Avis

La terre brûlée

photo_camera La tierra quemada

Elle est connue comme la stratégie de la "terre brûlée" à l'ensemble des actions sur le propre terrain et les différents types de ressources qui sont ou sont produites dans le même, afin que ceux-ci ne puissent pas être utilisés, au moins de forme immédiate, par l'ennemi et afin que, en outre, ses effets supposent un retard pour la récupération pour le long temps et le grand effort qui est nécessaire dans la réalisation que plus tard ils reviennent à être produits dans le même endroit dans des quantités similaires.  

Stratégie populairement connue lors des deux dernières invasions de la Russie (Napoléon et Hitler) et qui est utilisée depuis des siècles par les commandements militaires ou les dirigeants politiques sur leur territoire face à l'avancée impulsive et massive d'un ennemi, très supérieur en moyens et en entité, qui est prêt à les envahir pour le conquérir.

Les effets de cette théorie, bien qu'à long terme ils puissent être nuisibles pour les propres intérêts de ceux qui l'utilisent, sont généralement franchement bénéfiques pour arrêter les impulsions initiales de toute invasion ; puisque, bien que la dépendance réelle de la soi-disant "exploitation locale" des ressources nécessaires pour alimenter la bataille et les troupes impliquées diminue pour l'amélioration des technologies et la grande capacité des moyens de transport à grande distance entre d'autres caractéristiques, les ressources locales continuent encore à être nécessaires pour éviter une grande partie des longues files d'attente logistiques et la demande de moyens qui suppose la continuité dans la guerre.
La tierra quemada

Ainsi, une fois exécuté comme prévu avec le maximum de détails, tout sera franchement difficile à exécuter pour l'envahisseur dans un territoire où tout a été dévasté, les communications et les moyens à utiliser ne fonctionneront pas ou seront gravement endommagés, les ressources alimentaires seront difficiles ou impossibles à trouver et à exploiter, la population civile sera très hostile par la famine et le désespoir qui la menace, une partie des ressources de base, qui peuvent encore être trouvées, seront très détériorées et pourront même être empoisonnées.
Eh bien, cette stratégie et cette théorie ne sont pas seulement utilisées dans la guerre ; comme on le sait, l'influence des stratégies militaires dans la vie sociale, les affaires et le leadership est franchement importante et, dans certains cas, sert d'exemple et de guide dans ces secteurs. Par conséquent, cette activité machiavélique n'est pas passée inaperçue auprès de nombreux politiciens qui pensent qu'après leur passage, leur plaisir et leur jouissance des plus hautes représentations de n'importe quel État et de n'importe quelle forme de gouvernement, ils ne s'en soucient pas, et même, dans certains cas, ils cherchent à ce que, lorsqu'ils disparaîtront ou seront mis à la porte, "le déluge universel" arrive.

Et l'on peut se demander quel est l'intérêt de ceux qui l'appliquent, si les citoyens voient qu'après leur passage, le pays est laissé en ruines ? La réponse est très simple : outre le fait de gagner du temps pour que d'autres puissent canaliser ou réaliser le début de la récupération et le retour à la normalité, les privations qu'ils seront obligés d'imposer à la population - pour survivre et améliorer progressivement le climat social, économique et politique - seront si grandes qu'ils pourront obtenir un meilleur climat social, économique et politique, Les difficultés qu'ils seront obligés d'imposer à la population - pour survivre et améliorer progressivement le climat social, économique et politique - seront si nombreuses qu'elles pousseront la population non patiente à désespérer, à ne pas investir le temps nécessaire pour en voir les fruits et à commencer à se languir des avantages dont le tyran précédent avait pris soin de combler les factions les plus pauvres ou celles qui sont plus faciles à acheter avec un misérable plat de lentilles.  

