Avis

Honorabilité

photo_camera Pedro Sanchez

Un mot que nous avons tous entendu et utilisé à maintes reprises, même si je pense qu'en réalité et au vu des faits, pas mal de gens ne savent pas vraiment quelle est sa portée et sa signification véritables ou complètes. D'autre part, le mot lui-même, peut-être en raison de ses racines, imprime un certain caractère et peut même impressionner. 

Terme qui signifie selon le dictionnaire du RAE "qualité de la personne honorable". Une brève définition qui n'apporte vraiment pas beaucoup de clarté à ceux qui souhaitent connaître sa véritable valeur. Ainsi ; donc, nous devons nous tourner à nouveau vers le dictionnaire pour trouver la signification de honorable ; terme qui, par rapport à la personne, dit que "est attribué ou accordé à toute personne qui est honnête et mérite donc le respect ou l'estime des autres.

Cette dernière question est de la plus haute importance et du plus grand intérêt, étant donné qu'elle lie le respect des personnes à l'honorabilité et qu'il est donc facile de déduire qu'une des principales causes de la destruction et du manque de respect et d'estime entre les êtres humains provient précisément de l'absence ou de la rareté de l'honorabilité chez certains d'entre eux. 

En outre, afin d'éviter toute interprétation erronée ou libre dans un autre sens éloigné de la réalité et afin de compléter l'analyse du terme étudié, je pense que nous devrions analyser ce que le dictionnaire mentionné à plusieurs reprises définit par honnête qui est quelque chose comme " celui qui agit avec droiture, en accomplissant son devoir et conformément à la morale, notamment en ce qui concerne le respect de la propriété d'autrui, la transparence dans les affaires, etc. ".

Pablo Casado
Une fois refermé le cercle de la définition et de la délimitation du sens et de la portée des termes et des nuances liés à l'honorabilité, il est facile de comprendre que pour agir conformément, il est indispensable d'être honorable ; ce qui implique nécessairement d'être honnête, de remplir le devoir, d'agir selon les préceptes d'une morale droite et parfaitement comprise et d'être particulièrement respectueux du reste en ce qui concerne les facteurs transcendantaux de la vie ou de la relation personnelle, morale et sociale.

C'est précisément en raison des exigences strictes que l'honorabilité requiert qu'il n'est pas très facile de trouver un grand nombre de personnes honorables dans la société ; bien que, si nous y réfléchissons, et selon les caractéristiques décrites dans les paragraphes précédents, proportionnellement parlant, il devrait y en avoir beaucoup plus parmi ceux qui disent et proclament constamment qu'ils consacrent leur vie et leur travail au service des autres, les hommes politiques. 

Une fois de plus, la réalité nous oblige à mettre les pieds sur terre et à prendre conscience de qui nous sommes, où nous sommes, où nous allons et à qui et comment nos pas dans la vie politique, syndicale et sociale nous mènent. Lorsque nous nous posons de telles questions, beaucoup d'entre nous pensent que le monde est à l'envers, et ce n'est pas vrai.  C'est nous qui insistons pour la modifier à notre goût ou à notre convenance afin d'obtenir des avantages personnels, de parti, de guilde ou de famille sans nous soucier de ce que cela peut impliquer. 

Empresarios seminario
Une fois dans la farine, un plan malveillant a été élaboré et le soutien nécessaire a été obtenu pour atteindre l'objectif recherché, ceux qui ne sont pas ou pas du tout honorables ne se soucient pas du tout de changer ou d'abroger l'idéologie initiale et d'oublier toutes ces promesses tenues et rabâchées pendant les campagnes ; des promesses qui les ont amenés à occuper un poste pour lequel, si l'on y regarde bien, ils n'ont pas été élus en raison de leur façon finale d'agir.  

Nous sommes nombreux à dénoncer sans cesse des attitudes proches de véritables despotes et dictateurs lorsque nous faisons référence à certains dirigeants qui, comme s'ils étaient de véritables satrapes consommés, dirigent nos desseins. Nous nous protégeons en reprochant leurs mauvaises pratiques lorsqu'ils exercent le pouvoir économique, politique ou social de manière abusive et leur mauvaise moralité. Mais en réalité, il y a beaucoup, peut-être trop, de citoyens qui acceptent sans se plaindre tout cela et bien plus encore, et qui vont même jusqu'à les obliger à être manipulés, trompés et gérés au gré de ces pervers et malfaiteurs qui essaient, sous notre nez, de tout chambouler, de tout envoyer par le fond sur la base d'actions tordues ou perverses, en profitant de raccourcis ou au milieu de la nuit. 

