Avis

Soumission induite

Pedro Sánchez - AFP/LUDOVIC MARIN
photo_camera AFP/LUDOVIC MARIN - Pedro Sánchez

L'holocauste du Hamas contre Israël a ouvert les portes de l'enfer à une guerre mondiale qui nous concerne tous. Elle a éclipsé les tueries russes après l'invasion de l'Ukraine et ravivé les tensions à Taïwan. Toujours les mêmes agresseurs avec des cartes pacifistes entre les dents : L'Iran, la Russie, la Chine, la Corée du Nord, les invités de Puebla avec le Brésil, Cuba et le Venezuela en tête ; les communistes exquis de Sumar, HaMás-Madrid, PCE, IU, Bildu, ERC, Compromís, BNG, PNV et Junts. Et toujours la même tactique stalinienne : accuser les Juifs de génocide avant qu'ils ne répondent légitimement à l'extermination.

Israël a sollicité l'aide urgente de Washington et des grands de l'UE. La présidente du Conseil, Ursula von der Leyen, et la présidente du Parlement européen, Roberta Metsola, ont eu le courage de se rendre à Tel-Aviv pour rencontrer Benjamin Netanyahu et manifester leur solidarité avec le peuple juif. Il en a été de même pour le chancelier allemand Olaf Scholz et Joe Biden. 

Quel a été le rôle du président européen tournant au cours de ces six mois, M. Sánchez Pérez-Castejón ? Pas grand-chose. Il n'a pas pris une seule initiative dans ces dix jours de guerre au Proche-Orient, il n'a pas été invité à signer le communiqué des cinq grands (États-Unis, Allemagne, Royaume-Uni, France et Italie), il s'est contenté de condamner l'attentat et d'appeler Israël à la retenue. Ses partenaires de coalition, de Sumar à Podemos en passant par IU, PCE, Bildu et ERC, ont été les fers de lance de déclarations antisémites et de manifestations en faveur du Hamas, menées par Yoli Díaz et Ione Belarra, sous prétexte qu'ils soutiennent le peuple palestinien. Un casse-tête pour le gouvernement.  

L'ambassade d'Israël à Madrid a publié un communiqué sévère à l'encontre de l'Espagne face aux attitudes intenables du gouvernement national. Le ministre des Affaires étrangères les a justifiées en invoquant la liberté d'expression, tandis que La Moncloa a accusé Israël de diffuser des "mensonges". Les bibliothèques de journaux et de vidéos ne peuvent pas faire oublier la réalité. La ministre des Affaires sociales a même demandé au PSOE de poursuivre le Premier ministre juif devant la Cour pénale internationale pour génocide (préventif). Pourquoi ne porte-t-elle pas cette demande devant le Congrès ? Pas un seul reproche aux terroristes sanguinaires du Hamas et de l'Isis.

Maintenant, nous expliquons pourquoi le gouvernement hébreu, qui a collaboré avec Madrid dans la capture de la direction de l'ETA à Bidart, s'est désolidarisé de l'"affaire Pegasus", qui conduira l'ancien directeur du CNI, Paz Esteban, devant un tribunal en tant qu'accusé et sans preuves, à la demande du moins qu'honorable président Aragonés, qui se présentera au Sénat ce jeudi pour expliquer les avantages de l'amnistie - de l'amnésie - et de la répression de l'État oppresseur. Les socialistes continuent de se cacher derrière la loi du silence. On ne peut pas faire confiance à Sánchez. Il ouvre un conflit diplomatique et manque de rompre le consensus européen.

