Les menaces iraniennes qui ont échoué

Jerusalén amanece tras el ataque iraní contra Israel -RONALDO SCHEMIDT / AFP
Jérusalem se lève après l'attaque iranienne contre Israël - RONALDO SCHEMIDT / AFP

En définitive, les armes iraniennes semblent bien adaptées pour menacer les pays du Golfe en raison de leur proximité, mais dans leur forme actuelle, elles sont incapables de porter un coup à Israël. 

La seule certitude est que l'Iran contrôle la région par le biais de ses milices supplétives, de sa propagande sectaire et de ses outils de prosélytisme, mais pas par le biais de ses missiles balistiques, de ses missiles de croisière ou de ses drones kamikazes. 

L'un des meilleurs termes diplomatiques utilisés par les pays pour reconnaître leur incapacité à engager totalement ou partiellement un ennemi doté de capacités plus importantes est de dire qu'ils "se réservent le droit de répondre", puis de passer à autre chose. 

Depuis des années, les Syriens se "réservent" ce droit après chaque incursion israélienne sur leur territoire. Les Israéliens ont notamment pris pour cible des équipements militaires iraniens destinés aux Gardiens de la révolution en Syrie ou au Hezbollah au Liban. L'Iran lui-même a bénéficié d'un "droit de réponse", étant donné que les Israéliens ont souvent attaqué des cibles militaires syriennes où des conseillers iraniens se trouvaient "par hasard". 

Dans un contexte de tensions régionales alimentées par la guerre de Gaza, Israël a décidé d'évincer le général Mohammad Reza Zahedi, un haut commandant chargé de coordonner les opérations iraniennes dirigées contre Israël depuis la Syrie et le Liban. Zahedi était le compagnon d'armes de Qassem Soleimani. Ce dernier était le chef de l'Iran en Irak et dans le nord de la Syrie, tandis que Zahedi supervisait les activités iraniennes sur la côte syrienne et le Golan et était également chargé de diriger et d'armer le Hezbollah libanais. 

Lorsque les États-Unis ont tué le chef de la force Qods iranienne, Qassem Soleimani, l'Iran a répondu par une faible démonstration de force consistant en des frappes limitées de missiles Scud contre deux bases aériennes américaines en Irak. Ces frappes ont eu peu d'impact, ne causant des commotions qu'à quelques soldats américains présents sur les bases. Téhéran ne semble pas avoir tiré les leçons de l'erreur qu'il a commise en montrant ses limites par cette attaque. À la fin de la semaine dernière, il a rassemblé des centaines de drones, de missiles balistiques et de missiles de croisière dans le cadre d'une opération préparée pendant deux semaines dans le but de riposter à l'assassinat de Zahedi. Cette réponse iranienne, malgré son aspect éblouissant, a été encore moins efficace que les attaques de missiles du Hamas et du Hezbollah contre Israël. 

L'Iran a manqué l'occasion de ne pas dévoiler ses cartes, comme tout joueur de poker qui bluffe délibérément sans révéler la transaction en cours. Il a choisi de répondre alors qu'il aurait mieux servi ses intérêts en se "réservant le droit de répondre" diplomatiquement. 

De nombreuses considérations militaires, organisationnelles et géographiques ont conduit l'Iran à penser qu'il possédait les moyens appropriés pour répondre à Israël. 

Certains des missiles et des drones iraniens que Téhéran a fournis aux Houthis ont pu pénétrer les défenses méridionales de l'Arabie saoudite. Les Iraniens et leurs mandataires ont été encore plus enhardis lorsqu'ils ont réussi à attaquer les installations pétrolières d'Aramco en 2019. Les Iraniens pensaient que les États-Unis n'avaient pas répondu à leur attaque pour des raisons opérationnelles, ce qui signifiait qu'ils n'étaient pas préparés militairement à riposter. En réalité, l'administration du président américain Donald Trump jouait des jeux politiques avec l'Arabie saoudite et d'autres pays du Golfe, même s'il n'a jamais été clairement expliqué pourquoi les défenses terrestres saoudiennes étaient incapables d'intercepter les drones et les missiles de croisière attaquants ou même de tenter de le faire. 

La compréhension par l'Iran des succès de la Russie en Ukraine a fait l'objet de nombreuses interprétations erronées. Opérés par des Russes, les drones iraniens ont été très efficaces pour frapper des cibles ukrainiennes. Lors de l'attaque de samedi dernier, des drones iraniens ont survolé des villes irakiennes en direction de leurs cibles israéliennes, leur trajectoire étant filmée. Il s'agissait des mêmes drones "kamikazes" Shahed que ceux utilisés par la Russie pour attaquer l'Ukraine. L'hypothèse iranienne était donc que puisque ces drones étaient efficaces en Europe, pourquoi ne le seraient-ils pas aussi au Moyen-Orient ? Les Iraniens n'ont pas vu la différence entre la vaste géographie de l'Ukraine et le territoire beaucoup plus petit d'Israël. L'étendue du territoire ukrainien a compliqué la tâche des défenses aériennes du pays. Dans le cas d'Israël, la zone est petite et le pays se trouve à plus de mille kilomètres de la frontière la plus proche de l'Iran. En outre, les drones et les missiles de croisière doivent traverser l'espace aérien d'au moins deux pays, voire trois, à savoir l'Irak, la Jordanie et la Syrie, avant d'atteindre l'espace aérien israélien.

