Avis

Au son des tambours et au rythme du tarari

photo_camera Atalayar_Rey Felipe VI España Militares Afganistán Base Torrejón Madrid

Phrase qui tête le premier paragraphe d'un pasodoble très connu de thème militaire et utilisé pour animer les défilés, les marches et les passacailles intitulé "Soldadito español". Son auteur, le compositeur de zarzuelas, de revues musicales et de sainetes, Jacinto Guerrero, l'a composée pour la revue musicale "La orgía dorada" ; revue créée en 1928.

Ses paroles simples et accrocheuses, traînées jusqu'à ce jour, voulaient être et il l'a obtenu, un hommage simple et en même temps sincère à l'armée espagnole plus que décriée, à ses soldats et à tout ce que la marche et l'incorporation dans les guerres lointaines impliquent et entourent pour les personnes concernées et leurs familles.

Elle est née de la nécessité d'atténuer les graves effets produits par les vicissitudes guerrières sanglantes et désastreuses qui s'étaient produites dans les décennies immédiatement précédentes : les guerres d'indépendance de Cuba et des Philippines et les campagnes au Maroc.

Cette marche me vient à l'esprit parce que je me souviens encore clairement du matin du 11 septembre 2001, lorsque j'ai assisté avec stupeur à l'effondrement des tours jumelles, alors que je me tenais dans le bureau du chef général de la Division des plans du siège de l'OTAN à Naples (AFSOUTH), à l'époque mon chef, faisant mes adieux à la fin du cycle et du destin, après trois années de dur labeur pour tenter d'apporter un peu d'ordre et d'harmonie dans la province serbe du Kosovo de l'époque, qui est aujourd'hui un pays indépendant ; Et qu'aujourd'hui, c'est un pays indépendant, reconnu par de nombreux autres pays et que, par les hasards de la chance, notre équipe de football a dû jouer contre lui, malgré le fait que l'Espagne, pour des raisons évidentes, ne l'a pas reconnu comme un pays souverain et indépendant.

Ce matin-là, plein d'attentats partout, la paix mondiale a été soudainement rompue et l'équilibre des forces a pris un tour copernicien ; les Américains, se voyant menacés sur leur propre territoire - pour la deuxième fois de leur histoire - ont obligé le président Bush à déclarer la soi-disant "guerre contre le terrorisme" et, accessoirement, à invoquer l'article 5 du traité de l'Atlantique Nord, l'OTAN, afin que nous et nos soldats apparaissions en Afghanistan en tant que membres d'une vaste coalition internationale.

Nos capacités de projection, d'alimentation et de soutien des opérations à distance ont dû être multipliées par plusieurs centaines car, avec cette intervention, malgré le parapluie américain, les distances et les moyens à transférer ont non seulement augmenté mais sont devenus encore plus sophistiqués avec des moyens aériens et des systèmes de surveillance et de sécurité complexes et des systèmes de santé adéquats pour participer à une véritable guerre.

Nous avons vite compris que nous ne devions pas seulement lutter contre le terrorisme, mais que notre mission était encore plus grande et plus honorable : sauver tout un peuple, et surtout ses femmes et ses enfants, des griffes de gens sans cœur qui les traitaient comme du bétail et méprisaient continuellement leurs droits humains. Notre coopération internationale a fait un bond en avant, avec efficacité et insouciance. Nous avons également constaté que nous étions bien accueillis par les pays alliés et que les aborigènes nous remerciaient clairement de notre présence et de nos efforts.

Mais, malgré tout cela, nous nous sommes rendu compte qu'il ne s'agissait pas d'une simple opération de paix et encore moins d'une opération humanitaire. Les balles, les éclats de mines contre les voitures, les explosions au passage de nos convois et les hélicoptères abattus, ne se sont pas fait attendre.

L'ennemi était bien équipé en armes de toutes sortes et dont l'origine, même si elle ne semblait pas très claire, nous savions tous qu'elle provenait du soutien antérieur des Américains à leurs amis d'alors et maintenant ennemis et seigneurs de la guerre et à certains intérêts obscurs de pays qui cherchent toujours des moyens d'agir contre l'Occident, les États-Unis, l'OTAN et d'autres alliés avec le trafic d'armes et d'explosifs.

La mission s'éternise, les résultats positifs ne sont pas au rendez-vous, les attaques et les combats réels se multiplient, les contingents s'agrandissent et le coût en vies humaines, en sang versé et en matériel énorme et coûteux gaspillé dans ces terres inhospitalières et rudes commence à peser sur l'Espagne. Tout cela nous a rappelé les moments du passé où est née la chanson du petit soldat espagnol qui donne le titre à cet humble travail et hommage.

Pasodoble que, sans en connaître la signification et l'origine, j'ai fredonné et entendu jouer plusieurs fois ; comme il était utilisé dans les casernes et les bases aériennes au moment des adieux et de la formation des groupes ou des bataillons ad hoc qui étaient encadrés pour participer à cette mission ; mission qui, de l'avis général, n'allait jamais se terminer positivement ou avec des résultats qui justifieraient tant d'efforts humains et économiques et trop de nuits blanches si loin de la patrie.

En tant que colonel-chef du 29e régiment aéroporté, Isabel La Católica, j'ai dû former et instruire plusieurs contingents pour cette mission. Comme j'aurais aimé partir avec eux, mais les contingents formés par mes soldats, hommes et femmes, pendant mes deux années de mandat, n'étaient pas assez importants pour que leur colonel puisse les laisser à leur tête - à cette époque, nous participions en même temps à la mission en Irak dont Zapatero nous a sortis de manière si déshonorante et non professionnelle - alors je les ai renvoyés comme un père qui les voit partir, enveloppé d'anxiété et de larmes cachées, ses enfants partis pour une aventure incertaine et moi, je me suis dépêché d'être le premier à arriver pour les récupérer à leur retour, fatigué et changé de corps et d'âme.

