Maduro imite Poutine et déclenche une guerre en Amérique latine

Nicolás Madurom - PHOTO/FILE
PHOTO/FILE - Nicolás Maduro

Nicolás Maduro, l'apprenti dictateur vénézuélien, tente de déclencher une guerre en Amérique latine, désormais seul continent à jouir de la paix. Probablement inquiet de la mauvaise image qu'il s'est forgée en multipliant la pauvreté et en restreignant les libertés, il a lancé une agression contre le Guyana, son voisin plus modeste, afin d'usurper un tiers de son territoire et de faire de la région de l'Essequibo la sienne. 

Il poursuit deux objectifs, l'un politique en provoquant une dangereuse initiative de diversion parmi ses citoyens, l'autre économique, qui est de s'emparer d'un territoire dans lequel d'importants gisements d'hydrocarbures ont été récemment découverts. Il y a quelques semaines, il a improvisé un référendum pour justifier ses prétentions, au cours duquel un nombre plus qu'infime et insignifiant d'électeurs, sans aucune garantie ni dans les urnes ni au dépouillement, s'est proclamé vainqueur à 95 %.

Fort de ce résultat, il n'a pas perdu une minute : il a déjà envoyé un délégué pour prendre le premier contrôle et un contingent militaire, commandé par hasard par un cousin de l'homme fort du régime, Diosdado Cabello, pour prendre position. Le modeste gouvernement de Guyane, dirigé par Irfaan Ali, proteste, mais personne à Caracas ne réagit. La conquête signifierait la perte d'un tiers du territoire guyanais et de 125 000 de ses 800 000 habitants. L'alarme s'est immédiatement répandue parmi les gouvernements du continent ; presque tous, à l'exception de Cuba et du Nicaragua, ont réagi de manière plus ou moins critique à l'égard de Maduro face à une telle menace. Le Brésilien Lula da Silva, qui préside un gouvernement démocratique de gauche, a été le plus virulent dans sa réaction.

La proposition la plus répandue est que le conflit créé soit résolu par la négociation ou par un arrêt de la Cour internationale de justice. Maduro tente de justifier l'agression en recourant à des arguments fondés sur les négociations frontalières établies lors de l'indépendance des colonies espagnoles en 1811 (la Guyane l'a obtenue de la Grande-Bretagne en 1966). Les États-Unis ont réagi rapidement. Le secrétaire d'État Antony Blinken a exprimé son soutien à la Guyane et le Pentagone a annoncé des manœuvres de dissuasion dans ces eaux. Pendant ce temps, la diplomatie latino-américaine s'active pour tenter d'éviter un conflit armé et le Conseil de sécurité des Nations unies discutera de la question lors d'une session à huis clos la semaine prochaine.  

Certains analystes de presse se sont étonnés que le gouvernement espagnol n'ait pas encore fait de déclaration sur un conflit qui affecte son histoire et les pays de son orbite culturelle. Ce retard a été attribué dans certains cas aux relations spéciales de l'ancien président Rodríguez Zapatero avec Nicolás Maduro.