Avis

...Et ses conséquences

photo_camera Russia's attack on Ukraine

Il y a un mois et trois jours, j'ai écrit et publié dans ce même forum une analyse de la situation en Ukraine, que j'ai intitulée "Le défi" ; à l'époque, j'avais annoncé que, quel que soit le rythme artificiel des tambours de la guerre internationale, nous n'allions pas entrer dans la troisième guerre mondiale.

J'ai également ajouté qu'il s'agissait d'un conflit simulé créé et géré par Poutine pour compléter le désordre inachevé que la Russie a créé en 2014 pour masquer la simple adhésion de la péninsule de Crimée à la Russie et que, de plus, il pourrait constituer le préambule à quelque chose de plus apparent dans sa deuxième étape d'adhésions quasi-sans-sang, qui consiste à consolider les interventions et influences politiques et sociales à peine déguisées dans la région de Donbas, constamment gérées par la Russie depuis cette date. 

Sur le plan international, il est bien connu que les deux provinces qui composent la région de Donbas, ainsi que plusieurs autres provinces de l'Ukraine tant décriée, sont largement pro-russes par nature ou par descendance, que ce soit au niveau de la langue, du sentiment, de l'histoire ou du degré d'affectivité.

Poutine joue au chat et à la souris depuis un peu plus d'un mois maintenant. Il a promis qu'il n'y aurait pas de guerre, qu'il n'avait l'intention de rien faire et qu'il n'était qu'en "manœuvres militaires" avec son ami intime, le président biélorusse.

Il s'est même moqué de Biden, de l'OTAN, de l'ONU et de l'UE en annonçant des retraits feints, alors qu'en réalité, il concentrait et préparait ses meilleures troupes - pendant des années loin des combats réels - pour l'invasion, qu'il entendait initialement être sans effusion de sang ou de faible intensité, d'une région qu'il a toujours considérée comme la sienne et qu'il n'aime pas voir occupée par les forces de l'OTAN, juste à sa propre frontière.   

Comme, malgré ses nombreuses démonstrations de force et ses menaces économiques et énergétiques, ses revendications restaient lettre morte dans le monde, il a sorti un as de sa manche en les déclarant, à l'unanimité de la Douma, régions indépendantes qu'il était prêt à aider pour que les Ukrainiens cessent de les importuner, retirent leurs forces et acceptent sans discussion le sentiment pro-russe de leur population, comme cela a été démontré tout au long de l'histoire et, plus récemment, après ce coup de maître.

Un mouvement que, une fois de plus, la mal nommée Communauté internationale (CI) a laissé devenir une triste réalité, sans lever le petit doigt pour l'empêcher de se consolider. Maintenant, comme prochaine étape, Poutine vient en aide à ses amis pour défaire le nœud gordien qui enlise et étouffe les citoyens qui ne veulent rien d'autre que leur propre "liberté" avec la Russie.

Pour comprendre ses intentions et ses désirs clairs, il suffit d'examiner avec un certain esprit critique les mots qu'il a lui-même prononcés il y a quelques heures à ce sujet : "conformément à l'article 51 de la Charte des Nations unies, avec l'approbation du Conseil de la Fédération - qui est la Chambre haute russe - j'ai décidé de mener une intervention militaire spéciale". "Nous nous battrons pour la démilitarisation et la dénazification de l'Ukraine. Nos plans n'incluent pas l'occupation de l'Ukraine. Nous n'imposons rien à personne".

En d'autres termes, il veut laisser entendre, comme je l'ai annoncé il y a plus d'un mois dans mon travail, qu'il est un homme de paix, qu'il lutte contre l'oppression des peuples et qualifie le régime ukrainien d'oppresseur nazi ; qu'il est protégé par la Charte des Nations unies et que personne ne peut le lui reprocher.

Il sait que les capacités militaires de l'Ukraine sont minuscules comparées aux siennes ; les Nations unies ne lèveront pas le petit doigt car elle conserve son droit de veto au sein du Conseil de sécurité ; l'OTAN a déjà déclaré que l'Ukraine n'est pas son territoire et qu'elle ne peut donc pas intervenir ; l'UE est totalement incapable d'agir militairement et, surtout, les États-Unis ne sont pas prêts à poser une botte sur ce territoire.