C'est alors que le président réagit. Il a convoqué une réunion par vidéoconférence avec la Commission et le Conseil et est apparu en chair et en os au palais de la Moncloa.  Cette fois, il a été concis. A) Condamnation des assassinats perpétrés par le Hamas. Et le droit d'Israël à se défendre. B) Restitution des 200 otages israéliens et demande à Tel-Aviv d'autoriser l'approvisionnement en eau et en électricité de Gaza. C) Reconnaissance de deux États souverains : Israël et la Palestine. D) Aide humanitaire d'urgence aux habitants de la bande de Gaza et protection des convois de nourriture, de médicaments et de matériel de survie. E) L'Espagne contribuera à hauteur de 4 millions d'euros supplémentaires jusqu'en décembre ; au total, 21 millions d'euros seront contrôlés et F) Conférence Palestine-Israël à Barcelone pour rechercher, avec espoir, une paix durable. Beaucoup de dialogue pour ne pas mettre le feu au Moyen-Orient et éviter une escalade de la violence. Aucune question n'a été posée. Comme presque toujours.

Nous n'avons pas entendu si l'Espagne allait augmenter le niveau de sécurité, si le Hamas allait être reconnu comme le gouvernement légitime de Gaza, sa position sur l'échange d'otages et la demande de libération de 6 000 terroristes. Il n'a pas non plus mentionné les assassinats perpétrés en France et en Belgique, et nous ne savons pas non plus s'il qualifiera désormais de "décédée" l'Espagnole Maya Villalobos.

Les relations entre l'Espagne et Israël se sont détériorées en raison des mauvaises fréquentations de ce gouvernement qui est l'otage de ses partenaires parlementaires, dont quelques-uns sont alignés sur le terrorisme et qui pataugent tous dans les déserts de la criminalité et de la balkanisation. En arrière-plan, le mystère et le secret de l'amnistie et du référendum.  

Felipe González a enfoncé le clou : Sánchez aurait-il soutenu l'amnistie s'il n'avait pas eu besoin des sept voix de la Junte ? La réponse est non. Enquêter sur Sánchez avec les voix de Bildu et Puigdemont aura des conséquences. À tous les niveaux et dans toutes les directions. 

L'eschatologie politique 

Le terme eschatologie pourrait avoir les prétentions d'un traité savant, mais il n'en est rien ; il ne fait qu'exprimer dans ce cas une réalité politique fréquente. Pour paraphraser le Dr José Prieto Prieto - concitoyen de Salamanque et pourtant ami - le fait scandaleux des négociations d'investiture avant le 27-N réunit tous les ingrédients pour arriver à la conclusion finale que "les récoltes du conflit sont assurées, tous les champs sont fertilisés pour la prolifération des scandales". 

L'instabilité politique est systémique. Personne n'a gouverné ici depuis cinq ans et demi. On nous a menti avec le boudin noir du juge de Prada-Garzón pour la corruption du PP. Et nous nous y sommes habitués. Lorsque le comité de surveillance a rectifié le tir, il était trop tard. Et Prada est toujours en place. Sánchez nous a menti en nous disant de convoquer des élections immédiatement, mais il lui a fallu neuf mois. Et nous nous y sommes habitués. Il a couché avec Iglesias et a dit qu'il "ne pouvait pas dormir". Et nous nous y sommes habitués. Le gouvernement nous a menti une fois de plus avec le COVID et a attendu que la manifestation du 8-M soit passée alors qu'il était déjà trop tard. Et nous nous y sommes habitués. 

Le gouvernement a fermé le Parlement. Et nous nous y sommes habitués. Il a gouverné par "décrets", il nous a enfermés deux fois de manière inconstitutionnelle. Nous nous y sommes habitués. Il a gracié les putschistes et nous nous y sommes habitués ; il a réduit les peines pour détournement de fonds pour les politiciens corrompus. Il a annulé la sédition. Nous nous y sommes habitués.  Il a libéré des membres de l'ETA. Nous nous y sommes habitués. Il a dit qu'avec la loi "oui c'est oui" personne ne sortirait dans la rue et il y a déjà près de 1200 violeurs qui ont bénéficié de la mesure et 125 dans la rue. Et nous nous y sommes habitués. Il avait promis de livrer Puigdemont à la justice dans son avant-dernière tentative électorale et voilà Yo-Yoli qui bave avec lui à Bruxelles. Nous nous y sommes habitués. 

