Le pape François a présidé les funérailles de son prédécesseur, rappelant sa "sagesse, sa tendresse et son dévouement"

Le monde fait ses adieux à Benoît XVI

photo_camera benedicto-xvi

Des milliers de fidèles, d'autorités politiques et de chefs religieux se sont réunis sur la place Saint-Pierre de la Cité du Vatican pour faire leurs adieux au pape Benoît XVI, décédé samedi dernier à l'âge de 95 ans.

Benoît XVI - dont le nom séculier était Joseph Ratzinger - est né en Allemagne et est devenu le chef de l'Église catholique en mai 2005 après la mort de Jean-Paul II. Cependant, en février 2013, Benoît XVI a démissionné, ce qui n'était pas arrivé depuis le 15e siècle.  

Le pontife actuel, François, a présidé les funérailles de Ratzinger, qui ont été "solennelles mais sobres", comme le souhaitait le pape émérite. Selon Reuters, 125 cardinaux, 200 évêques et quelque 3 700 prêtres ont assisté à la cérémonie. Comme Benoît XVI n'était pas chef d'État au moment de sa mort, seules l'Italie et l'Allemagne ont envoyé des délégations officielles aux funérailles

Toutefois, plusieurs autorités politiques y ont assisté à titre personnel, notamment la reine émérite d'Espagne, Sofia, et le roi Philippe de Belgique et son épouse Matilda, rapporte EFE. Des ambassadeurs et des délégations d'autres religions, comme l'islam, le judaïsme et le bouddhisme, ont également assisté aux funérailles. "C'était un grand pape, il a fait beaucoup pour le dialogue interreligieux", a déclaré Mustafa Aydin, musulman et professeur à Naples, dans des propos rapportés par ABC.  

Benoît XVI a rencontré des dirigeants musulmans et juifs et a visité plusieurs synagogues et mosquées, comme la Mosquée bleue d'Istanbul, où il s'est déchaussé et a prié les bras croisés à la manière d'un imam à ses côtés. Ce geste a été considéré par de nombreux musulmans comme un signe de profond respect et de tolérance.

De même, Benoît XVI a été le premier pape à visiter le mur des Lamentations à Jérusalem, le site le plus sacré du judaïsme, et a prié à la Grande Synagogue de Rome. 

Le pape François invite à "suivre les traces" de Benoît XVI 

Au cours des funérailles, le pape actuel a souligné "la sagesse, la tendresse et le dévouement" de Ratzinger "au fil des années". Il a appelé les membres de l'Église à "suivre ses traces". Benoît XVI a été un pionnier dans la lutte contre la pédophilie au sein de l'institution religieuse.

Cet engagement a été reflété dans le parchemin qui a été placé à l'intérieur du cercueil. "Il a lutté résolument contre les crimes commis par des membres du clergé contre des mineurs ou des personnes vulnérables, appelant sans cesse l'Église à la conversion, à la prière, à la pénitence et à la purification", précise la note. 

Au cours de son mandat de chef religieux, Benoît XVI a tenté de s'attaquer à une institution qui, selon ses propres termes, était envahie par la "crasse", en référence aux abus sexuels sur mineurs. Ratzinger a envoyé des lettres de pardon aux victimes, a rencontré certaines d'entre elles et a sanctionné l'influent prêtre mexicain Marcial Maciel Degollado, fondateur des Légionnaires du Christ, accusé d'abus sexuels. Ratzinger a également toujours fermement rejeté les accusations selon lesquelles il aurait couvert des abus.

Le pape François, lors des funérailles, a demandé aux fidèles de "rendre hommage" à Benoît XVI, se souvenant de lui comme d'un "grand maître de la catéchèse". "Qu'il nous aide à redécouvrir dans le Christ la joie de croire et l'espérance de vivre", a-t-il ajouté.  

"Père, entre tes mains je remets ton esprit. Benoît, ami fidèle de l'Époux, que ta joie soit complète en écoutant sa voix, maintenant et toujours", a conclu François.

Une fois la cérémonie de près de trois heures terminée, le cercueil du pape émérite a été transféré dans la crypte de la basilique Saint-Pierre, où il sera enterré dans la tombe ayant appartenu à Jean-Paul II, comme l'a souhaité Benoît XVI. Le corps de Jean-Paul II a été déplacé dans la chapelle Saint-Étienne à l'intérieur de l'église après sa béatification en 2011. 

Plus dans Société