Avis

Le monde tremble dans ses bottes

photo_camera ejercito-union-europea

Nous en avons assez de voir, d'entendre et d'écouter nos dirigeants nationaux et nos associations, organisations et alliances internationales proclamer à tous vents - au son des trompettes de Jéricho, des tambours aussi forts que n'importe laquelle des célèbres tamborradas d'Espagne et des cymbales aussi grosses que des cymbales volantes - que la communauté internationale ne permettrait pas à Poutine d'envahir un pays libre et démocratique et que, s'il osait briser et piétiner ses libertés, les mesures contre lui et la Russie seraient telles qu'il regretterait de l'avoir fait, nous rappelant les temps de la guerre contre l'Irak.

Des réunions en tête-à-tête, des auditions parlementaires, ainsi que des menaces individuelles et collectives sur les mesures à adopter, ont eu lieu à tous les niveaux ; à tel point qu'il n'y a pas eu une seule échappatoire pour échapper au bâton vert qui devait s'abattre sur la tête de Poutine, sur ses conseillers les plus directs et sur la nation russe abrutie qui, habituée à cela, le suit sans même un gémissement.

Mais en fin de compte, la triste réalité est tellement pitoyable, honteuse, inutile ou futile et banale, qu'il est même gênant d'en parler et de la montrer aux autres. Sur le plan militaire, comme prévu, nous nous sommes retranchés derrière le paravent de l'OTAN pour dire que nous ne pouvions pas intervenir légalement parce que ce n'était pas un territoire de l'OTAN ; oubliant que la Serbie et le Kosovo ne l'étaient pas non plus, nous sommes entrés en force au Kosovo et avons bombardé ce territoire et même Belgrade, sans égard ni réflexion.

Hier, il était vraiment effrayant d'entendre que l'Oncle Sam avait approuvé l'envoi de davantage d'armes basées sur des missiles et d'autres moyens efficaces en Ukraine, alors qu'à Kiev et dans d'autres villes ukrainiennes, des fusils étaient distribués dans la rue à toute personne passant sur le trottoir et qu'on demandait aux gens de fabriquer leurs propres cocktails Molotov. À quoi serviront ces armes si, à leur arrivée, il n'y aura rien à défendre ?

Maintenant que la structure militaire ukrainienne a été détruite sans pitié et sans capacité de se défendre contre des attaques aussi ciblées et précises, il semble que le moment soit venu de penser que les cinq mille casques de combat individuels, qui leur ont été envoyés par la grande Allemagne, ne suffisent pas à améliorer leur capacité défensive.

L'UE n'a pas tardé à hisser le drapeau blanc, car si l'OTAN n'intervenait pas, l'Union ne le ferait pas, d'autant plus qu'elle affirme ne pas disposer d'une capacité de combat suffisante, malgré des années de planification et d'efforts pour parvenir à quelque chose ressemblant à une armée européenne qui ferait plus que remplir partiellement de courtes ou petites missions de maintien de la paix. 

Biden, de course en course, parlant aux médias toute la journée et enlevant son masque en public, afin que vous puissiez voir son visage très en colère ; mais envoyer des troupes se battre pour et en Ukraine, rien du tout.

Les Américains ne sont plus favorables au soutien des démocraties attaquées ou en danger, et il n'y a aucun intérêt à s'engager auprès d'un lion endormi qu'ils ignorent depuis de nombreuses années et qui s'est réveillé récemment, affamé et désireux de rompre l'équilibre et certains délires de plusieurs de ses voisins, qui veulent jouer les grands et sortir de leurs gonds. Il est tout à fait clair que Poutine ne va pas permettre cela au nom de sa propre fierté et pour maintenir sa propre sécurité.

Si, sur le plan militaire, nous ne pouvions rien faire d'autre que d'abandonner l'Ukraine à son propre sort, au moins sur le plan économique, il y avait et il y a encore de nombreux outils qui peuvent être utilisés, ou du moins c'est ce que certains d'entre nous pensaient.

On parlait de toutes sortes de mesures, à appliquer progressivement en fonction des mesures prises par le nouveau tsar russe, et il se trouve que malgré le fait qu'il les ait toutes prises et bien plus que prévu, hier, alors que les troupes russes assiégeaient les portes de Kiev, les marchés boursiers du monde entier, y compris celui de la Russie, ont monté de plusieurs crans et ont même récupéré les pertes de la veille.

