guerre civile américaine. Comme l'expliquait un article d'Usa Today en 1995, la dette publique du pays s'est accrue pendant la guerre froide en tant que "prêt pour l'avenir" afin de "limiter, sans les limiter, les dépenses sociales". Une thèse qui, sans doute, explique également les mesures prises par Washington - et de nombreux autres pays occidentaux - pour faire face aux crises successives actuelles.   

Comme l'a expliqué le PDG de Carta Financiera, Miguel Boggiano, en 2021 pour le média économique "Ámbito Financiero", la dette publique américaine de cette année-là était principalement divisée en cinq groupes. Le premier groupe - qui détenait le plus grand nombre de titres de créance - était celui des investisseurs privés américains (y compris les fonds de pension privés, les compagnies d'assurance et les investisseurs particuliers), qui représentaient plus de 31 % du total. Le deuxième groupe de créanciers était constitué par les pays étrangers et les investisseurs privés (25 %), suivi de près par les fonds de pension publics du pays (22 %) en troisième position, et par la Réserve fédérale et les banques américaines en quatrième et cinquième position respectivement. 

Le poids étranger de la dette américaine 

Comme chaque mois, le Trésor américain a publié il y a quelques semaines le rapport financier sur les états financiers de l'économie nationale, qui comprend des détails sur la dette publique et la liste des pays créanciers des titres de créance du pays. Et, comme c'est le cas depuis 2019, le Japon est à nouveau en tête du classement, avec un investissement de 1 078,2 milliards de dollars en obligations d'État - en baisse par rapport aux quelque 1 100 milliards de dollars de la fin juillet. 

Comme l'a expliqué Miguel Boggiano, "la demande [étrangère] d'obligations américaines s'affaiblit depuis 2014". En témoignent non seulement la participation japonaise - qui, en plus d'avoir baissé ces derniers mois, n'a pas augmenté depuis 2019 - mais aussi les investissements chinois. 

À la guerre commerciale sino-américaine et aux obstacles économiques et commerciaux conséquents imposés par Donald Trump durant son mandat à la Maison-Blanche - qui ont fini par placer en 2019 le géant asiatique à la deuxième place du tableau, après avoir été le premier créancier du pays pendant des années -, se sont ajoutées récemment les conséquences de la pandémie, de l'inflation mondiale, de la polarisation internationale et des transformations financières de Washington, ce qui semble avoir encore encouragé Pékin à réduire ses investissements dans les titres de la dette yankee. La part de la Chine dans les avoirs en dette américaine a diminué d'environ 25 milliards de dollars depuis juillet.

Cependant, loin du Japon, de la Chine et du Royaume-Uni, qui ont réduit leurs niveaux d'investissement depuis le dernier rapport du Trésor américain, les pays du Golfe ont vu leur rôle de créanciers de Washington renforcé. Ensemble, le groupe des sept pays arabes du Moyen-Orient détient plus de 240 milliards de dollars de bons du Trésor, d'obligations et d'effets publics, et se classe - en tant que bloc - au huitième rang des détenteurs de dette.

atalayar.lideres-arabe-golfo-persico-arabia-saudi-emiratos-arabes-kuwait-jordania-egipto-estados-unidos-eeuu-joe-biden
L'escalade de la solvabilité des pays du Golfe 

Individuellement, c'est le royaume wahhabite d'Arabie saoudite qui détient le plus gros montant de la dette américaine dans le Golfe. 121,1 milliards de dollars, ce qui la place au seizième rang du classement, et qui est réparti de telle sorte que 85% de ce montant représente des obligations à long terme et à revenu fixe (plus de 103 milliards), et le reste en bons et obligations à court terme (quelque 17 milliards). Ces chiffres montrent une croissance de plus de 3,5 % des investissements saoudiens aux États-Unis depuis 2016, année où le département du Trésor de l'administration Obama a rendu publique la participation saoudienne à la finance américaine face à la menace d'un éventuel conflit diplomatique lié à un projet de loi qui permettrait à Riyad d'être tenu pour responsable d'un lien présumé avec les attentats du 11 septembre 2001.

Pour leur part, les Émirats arabes unis, qui figurent en deuxième position sur la liste des pays du Golfe possédant le plus grand nombre de titres de créance américains, ont augmenté - comme Riyad - leur part de l'économie américaine à 53,9 milliards de dollars, tandis que le Koweït a atteint 50,3 milliards de dollars, Oman 7 milliards de dollars, le Qatar 6,4 milliards de dollars et Bahreïn 1,4 milliard de dollars. 

atalayar-mohamed-bin-salman-arabia-saudi-presidente-eeuu-estados-unidos-joe-biden

Ce renforcement de l'influence économique du Golfe sur les finances américaines coïncide, temporairement, avec l'une des meilleures années économiques pour la région. Rien qu'au cours des 12 derniers mois, le PIB (produit intérieur brut) des sept pays a augmenté de plus de 25 % en raison de l'augmentation de la demande de pétrole et de gaz consécutive à la réduction des approvisionnements énergétiques en provenance de Russie. Cette croissance se traduit par plus de 1,68 milliard de dollars de revenus supplémentaires. 

Sur le plan diplomatique, cependant, la nouvelle intervient à un moment quelque peu tendu, dans le contexte de relations entre Washington et Riyad marquées par des hauts et des bas. La récente décision de l'OPEP+ (dans laquelle l'Arabie saoudite joue un rôle clé) de réduire la production de pétrole de deux millions de barils par jour, alors que la demande mondiale augmente, que les prix du brut grimpent et que Moscou réduit son offre, a provoqué une rupture entre deux puissances qui -depuis le départ de Trump de la Maison Blanche- ont vu leurs liens commencer à se distendre. 

atalayar-produccion-petroleo-grafico-infografia-afp-opep-opec-opep+

Selon les termes de l'analyste Pablo del Pozo, dans le média numérique Descifrando la Guerra, on pourrait dire que la relation des pays du Golfe avec les États-Unis a évolué vers une nouvelle direction, plus indépendante [...] où les avantages économiques et diplomatiques pour le pays lui-même" ont pris un rôle plus décisif. Et si la division sur la question du pétrole l'a clairement montré, il reste maintenant à voir comment la tendance à la hausse des investissements économiques du Golfe aux États-Unis se traduira à long terme, et comment cela influencera leurs relations politiques et diplomatiques.
 

Coordinateur pour les Amériques : José Antonio Sierra

Plus dans Reportages