Maintenant, il admet déjà l'amnistie pour les criminels du Procès (environ 1200, y compris le CDR) et demain il approuvera le référendum sécessionniste. Et nous nous y habituerons, malheureusement. La dernière en date consiste à "amnistier" les voleurs socialistes de l'ERE (680 millions d'euros escroqués) et à exonérer Cháves et Griñán, deux anciens présidents de la Junta et du PSOE, corrompus et avoués. On s'y est habitué à l'époque et on s'y habituera encore aujourd'hui. 

La doctrine de Conde Pumpido est de suivre la volonté de Pedro Sánchez. Les lois d'habilitation de Sánchez ont commencé avec le COVID et se poursuivent avec la majorité totalitaire du Tribunal constitutionnel, qui est un tribunal sans garanties, comme le montrent la "neutralisation" du CGPJ, qui a été privé de son pouvoir d'élire les juges, et l'arrêt qu'il prépare pour (Mme Montalbán par le biais de) annuler les sentences du Tribunal suprême sur les condamnations des ERE. 

Le Conde Pumpido dira oui à tout ce que dit son maître, M. Sánchez ; ainsi, les amnisties catalanes et basques et les larcins andalous pendant 40 ans seront constitutionnels. Maintenant, ils vont agresser le Parlement pour modifier la nomination des membres du Conseil afin que Sánchez ait la majorité absolue et devienne un nouvel autocrate légal. En tuant le Sénat. Et nous commençons à nous y habituer. Conde et Sánchez recherchent une amnistie légale avec des exemples tels que les amnisties fiscales de Rajoy. Vont-ils amnistier les fraudeurs fiscaux ? Avec un tel leadership, tout est possible. 

C'est ce qu'a déjà annoncé le rapporteur international "in péctore", en sa qualité de "citoyen vénézuélien", J.L. Rodríguez Zapatero, qui blanchit "l'institution de l'amnistie" - dit-il - en assurant qu'elle s'inscrit dans la Constitution. Et le référendum ! Quel meilleur intermédiaire que cet instigateur plurinational qui sert Maduro, Castro, l'Iran, la Chine et le Cartel des soleils avec tant de soin ? Et on s'y fera, vous verrez.

C'est ce type qui a baptisé Otegui "homme de paix" et a failli l'amnistier. Or, on sait que ce fils préféré de l'ancien président ZP a participé, selon ses amis terroristes, à neuf enlèvements et un assassinat. Il est l'auteur des "règles" à suivre lors des enlèvements : "Le type sera sur le capot, dans un sac, menotté et les yeux bandés...".  L'enquête de Leire Iglesias dans EL MUNDO sur ce type est un travail inestimable de la presse libre. Félicitations, cher collègue.

Comparez sa biographie de terroriste - il n'a été condamné que pour un seul enlèvement - avec le blanchiment de Bildu par le PSOE. La photo de l'infamie du président en exercice avec les représentants de ce parti au Congrès confirme les mensonges du président il y a quatre ans : "Je ne conclurai jamais d'accord avec Bildu ; si vous voulez, je le répéterai une, cinq ou vingt fois : je ne conclurai jamais d'accord avec Bildu". Il nous a menti sans vergogne et nous nous y sommes habitués.

Le portrait avec Mertxe Aizpurúa (condamné pour apologie de l'ETA) et Gorka Elejabarreta, porte-parole du Sénat et ami proche du membre de l'ETA qui a tenté d'assassiner Eduardo Madina et l'a mutilé à jamais, révèle le caractère moral et éthique de Sánchez. Il franchit la frontière de Bilduetarra et blanchit définitivement le gang meurtrier. Il est le premier à lui apporter son soutien (inconditionnel) non seulement pour l'investiture, mais pour toute la législature. Et au-delà. Le partenaire le plus fidèle.