Après avoir terminé mes deux années de commandement, j'ai fait mes adieux au régiment sans avoir perdu un seul des presque huit cents soldats qui m'avaient été confiés deux ans auparavant ; j'avais réalisé mon souhait et mon rêve, celui de les garder tous ensemble, vivants et en bonne santé, et je l'ai souligné dans mon discours d'adieu devant eux tous formés la veille de la remise du commandement et du drapeau à mon successeur.

Mais l'ineffable passage de la vie, la malchance ou les deux à la fois m'ont entraîné vers le fait qu'en peu de temps, j'ai dû recevoir à Getafe beaucoup, trop de cercueils de camarades d'hélicoptère -unités dans lesquelles j'ai aussi passé de nombreuses années de ma vie- et de sous-officiers et de troupes de mon cher régiment ; Je me suis souvenu de ces derniers tant par leur visage que par nombre de leurs noms, de leurs sourires et de leurs gestes lorsque je leur ai dit au revoir avec une certaine joie et nostalgie lors de mon dernier jour à Pontevedra, alors qu'ils finalisaient déjà leurs préparatifs pour leur prochaine rotation imminente en Afghanistan. 

Plus tard, je les ai pleurés en silence, un par un, dans leurs chapelles funéraires improvisées, et j'ai rendu visite à certains blessés à l'hôpital de Gómez Ulla alors qu'ils conservaient encore la stupeur sur leur visage et leur regard. J'ai embrassé leur capitaine dans la zone de la base alors qu'il descendait de l'avion, un homme jeune, entreprenant et très enthousiaste, qui donnait toujours l'exemple et subissait les efforts et les risques avec ses soldats et qui, pour sa chance ou son malheur, voyageait dans l'hélicoptère le moins touché par cette attaque ou cet incident ; une affaire et un fait qui n'ont jamais été proprement ou réellement éclaircis et qui ont été rapidement couverts sous le commandement du ministre Bono.

Comme on le sait, un chagrin n'arrive jamais seul, et bientôt, les décès qui se succèdent au cours de la même rotation et des rotations successives m'amènent à me souvenir d'eux et même à les pleurer, car leurs noms s'accumulent sur la longue liste de ceux qui sont tombés à la guerre.

Comme beaucoup d'Espagnols, j'étais convaincu que la taille et les grands efforts en valaient la peine ; nos forces ont rempli une mission sublime et ont été très chères à ceux qui ont reçu leur aide directement ou indirectement ; mais cette euphorie ou cette simplicité que j'ai atteinte de mon point de vue m'a fait oublier que l'envie, l'iniquité et la trahison font partie intégrante de la pensée humaine et sont peut-être beaucoup plus exacerbées dans l'esprit des habitants de ces terres.

Des gens qui se méfient de tout et de tous parce qu'ils ont été endurcis par la botte oppressante, le trafic de drogue, la vengeance et la loi du Talion ; où les femmes et les enfants -surtout les filles- sont l'objet de plaisanteries, d'abus, de mépris, de canges et de corruption et que ces approches et certains degrés d'amitié deviennent pour beaucoup d'entre eux des choses très dangereuses ou des amitiés qui, lorsqu'ils le peuvent et en ont l'occasion, doivent être corrigées aussi brutalement que possible pour servir d'exemple et ne pas se reproduire avec ceux qui, parce qu'ils sont étrangers, sont des ennemis d'eux et de leur religion par simple définition.

Il y a deux jours, nous avons vu SM le Roi aller recevoir les quelques dizaines des derniers soldats espagnols qui rentraient, alors que quelqu'un au-dessus de nous, là-bas à la Maison Blanche, a décidé qu'après vingt ans de combats acharnés et inégaux sur un terrain aussi hostile, la mission en Afghanistan était terminée sans autre explication et qu'une fois de plus, nous n'avons pas tardé à faire nos valises à la hâte, à laisser ce qui n'est pas nécessaire et à rentrer chez nous. Cette scène m'a rappelé le retour des derniers des Philippines ; ces soldats qui ont combattu courageusement pendant des centaines de jours loin de l'Espagne sans savoir que notre gouvernement avait décidé de mettre fin au conflit et de nous remettre cette colonie, mais qui, pour continuer à remplir leurs ordres, ont maintenu une position faible et sont morts un par un, à l'exception de quelques-uns, à cause des assauts de l'ennemi, de la misère et de l'infection.

Aujourd'hui, j'ai lu un court article d'un de mes bons amis sur le sujet, dans lequel il se demandait pourquoi nous avions passé vingt ans dans cette région et dans cette mission. Je me joins à sa question et, comme je l'ai déjà mentionné plus haut, j'ajoute ma grande préoccupation pour ces aborigènes qui ont grandi et travaillé d'une certaine manière à nos côtés, rendant nos vies plus supportables, et qui sont maintenant laissés seuls, sans notre protection, à la merci des représailles et de l'oppression.

Que ce petit ouvrage serve de souvenir et d'hommage d'un vieux colonel, et j'espère qu'il n'est pas le seul, à tous ces hommes et ces femmes qui ont donné leur vie ou arrosé de leur sang ces terres et ces lieux en accomplissant la mission qui leur avait été confiée, même si, après vingt ans, nous nous demandons encore à quoi ont servi tant d'efforts et même le don de leur propre vie si généreusement donnée, comme celle des soldats espagnols de cette chanson simple et entraînante qui commençait ainsi : au son des tambours et au rythme du tarari.....