Pedro Sanchez

Le cliché typique selon lequel les temps précédents étaient meilleurs et qu'on ne trouve nulle part dans le monde des hommes politiques ou des dirigeants de la stature de ces personnages qui ont connu le succès, n'est pas un cliché, c'est une vraie réalité. Mais beaucoup d'entre nous oublient que ceux qui exercent un pouvoir sur nous et gèrent nos vies sont issus de nos propres rangs sociaux, sont ou ont été des camarades de classe, d'idées, de loisirs et même ont appartenu ou appartiennent à nos cercles les plus intimes d'amis ou d'entité familiale ; des personnes qui agissent et pensent ou ont fait dans un temps pas si lointain comme nous-mêmes. En bref, ils font partie de notre environnement et de notre statut social.   

Volontairement ou involontairement, nous les avons laissés grandir et accroître leur dérive ; en détournant le regard, en riant de ce que nous considérions comme une simple plaisanterie, un manque d'expérience ou une petite perversité. De plus, nous les avons soutenus à l'époque, même si nous ne pensions pas de la même manière, car nous étions fermement convaincus que l'eau qui coulait de leurs idées ne formerait jamais une rivière. Ceux d'entre nous qui, avec le temps et une fois la toile d'araignée mise en place, continuent à soutenir leurs outrages parce qu'ils sont désormais prisonniers de leurs avantages bien tissés et enchevêtrés ; ils y sont tombés par sympathie ou pour un petit salaire, une aide ou un avantage qui les empêche de voir leur perversité dans toute sa dureté et sa clarté. 

Aujourd'hui, incroyablement et malgré toutes les choses graves qui se sont produites récemment et qui sont encore inachevées au niveau local, national et mondial, d'après les récents résultats peu réjouissants, il semble qu'il soit très facile de se laisser convaincre, tromper et entraîner à applaudir ce qui, il y a seulement quelques mois, était impossible à imaginer, et encore moins à mentionner. 

Separatista en el Liceo
On nous a tout promis, nous étions convaincus de leur soumission et de leur respect d'une série de principes dont ils n'allaient et ne pourraient jamais se défaire ; Aujourd'hui, ils ont tous été mis de côté, relégués à la nostalgie ou à l'oubli ou au mépris le plus dur et le plus cruel, comme s'il s'agissait de quelque chose d'obsolète, voire d'inhumain ou d'illégal, et l'on ne cesse de nous répéter que nous avons l'obligation d'abjurer nos principes, de pardonner à ceux qui sont punis pour avoir tenté des coups d'État, aux terroristes, à ceux qui veulent briser l'Espagne en mille morceaux et de remercier nos dirigeants d'avoir eu la clairvoyance et la volonté de découvrir et de nous montrer le chemin qui nous mène à l'harmonie, au pardon et à la prospérité.  

Certains semblent résister à tant de changements, ils n'acceptent pas les prétentions absurdes et excessives de ceux qui ne cherchent qu'à modifier les lois et les coutumes sans justification ; et de plus, parce que sans sourciller, ils le font par la voie la plus courte, forcée et même illégale quand c'est nécessaire ; en utilisant toutes sortes de subterfuges, de ruses, de tromperies ou de mesures en désuétude protégées par des lois anciennes et obsolètes qui sont parquées dans la législation depuis des temps qui n'ont rien à voir avec la réalité actuelle.

Mais, malgré l'existence des très malheureux, que le problème est franchement dangereux et réel et sachant que, quantitativement, sont plus nombreux ceux qui n'acceptent pas une solution si contre nature et purement inquisitoriale, tous ces mécontents, sont incapables d'unir leurs forces et de marcher ensemble dans un seul parti ou coalition qui peut vraiment s'opposer à la plus grande perversité et corruption qui a vécu en Espagne depuis la deuxième république et la guerre civile de 1936. 

Certains d'entre eux, inconscients de tant de changements brusques et de retours à des situations qu'il vaut mieux oublier, ont joué un rôle incertain, inconstant, en équilibre instable constant et à la recherche d'une opportunité ; leur propre vanité et le fait de se mettre si souvent en avant alors qu'ils auraient dû maintenir une position vraiment ferme, les ont amenés à se diluer comme des morceaux de sucre dans un thé chaud pour être absorbés par les extrêmes les plus proches et disparaître ou devenir quelque chose d'anecdotique ou de résiduel.

Protestas rambla
De nos jours, et pas seulement en Espagne, bien qu'ici nous ayons notre propre grande croix de pierre, de bois et de métal, il existe de nombreux exemples dans lesquels des alliances contre nature entre partis et tendances politiques se font tout naturellement pour le simple fait de conserver le siège du pouvoir pendant quelques mois ou années de plus ; peu importe de s'allier avec des partis qui cherchent à dissoudre l'État ou qui l'attaquent de toutes parts, ou de payer des péages durs et crapuleux, que personne dans la vie n'aurait pu imaginer, pour renverser le contraire et occuper leur position avec arrogance et indignité.   