Les membres de l'ETA sont pratiquement chez eux ; la Garde civile a été expulsée de la province de Navarre, l'armée est interdite dans le nord, la langue basque est subventionnée par le budget général, le droit de décider sera parallèle au référendum en Catalogne, -l'intégration de la Navarre à Euskadi est constitutionnelle-, la Fédération des Municipalités de cette province s'est rendue à Bildu deux heures après avoir profané et vandalisé la tombe du socialiste Fernando Buesa et le PSN s'est déjà engagé à remettre la capitale de la Navarre à Bildu dès le 1er décembre, qu'il y ait ou non investiture. Vive le progressisme ! Et nous, habitués au silence des agneaux, sommes si honteux et indignés envers les victimes du terrorisme ! 

Les négociations sont tellement secrètes que tout est discret et transparent, selon Patxi López.  

La réunion-piège, séparément, avec ERC et Junts, est du pur théâtre. Tout est convenu : amnistie, référendum, réseau Cercanías, 22 000 millions par an, annulation du FLA (78 000 millions) et expansion de l'action extérieure (Diplocat) en détournant le regard avec la création de services secrets.  Le catalan dans l'UE sera un cadeau supplémentaire. Et le plus grave : couper les communications (Renfe, Cercanías, ports, aéroports, côtes... tout cela gratuitement). Et en plus, on se plaint comme dans la République et le régime franquiste. Et on s'habitue à tout. 

La seule opportunité 

La Moncloa a tout ficelé et bien ficelé parce que le PSOE et ses partenaires n'ont pas eu besoin de plan B. Ils attendront le deuxième vote pour mettre en scène une difficulté extrême et se couronner en champions du dialogue et de la coexistence... Connivence, amis, connivence. Le coup d'État est dirigé par La Moncloa du Pacte de Pedralbes. Tout le monde en profite. Puisque ce débat a été omis lors des élections du 23-J, pourquoi ne pas en débattre ouvertement au Congrès des députés ? Une proposition simple : un référendum national car cette décision est dans l'intérêt de tout le peuple souverain.  

Les séparatistes et les terroristes continuent avec le hochet de la "persécution permanente rémunérée", Sánchez reste au pouvoir pour dissoudre la Constitution de 78, briser l'unité de la Patrie et créer des plurinationalités qui nous rapprochent d'une issue déjà tragiquement vécue : la fin de l'ex-Yougoslavie.

Il y aura une investiture du second candidat, n'en doutons pas, car c'est la seule véritable occasion pour les acteurs du processus de destruction nationale - y compris le pouvoir judiciaire et la monarchie - de poursuivre leurs projets républicains et séditieux. 

En réalité, l'amnistie est une table rase - il n'y a pas de crimes - et l'État suppose que ses procureurs, ses juges et ses magistrats ont agi illégalement. Les auteurs du coup d'État sont ceux qui ont agi légitimement. Tout cela est kafkaïen. Et nous y sommes habitués. Et anesthésiés. 

Une semaine de pluie 

L'été de San Miguel a trop duré. Nous attendons les pluies d'automne comme si nous étions en mai. Elles sont nécessaires. Bahía de Itaca a été tellement riche en événements qu'ils ne tiennent pas dans une chronique bimensuelle. Permettez-moi d'évoquer une série de titres. 

Respect pour les 13 morts et solidarité avec les familles des personnes brûlées, pour la plupart des frères et sœurs sud-américains. L'inaction des corporations du PSOE (2021-2023) et du PP (depuis le 15 juin), qui n'ont pas respecté leurs propres règles, est stupéfiante. Ils ont licencié les fonctionnaires qui ont échoué dans leur mission de fermer les locaux et le maire actuel a commencé à se lamenter sur la tragédie. Aucune responsabilité politique n'a été trouvée. 

L'UE à Kiev : "Moscou ne nous intimide pas". Après l'attaque du Hamas sur Israël - 1 330 meurtres et 200 otages en une seule journée - l'Ukraine est éclipsée en termes d'information, mais les tueries russes se poursuivent. N'oublions pas Zelensky et son peuple héroïque qui défendent nos libertés et notre fragile démocratie. 