Pour ne rien arranger, le même jour, la Russie a vendu plus de pétrole que tout autre pays avant le conflit, et plusieurs pays européens, la plupart des plus grands d'entre eux en fait, se sont pliés le nombril et n'ont pas autorisé la déconnexion des banques russes de leur propre réseau intranet, Swift ; l'"arme nucléaire économique" que personne n'ose vraiment activer contre la Russie. 

putin

La Russie peut continuer à nous vendre tout et nous la paierons en espèces, même si nous nous trompons en disant qu'elle ne peut pas nous acheter de technologie. Nous savons tous que cela ne sera pas vrai, parce que l'économie est l'économie, l'argent est l'argent, et les votes du citoyen calme nourrissent les egos, réchauffent les reins et multiplient les avantages de ceux qui prétendent nous gouverner.

Seul le monde du sport, propre et clair comme d'habitude, annonce que de nombreux prix, tournois et sponsors coupent leurs liens avec la Russie et tout ce qui sent la Russie.

À ce stade du jeu, je ne sais pas si c'est le résultat d'une surchauffe, de décisions hâtives ou si l'on est tombé dans le piège sadducéen selon lequel les mesures coercitives et punitives du monde étaient sérieuses. Nous verrons bientôt s'ils réduiront leurs voiles ou s'ils tiendront bon.  

Pour le reste, assez d'une telle misère individuelle et collective, d'une telle hypocrisie, de nous tromper nous-mêmes et les étrangers avec autant d'impudeur et d'impunité.

Depuis que la pandémie a démontré que les vidéoconférences sont beaucoup plus efficaces, rapides et faciles à organiser, je pense que le temps est venu pour nos dirigeants de laisser leurs avions présidentiels et leurs nombreux entourages stationnés à la maison, car tant de vains voyages à Bruxelles ne servent qu'à se réconforter et à se soutenir dans leur immense faiblesse, en dépensant beaucoup d'argent public et en infectant l'espace aérien avec la pollution et les gaz que nous voulons éradiquer.

Aucun d'entre eux n'a honte, qu'il soit optimiste ou non, ce sont des filous et des filous qui nous remplissent la tête d'oiseaux et de fausse dignité, comme le ministre des affaires étrangères qui, hier, a fait le tour de tous les médias possibles en parlant de la position et du faux rôle de l'Espagne dans une série de mesures drastiques dont il savait qu'elles ne seraient pas appliquées.

Je crains que la bête ne se soit pleinement réveillée, qu'elle n'ait clairement vu la grande faiblesse et l'hypocrisie internationales, et que ce qui a été fait jusqu'à présent, même si cela a été critiqué et menacé, ne soit bientôt consommé sans autre forme de procès. Il n'y aura aucune réaction qui vaille la peine ou qui le choque vraiment et que d'autres boucs émissaires, déjà postés sur son tableau d'ambition, tomberont bientôt dans ses filets.

Nous verrons ce qui se passera lorsqu'ils obtiendront toutes les ressources naturelles ukrainiennes que nous leur achetons maintenant et qui passeront bientôt sous leur contrôle.

Le pire, comme toujours, est pour les plus faibles ; les Ukrainiens et l'Ukraine elle-même ; je ne serais donc pas surpris si, à la suite de cette action internationale honteuse, davantage d'Ukrainiens méprisaient tout ce qui vient de l'UE, de l'OTAN ou de toute autre organisation internationale et embrassaient la Russie parce que, au moins, les tromper n'est pas dans leur intérêt.

Enfin, et je me risque à l'affirmer parce que je sais que j'ai raison, cette guerre de Gila ou conflit de PlayStation pour tout le monde sauf pour l'Ukraine et son peuple, servira d'excuse à la plupart des dirigeants et organisations économiques internationales pour masquer leur incapacité à faire leurs prévisions ou à nous sortir du gouffre dans lequel nous sommes plongés à cause d'une crise économique mondiale majeure, qu'ils n'ont pas vu venir ou qu'ils n'ont pas voulu voir venir.