La version politique de la terre brûlée consiste généralement à dégrader presque toutes les choses, les principes et les personnes, tant individuellement que collectivement, en commençant par l'éducation ; à supprimer les valeurs morales de nature religieuse, éthique, sociale ou familiale ; à promouvoir les différences sociales de manière apparente et patente, même si elles ne sont pas vraies ; savoir présenter les ennemis internes du pays comme des groupes ou des personnes nécessaires à la coexistence, aux relations et à l'amélioration de la situation politique en général ; critiquer et essayer d'abroger tout ce qui a été fait précédemment par l'opposition, même si c'était manifestement très nécessaire et bénéfique pour les relations internes et le progrès national.
La tierra quemada

Il faut aussi exalter comme essentiels et fondamentaux l'éloge et la défense à fond des groupes franchement minoritaires qui représentent des tendances, des idées ou des coutumes peu communes, partisanes, contraires et même pernicieuses dans la société en général ; distribuer des aides intéressées aux partis ou aux régions qui les soutiennent pour rester au pouvoir, même au prix de laisser en net désavantage d'autres groupes ou régions qui, par justice équitable ou valeur réelle, méritent beaucoup plus.

Sans oublier de dépenser excessivement l'argent que nous n'avons pas sans tenir compte de la dette, du déficit et des problèmes économiques qu'à long terme, de telles politiques peuvent nous apporter et pour couronner le tout, oublier tout ce qui a été promis, légiférer à sa convenance et critiquer les autres pour finir par gouverner despotiquement comme un vulgaire tyran, en chargeant les principes démocratiques, bien que oui enveloppant, quand c'est nécessaire, dans le drapeau national promettant l'égalité.

En ce qui concerne les autres facteurs fondamentaux, ils n'en laissent généralement aucun intact, ni intact, ni intact, ni impromptu. Pour ces ruffians il faut absolument que la séparation des pouvoirs disparaisse, il faut légiférer au maximum par décret, à la convenance et même la nuit ; ils ne doivent pas oublier de soutenir les entreprises de leurs amis, les pays de leur couleur ou même ceux qui peuvent contribuer le plus à leurs propres coffres, c'est une priorité même aux dépens de ceux qui le méritent le plus et qui doivent être protégés ou sauvés et, enfin, il faut modifier le code pénal à la convenance et pardonner ou pardonner les peines et les dettes ; tout cela est dans leur ADN et doit être appliqué sans limite, surtout, à ceux qui facilitent leur façon et leur manière de gouverner.

Leur activité rampante consiste également à saper le prestige international pour cesser de se conformer aux lourdes obligations internationales contractées par ceux qui les ont précédés au pouvoir ; ils ont tendance à vivre presque exclusivement de propagande, de sophismes et de mensonges, car c'est le moyen par lequel ils parviennent le mieux à unir leurs forces et à tenter de convaincre leurs adeptes sans instruction et, enfin, comme ressource fondamentale, ils doivent rechercher l'aide ou le soutien acheté auprès des banques, des grandes entreprises et même de l'Église en échange de "promesses" à l'horizon, alors que les ressources destinées aux entités sociales ou politiques qui en ont le plus besoin ne se donnent pas ou n'arriveront jamais. 
La tierra quemada

Tout cela et d'autres choses noires et sales, goutte à goutte, comme s'il s'agissait d'une torture chinoise, imprègnent la conscience de nombreux citoyens. Certains fatigués de protester sans résultat, fatigués d'être humiliés sans que personne, apparemment, ne vienne prendre leur défense et voir que les profiteurs ne sont jamais traduits en justice ; ceux qui font partie de la masse des adeptes par commodité en application de quelque don, redevance ou salaire, plus ceux qui sont pleinement convaincus par eux-mêmes ; Enfin, tous s'unissent pour former la pléiade des silencieux, des convertis ou de ceux qui ont décidé de jeter l'éponge, de se laisser aller, de détourner le regard et de vivre sans autre forme de procès ; ce qui permet aux tyrans de se perpétuer ou, du moins, de respirer au pouvoir un peu plus longtemps.