À la Grenade, notre président en exercice était au sommet et a finalement prononcé le mot maudit : amnistie. Il a cité la présidente de la Commission comme témoin. Il ne l'a pas nommée à nouveau. La photo de famille à l'Alhambra était spectaculaire. Des progrès concrets, aucun : des engagements sociaux comme l'immigration, aucun non plus. Après la visite de Mme Ursula à Lampedusa, le Premier ministre britannique Rishi Sunak et le président italien Giorgia Meloni sont repartis les mains vides. Il était temps de présenter une initiative commune, mais Sánchez n'a jamais eu le courage de s'attaquer au problème qui écrase les Canaries et met Rabat mal à l'aise. Depuis le début du mois, plus de 5 000 immigrants sont arrivés dans l'archipel. Une situation limite qui nécessite un commandement unique et la mise en place du Service de surveillance extérieure (SIVE), un radar acheté en 2025 par le gouvernement Rajoy et qui est toujours stocké à Tenerife en attendant d'être installé. Le coût a été de 6 millions d'euros, pour les anciens, de 1 000 millions de pesetas. Marlaska, en visite chez le président Fernando Clavijo - celui qui détient la clé de la gouvernabilité - s'est félicité que l'Espagne ait des "muscles" de solidarité. Un cynique. 

Ceux qui savent n'investissent pas en bourse parce qu'ils ne font pas confiance à ce gouvernement, qui a accusé Feijóo de perdre son temps pendant six semaines. On le voit déjà. Le plus poignant dans la réception du leader du PP par Sánchez, après avoir envoyé Puente briser la vie parlementaire, a été l'appel du leader de Sanchez pour lui demander de ne pas "agiter les rues" avec des manifestations contre son investiture. Il faut avoir un peu de honte. La première avait été convoquée par Genova quelques jours avant de présenter son programme de gouvernement et l'autre avait été convoquée par la société civile catalane à Barcelone en souvenir et en commémoration du 8-0-2017. 300 000 personnes ont défendu la Transition et la Constitution de 78. 

La gauche progressiste est descendue dans la rue pour protester contre le "viol" de la joueuse Jenni Hermoso par Rubiales, avec Yoli et Irene au Callao, en agitateurs professionnels. Cet homme ne supporte plus que les Espagnols constitutionnalistes - tous faças selon sa théorie totalitaire - sortent en colère pour crier : "Assez, c'est assez ! 

Cette semaine était la date limite pour informer Bruxelles sur les fonds Next Generation et les 100 plus grands bénéficiaires. Ni le ministère de l'économie, ni le ministère des finances n'ont fourni la moindre information. La transparence est le mot d'ordre. La vice-présidente Calviño continue de travailler à la BEI (Banque européenne d'investissement) ; en cas de succès de la candidature allemande, elle a demandé à être le premier gouverneur de la Banque d'Espagne. C'est ainsi qu'elle entre dans l'histoire par la grande porte.  Et le chômage, et les travailleurs permanents-discontinus, dans les limbes. 

Mais le comble du ridicule en politique a été la présentation par la star des médias de cette quinzaine, Yolanda Fernández, à Barcelone, de son "amnistie" pour les criminels depuis 2012. Il s'agit d'une reprise d'une initiative de l'ERC présentée au Congrès. Le chef de Sumar a délégué la présentation à Jaume Assens, le protégé de Colau. Il y avait autant de crème de la crème que dans le Prix Planeta, mais personne n'a acheté la marchandise. Ni les séparatistes, ni le PSC, ni le PSOE lui-même. Face au "succès" des critiques et du public, la vice-présidente elle-même a assuré : "Ce n'est pas le projet de Sumar, c'est celui des experts de Sumar". Une disciple avancée de Klemens von Metternich. Il ne lui reste plus qu'à trouver la formule pour décréter l'adaptation du climat à l'emploi. Et travailler moins pour gagner plus. 

