Décédé à l'âge de 95 ans, il restera dans l'histoire comme le pontife qui a démissionné.

Benoît XVI, le pape théologien qui n'a pas réussi à battre les corbeaux, meurt

photo_camera Muere Benedicto XVI

Bien que son pontificat ait été décisif pour l'Église, Benoît XVI, le pape théologien décédé aujourd'hui à l'âge de 95 ans, restera dans l'histoire comme le pontife démissionnaire, ce qui n'était pas arrivé depuis Célestin V en 1294. Et au cours des dix années qui se sont écoulées depuis, la grande question a été de savoir ce qui l'a poussé à le faire.
 
Joseph Ratzinger lui-même (Marktl, Allemagne, 1927) a résumé ses huit années de pontificat après sa démission : "Il y a eu des jours de soleil et de brise légère, mais aussi des jours où les eaux étaient agitées, le vent était contre lui, et Dieu semblait endormi", a-t-il déclaré, faisant allusion aux "corbeaux" qui ramaient contre lui au sein de l'Église.
 
Benoît XVI a promis d'être "caché du monde" dans la retraite qu'il s'est imposée après sa démission en 2013, mais son silence brisé a causé quelques problèmes dans la coexistence sans précédent entre les deux papes.

Benedicto XVI
 

Le fardeau du remplacement de Jean-Paul II
 

Le pape conservateur, gardien de l'orthodoxie catholique, eurocentrique et fin théologien, s'est présenté le 19 mars 2005, après le premier conclave du XXIe siècle, comme "un simple et humble ouvrier dans la vigne du Seigneur".
 
Né dans une famille bavaroise modeste, Ratzinger a rejoint les Jeunesses hitlériennes à l'âge de 14 ans pendant la Seconde Guerre mondiale, lorsque la participation était obligatoire, bien que ses parents, un policier et une cuisinière, aient toujours été opposés au nazisme.
 
Après des études de philosophie et de théologie, il a été ordonné prêtre en 1951, avant de devenir professeur de dogme et d'apporter une contribution experte au Concile Vatican II (1962-1965) qui l'a fait connaître.
 
Élu pape à 78 ans, il devait non seulement porter le poids de l'Église sur ses épaules, mais aussi remplacer l'emblématique Jean-Paul II, qui a dirigé l'Église pendant 27 ans et dont il a été le bras droit en tant que préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, l'ancien Saint-Office, pendant 24 ans, créant ainsi une image royale et conservatrice.
 
Mais son côté d'homme humble et disponible est apparu dès la première homélie de son pontificat : "Mon programme de gouvernement n'est pas de faire ma propre volonté et de suivre mes propres idées, mais de me mettre avec toute l'Eglise à l'écoute de la parole et de la volonté du Seigneur et de me laisser conduire par Lui".

Benedicto XVI
 

Des abus à Vatileaks : un pape entouré de corbeaux
 

Son pontificat a surtout été entaché par le scandale des abus d'enfants commis par des prêtres dans différents pays : il a été accusé d'avoir été "mou", comme dans le cas de Bernard Law, qu'il a maintenu à son poste d'archiprêtre de Santa Maria Maggiore à Rome alors qu'il avait été accusé d'avoir couvert des dizaines de cas de prêtres pédophiles lorsqu'il était archevêque de Boston (USA).
 
Mais ses plus proches collaborateurs et le pape François lui-même ont répété que Ratzinger "a toujours été un guide contre la culture du silence dans l'Église pour cacher les cas de prêtres pédophiles" et c'est lui qui a puni le fondateur de la puissante congrégation des Légionnaires du Christ, le Mexicain Marcial Maciel.
 
Benoît XVI, qui a présenté ses excuses aux victimes de ces abus et a été le premier pape à les rencontrer lors de son voyage aux États-Unis en 2008, a été directement accusé à la fin de sa vie d'avoir eu connaissance de quatre cas de prêtres pédophiles lorsqu'il était archevêque de Munich (1977-1982).
 
C'est alors que, dans une lettre historique, il a exprimé sa "profonde honte, son grand chagrin et sa sincère demande de pardon" pour les erreurs qu'il a pu commettre, bien qu'il ait totalement nié ces accusations.
 
De plus, il était un pape entouré de "corbeaux", comme l'a démontré la fuite de documents, connue sous le nom de Vatileaks, de son majordome, Paolo Gabriele, qui a sûrement été manipulé de l'intérieur du Saint-Siège.
 
Bien qu'il ait toujours affirmé qu'il avait démissionné parce que ses forces l'avaient abandonné, l'affaire Vatileaks était sûrement un maillon de plus dans la chaîne qu'il traînait, ainsi que l'impossibilité de changer le pouvoir de la Secrétairerie d'État, où se nichaient "les corbeaux", comme les définissaient les médias italiens, ainsi que les malversations de la banque du Vatican et des finances internes, auxquelles il n'a jamais pu mettre fin malgré ses tentatives.
 
L'une de ses plus grandes controverses a éclaté après un discours dans lequel il citait l'empereur byzantin Manuel II qualifiant l'héritage de Mahomet et la "propagation de la foi par l'épée" de "mauvais et inhumain". 
 
Ses propos ont provoqué de vives tensions, même si le pape a précisé qu'il ne s'agissait que d'une référence historique et a reconnu qu'il comprenait l'indignation provoquée dans le monde islamique.

Benedicto XVI
 

La figure inédite du pape émérite
 

Après sa démission, Benoît XVI s'est réfugié au monastère Mater Ecclesiae, où il a passé près de deux décennies en retraite dans les jardins du Vatican.
 
Malgré son annonce de rester "caché du monde", il y a eu des moments de coexistence entre les deux pontifes, comme leur apparition historique ensemble à Castelgandolfo, leur présence à certaines cérémonies officiées par François, et les photos et images des nombreuses visites qu'il a reçues au cours de ces années.
 
Et au fil du temps, la présence de Benoît XVI s'est faite plus présente, ce qui, pour beaucoup, a été une manipulation du secteur le plus conservateur pour utiliser le pape émérite contre François.

Plus dans Société