L'aide matérielle, les armes rares ou presque inutiles et la formation militaire à l'Ukraine sont futiles, coûteuses et n'ont aucune conséquence ou application à court terme ; elles ne la concernent donc absolument pas. 

Quant aux sanctions commerciales ou économiques contre lui, son peuple ou la Russie elle-même, elles ne l'affectent pas le moins du monde. C'est un homme immensément riche, tout comme ses proches collaborateurs, et le peuple russe est un peuple pâteux et totalement abruti qui se laisse très facilement convaincre en lui vendant la grandeur et le prestige de la Russie, même s'il sait qu'il ne mange pas avec les deux. 

Les Russes ont l'habitude de souffrir et sont très fidèles à leur chef, celui qui utilise les grandes tables en bois pour se démarquer manifestement des gens du peuple. Des tables qui, au lieu de le nanifier, le grandissent et le font apparaître comme un demi-dieu aux yeux des Russes et du monde qui l'observe et qu'il humilie par de tels gestes.

L'Europe et le monde en général devront peser ces mesures économiques, de peur que nos bouches ne s'enflamment et que nous nous retrouvions dans une situation bien pire que celle des Russes. Un peuple qui, comme je l'ai dit, est habitué à la souffrance, une chose que nous, Occidentaux, avons oubliée depuis des décennies et qu'il nous est de plus en plus difficile de quitter notre sphère de contrôle et notre zone de confort.

Poutine entre dans la région de Donbas "en tant que forces de maintien de la paix" ; pour le moment, il n'a pas l'intention de déclencher une guerre en tant que telle, à moins que les Ukrainiens, incités ou enhardis par la CI, ne l'y obligent et, le cas échéant, il dispose des forces nécessaires pour le faire.

Maintenant, en plus de voir comment les sanctions et les restrictions sont calibrées pour ne pas trop affecter ceux d'entre nous qui sont de l'autre côté du conflit, il reste à voir si Poutine, cette fois, sera vraiment sincère et arrêtera ses forces à la frontière des régions en question ou continuera son avancée jusqu'aux portes de Kiev afin d'avoir une position beaucoup plus forte au moment de la négociation finale.

En bref, la CI et toutes ses organisations, organes et certains pays en particulier nous ont tous ridiculisés ou se sont ridiculisés ; Poutine a joué un jeu ignoble avec nous tous ; il s'est investi comme un homme de paix et, comme il l'a annoncé il y a un mois, pour atteindre ses objectifs de la manière la moins sanglante possible, il a utilisé des méthodes de guerre sale et hybride et, fondamentalement, il a fait un usage intensif de la propagande et de la cyber-guerre. Grâce à tout cela, elle a réalisé ce qu'elle avait annoncé il y a un mois et nous verrons si elle ne va pas plus loin. 

D'un autre côté, le monde a été frappé de mutisme ; les déploiements tant vantés de forces alliées ou américaines exclusivement aux frontières avec l'Ukraine ou la Russie n'effraient pas du tout Poutine, car il sait que l'OTAN et les USA ont les mains liées car leurs populations ne sont pas comme celle de la Russie et, en même temps, il a réussi à rapprocher la Chine de la Russie car tout ce qu'elle ne vend pas à l'Occident sera acheté par les Chinois car leurs besoins inépuisables en matières premières de toutes sortes sont capables d'absorber tout le surplus produit.

Nous devrons être très prudents dans les mesures économiques à adopter, nous serons une fois de plus laissés en plan et, comme je l'ai annoncé, le plus grand perdant dans tout cela sera l'Ukraine et son peuple, une fois de plus humilié et voyant que l'aide étrangère mensongère est du pur philistinisme et sans valeur.

Je pense que, compte tenu du changement géostratégique majeur dans le monde et de ce qui est attendu prochainement, la CI devrait se réunir, sans trop tarder, pour envisager un changement radical de la question de l'arbitrage international au niveau mondial. 

Nous ne pouvons et ne devons pas maintenir une structure obsolète et datant du siècle dernier, alors que les équilibres, les outils à utiliser, les menaces et les puissances émergentes sont totalement différents. Sinon, le monde se dirige droit vers sa propre autodestruction ou vers une oligarchie sans salut.