La fête nationale 

Le 12 octobre, les Espagnols célèbrent l'expansion vers l'ouest. L'exploit de Christophe Colomb et de ses pinzones a changé le monde, bien plus que l'arrivée de l'homme sur la lune. L'ADN de tout un continent s'appelle langue, religion, droits de l'homme, commerce équitable, universités, lois protégeant les peuples autochtones... Il est passionnant de voir, d'entendre et de comprendre les Péruviens, les Boliviens ou les Mexicains dans notre langue espagnole. C'est le meilleur héritage de cinq siècles, trois décennies et un an de marche commune.  

En 2023, la cadette Leonor a prêté serment quelques jours plus tôt à l'Académie militaire de Saragosse. Elle était splendide. Pour la première fois, elle a escorté le roi Felipe VI au défilé de Neptuno. L'armée est en pleine forme. Le soleil à Madrid est toujours une bénédiction. Il illumine tout à midi. Applaudissements pour la famille royale.  Plus tard, il accompagne le chef de l'État à l'offrande de fleurs sur la tombe du soldat inconnu, après avoir rendu hommage à ceux qui sont tombés pour la patrie. Encore des applaudissements du public, du peuple, du peuple. Et le 31, elle prêtera serment en tant qu'héritière de la Couronne.  

Le président sortant a été hué, comme chaque année. Nous ne comprenons pas de quoi il se plaint. Il accuse le PP et VOX comme si on les avait amenés dans un bus avec un sandwich et une bière. Il n'en est rien. Les gens qui sont venus devant les caméras de Telemadrid - merci JAS pour cette diffusion alternative - ont montré qu'ils en avaient douloureusement assez de tant de méchanceté, de tant de mensonges et de tant de manipulations, bref, de tant de Sanchismo. 

Un grand jour pour renforcer la monarchie parlementaire, un pont entre le peuple et la Constitution de 1978. Le socialiste et ancien maire de La Corogne, Paco Vázquez, avait déjà déclaré quatre jours plus tôt à Barcelone : "Nous sommes ici pour défendre la Magna. "Nous sommes ici pour défendre la Magna Carta et l'égalité entre les Espagnols". Le succès de la marche inquiète le PSOE et le séparatisme. Cela signifie que nous devons continuer à mener la bataille idéologique dans les médias et dans les rues. Nous ne nous habituerons pas à ce que l'égalité soit rompue. En tant que vieux communiste, je déclare que "personne n'est plus qu'un autre". 

Israël a tellement négligé sa sécurité pour faire tomber la législature qu'il se demande encore comment l'holocauste du 7 octobre a pu se produire. Et pourquoi ses services secrets ont-ils échoué ? C'est simple : parce que Netanyahou n'a pas écouté le cri de la rue qui protestait dans chaque ville et kibboutz que Montesquieu ne devait pas mourir. Quand l'ennemi a senti la faiblesse du gouvernement, il a attaqué sans pitié. 

Nous voici à cinq minutes d'un coup d'État sécessionniste, avec l'encouragement de l'exécutif, du législatif et du CT. Nous ne voulons pas d'un président populaire, comme Maduro. Nous faisons encore confiance à quelques procureurs et juges dignes de ce nom. 

L'amnistie est le chemin le plus court vers la "décivilisation". Et le référendum unilatéral nous conduira au suicide collectif.  Ouvrons nos yeux et nos sens. Il nous reste la Loi des Lois. Notre société est sous sédatif, il n'y a presque plus de société civile, c'est une société islamisée, soumise. 

Une soumission induite qui nous mènera vers le totalitarisme. "Rappelez-vous-en vous-même et rappelez-le aux autres", nous a appris Ronald Fraser. Avec le président Adolfo Suárez, nous partageons l'espoir et la liberté et avec lui, nous croyons fermement que "la concorde était possible". Hier comme aujourd'hui. Toujours dans le cadre de la Constitution.