Reconstruire tant de dégâts moraux, éthiques, politiques, économiques et sociaux n'est pas facile ; être obligé de mettre fin à des avantages systématiquement et injustement établis est encore plus difficile ; parce qu'à long terme, il y aura toujours des personnes qui, lors de l'application des mesures correctives, seront lésées même si leurs mérites réels ne répondent pas aux exigences minimales qui les rendaient dignes de ce soutien, contrairement à ce qui est valorisé dans une société qui prétend être juste et équitable avec les nécessiteux et vigilante ou exigeante avec ceux qui vivent de privilège, des faveurs et de l'injustice sociale. 

Il s'agit de gouvernements qui, en règle générale, ont tendance à se retrouver avec une économie coulée tant à l'intérieur qu'à l'extérieur en raison de son énorme déficit, avec une dette de pacotille disproportionnée que personne ne voudra acheter, surtout au moment où les mesures de soutien international, à prix d'aubaine, s'épuisent et où les exigences qui demandent beaucoup de sacrifices et un strict sérieux reviennent. Une situation dont il ne faut pas se réjouir, car plus le désastre économique est grand, plus les mesures correctives seront imposées de l'extérieur ; des mesures que, même s'ils ne veulent pas les accepter, tous doivent avaler.

Nous avons eu de nombreux exemples de cette façon de gouverner au cours de l'histoire, ils se produisent aujourd'hui et malheureusement, même si nous y résistons, ils sont également sur le point d'arriver. Ils ont été, sont et seront des gouvernements qui méprisent la valeur de la vie de leurs gouvernés, ils chient sur les valeurs et les principes moraux et éthiques, ils ne se gênent pas pour abuser de leurs prérogatives ou les rendre plus grandes et ils sont un mauvais exemple, un sans-gêne et un fléau pour la société.
La tierra quemada

L'Espagne, l'un des pays les plus anciens de l'histoire récente et du monde actuel, n'allait guère échapper à ce fléau qui ronge et ronge tout le spectre politique et social ; nous avons même été les exportateurs de cette façon de gouverner, de ce mauvais exemple et de la manière de détruire nos valeurs profondes, notre richesse propre et naturelle, ainsi que la véritable valeur de ce qui nous appartient dans les aspects physiques et moraux.

Certes, et pour notre malheur, nous traversons aujourd'hui l'une des pires périodes de son histoire dans laquelle tout ce qui précède est vrai, élevé à la nième puissance ; notre gouvernement laisse la patrie, autrefois riche et prospère, comme une terre aride, brûlée, vide et dévastée dans laquelle peu, très peu de valeurs et avec beaucoup d'efforts, peuvent être sauvées.

Ce n'est pas une tâche de ces dernières années, c'est le résultat d'un plan élaboré ces dernières années ; C'est le résultat d'un plan élaboré avec malice et plein de malice par certains, beaucoup ou trop de personnages, qui, sous diverses apparences, ont compris qu'après presque quarante ans de dictature, l'arrivée d'une démocratie naissante, timide et très hésitante, laisserait place à la possibilité de croître progressivement, en s'attaquant à ses piliers les plus solides qui, au fil du temps, ont été balayés et détruits, les laissant démolis ou sans effet car ils n'ont rien pour les soutenir.

Nous sommes un pays plein de gens endoctrinés, de gens incapables de réagir à tout ce qui est injuste, sectaire ou mensonger et nous ne manifestons une certaine fierté patriotique que devant certains matchs "héroïques" de l'équipe nationale de football ; une équipe que, d'ailleurs, beaucoup méprisent et interdisent même d'être vue publiquement dans les rues et sur les places de certaines villes parmi les plus importantes de notre géographie nationale. 

Le dicton populaire dit que chacun a ce qu'il mérite et je crois que cette affirmation est vraie ; bien que nous prétendions avoir été endoctrinés petit à petit, les Espagnols ordinaires et leurs gouvernements successifs ont été les témoins silencieux et même les promoteurs conscients et coupables de ces changements nocifs et empoisonnés avec lesquels nous avons fait de l'Espagne une terre brûlée et très difficile ou impossible à récupérer.