Ils mentent et trompent assidûment et facilement ; tout se retourne ; ce qui hier était d'un blanc pur, aujourd'hui est d'un noir de jais et rien ne se passe pour le dire sans changer de visage, avec un cynisme et des arguments si fallacieux et puérils qu'ils font rire celui qui veut vraiment analyser le changement de position et connaître la vérité. 

Les mauvais coups, les mauvaises décisions ou l'adversité sont toujours attribués à une paternité étrangère et diverse ; des "comités d'experts" inventés apparaissent comme les coupables de ce qui ne va pas ; mais lorsque les nouvelles sont bonnes ou porteuses d'espoir, le gouvernement se précipite sur les écrans et les interviews pour en être la vedette, bien que dans celles-ci comme dans les autres, son degré d'intervention et de responsabilité soit plus ou moins le même. 

Les ministres sont remplacés alors que les choses vont mal et que ce n'est pas le moment le plus opportun pour changer, on tente de renverser les gouvernements subordonnés avec des mensonges et des cauchemars, on abandonne le gouvernement et la politique promise alors qu'il y a seulement un an sa présence au premier rang était indispensable car sans lui et ses idées rien ne pouvait être fait pour sauver l'Espagne et les pauvres qui maintenant, après son départ, sont beaucoup plus nombreux.

Protestas Liceo    
À l'extérieur, les organisations internationales telles que l'ONU, l'OTAN, le FMI et l'UE elle-même, entre autres, sont devenues une sorte de marchés persans où les intérêts de certains pays, le trafic d'influence et la nécessité de survivre interdisent tout type de mesures correctives sur les pays gouvernés par d'authentiques satrapes, personnages de roman et tyrans qui trompent, persécutent et tuent les leurs et les autres. 

On promet des mesures correctives telles que l'application de la justice universelle, le contrôle des violateurs de la paix, le bannissement du communisme et des abus sociaux et environnementaux ; tout cela déguisé en bonisme, en féminisme et en égalité bon marché ; mais la réalité est que tout cela n'est que fumée et plaisanterie et un discours méprisable sans égal.

Ce n'est pas qu'il n'y a pas de politiciens et d'hommes pleins de leadership national et international, capables de faire bouger les masses sans avoir besoin de les tromper avec des avantages ou la promesse que bientôt la manne viendra. Aujourd'hui, comme ils sont presque tous faux et pleins de pourriture personnelle, les leaders ont tendance à être assez éphémères et donc, ces grands "leaders" qui ont déplacé des montagnes et soulevé les masses, passent facilement à autre chose ; ils abandonnent la politique sans se soucier de tout ce qui a été dit, promis et laissé derrière eux et par les soi-disant portes tournantes, ils sont placés sans aucune préparation dans la grande entreprise, si possible d'État, pour vivre opulemment aux dépens des autres.

Conferencia Sanchez Barcelona 
C'est triste à dire et beaucoup plus à reconnaître, dans ce monde changeant et franchement impitoyable tout ou presque a perdu sa valeur ; les piliers qui soutenaient les grandes politiques, les alliances, l'économie et même la religion se sont fissurés peu à peu à cause d'une dégradation individuelle et collective du degré et du niveau d'éducation, de la formation morale et du respect des autres. Il ne nous reste plus grand-chose à quoi nous raccrocher, et c'est précisément dans cet environnement pestilentiel et maladif que les pauvres d'esprit, les amoraux et ceux qui ne connaissent pas la valeur de l'honorabilité se renforcent, apparaissent, croissent et se multiplient comme des champignons dans un humérus.

Ils sont capables de tout, impitoyables et malveillants jusqu'à la satiété ; ils ne reculent devant rien et justifient leurs positions et leurs actions perverses par un sourire, démontrant ainsi qu'ils ne se soucient pas des personnages perfides dont, malheureusement, en Espagne, nous connaissons et avons beaucoup plus d'exemples que d'autres. 

Aujourd'hui même, sans aller plus loin, tout un plan élaboré et maléfique est en train de s'accélérer avec une intervention théâtrale honteuse à Barcelone pour justifier l'injustifiable, une représentation à laquelle même la corporation des personnes impliquées n'assistera pas ; avec une campagne ignominieuse contre l'État lui-même en Europe et avec les attaques pour déprotéger la Constitution. Le malheur, c'est que ce n'est pas encore la fin ; il y a encore beaucoup d'actions sales aux conséquences graves dont nous verrons comment elles se termineront.