Il existe des exemples historiques de la manière dont les types d'armes utilisés par l'Iran ont été repoussés. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, les Allemands ont produit deux types de missiles. Le premier était la fusée V-1, un missile de croisière qui volait comme un avion et tombait sur ses cibles. Le second est le missile balistique V-2, qui est lancé à haute altitude avant de rentrer dans l'atmosphère sur une trajectoire similaire à celle des navires revenant de l'espace. Les Allemands utilisaient des missiles de croisière V-1, mais les Britanniques répondaient par des embuscades aériennes, les avions de chasse étant capables d'en abattre un grand nombre. Il a fallu des décennies pour que la technologie militaire rattrape les missiles balistiques tels que le V-2, comme l'a montré la guerre de libération du Koweït en 1991, et pour que les missiles Patriot soient capables d'abattre les missiles Scud (qui sont une version avancée mais similaire des fusées allemandes d'origine). 

Ce qui s'est passé samedi soir dernier est une combinaison des deux. Des chasseurs américains, britanniques, jordaniens et certainement israéliens ont tendu des embuscades aériennes en tirant des missiles de croisière relativement lents, tandis que les missiles israéliens "Dôme de fer" et les missiles américains Patriot s'attaquaient aux missiles balistiques iraniens. La progression des drones "Shahed" après leur lancement est lente. Leur puissance réside dans le fait qu'ils manœuvrent en essaim, ce qui rend leur interception difficile en raison de leur nombre. Mais même avec cet avantage théorique, les drones n'ont pas fait le poids face aux capacités de deux porte-avions américains stationnés dans la région, avec à leur bord des dizaines d'avions de combat perfectionnés, et d'un nombre supplémentaire d'avions de guerre britanniques décollant d'appareils chypriotes et jordaniens défendant l'espace aérien de leur pays. Israël disposait également de versions améliorées des missiles "Dôme de fer" pour intercepter les petites roquettes lancées par le Hamas depuis Gaza, ainsi que les projectiles et les drones lancés par le Hezbollah depuis le sud du Liban. 

Quoi qu'il en soit, toutes les armes iraniennes ont été exposées dès leur lancement, ce qui a donné aux Israéliens, aux Américains et à leurs alliés tout le temps nécessaire pour surveiller leurs mouvements et répondre de manière appropriée à la menace qu'elles représentaient. 

En fin de compte, les armes iraniennes semblent bien adaptées pour menacer les pays du Golfe en raison de leur proximité, mais dans leur forme actuelle, elles sont incapables de porter un coup à Israël. Si l'Iran avait été convaincu que les représailles et leurs conséquences valaient la peine d'engager un mandataire du calibre du Hezbollah, le parti militant libanais, avec ses capacités de missiles et sa proximité géographique, aurait été le meilleur outil de représailles. 

Comme je l'ai indiqué dans mon précédent avis, le sang de Zahedi ne vaut pas le sacrifice du Hezbollah et de son ami libanais. En raison de ses mauvais calculs opérationnels, des lacunes de ses capacités militaires actuelles et de sa réticence à entraîner le Hezbollah dans une confrontation ouverte avec Israël, mais aussi avec les États-Unis et l'Occident, Téhéran a fait une piètre démonstration militaire et politique. Les Iraniens auraient été mieux servis en continuant à menacer de représailles tout en "se réservant le droit de répondre". 

Cela ne veut pas dire qu'il faille sous-estimer la menace iranienne. L'Iran se rend compte, plus que jamais, que ses mandataires et ses milices loyales dans tout le Moyen-Orient sont ses meilleurs moyens d'imposer son influence par l'intimidation, ainsi qu'en créant l'illusion psychologique et médiatique pour les peuples de la région que l'Iran et ses alliés sont les seuls capables de tenir tête à Israël et de venger les Palestiniens de Gaza. 

Aujourd'hui, une grande confusion règne dans la région, certains pensant que nous avons assisté à un "spectacle" organisé par les Iraniens, les Américains et les Israéliens, et d'autres pensant qu'il s'agissait d'une réponse "héroïque" de l'Iran à Israël, ou peut-être d'un premier round dans la première confrontation militaire directe entre l'Iran et Israël, après plus de 40 ans de sermons prononcés du haut des chaires de l'Husseiniyat chiite et des mosquées de Téhéran, où l'on parlait de "la route de Jérusalem passant par Kerbala". La seule certitude est que l'Iran contrôle la région avec les armes de ses milices supplétives, sa propagande sectaire et ses outils de prosélytisme, et non avec ses missiles balistiques, ses missiles de croisière ou ses drones "kamikazes". 

Les représailles présumées de l'Iran montrent clairement que l'impact de ses drones et de ses missiles sur Israël n'est pas différent de celui des menaces rhétoriques qu'il profère depuis des décennies.