Avis

Le Hamas n'est pas la Palestine

REUTERS/IBRAHEEM ABU MUSTAFA
photo_camera REUTERS/IBRAHEEM ABU MUSTAFA - Des Palestiniens manifestent pour réclamer la fin des divisions internes et la résolution de la longue crise de l'électricité, à Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, le 30 juillet 2023

Le Hamas n'est pas la Palestine, les terroristes du Hamas ne sont pas les Palestiniens. Il s'agit d'un groupe de radicaux islamistes dirigé et financé par l'Iran, qui a pris le pouvoir à Gaza en 2007 grâce aux bons résultats régionaux obtenus lors des deuxièmes élections de janvier 2006 et à l'obtention générale du poste de Premier ministre dans le gouvernement de l'Autorité nationale palestinienne de Mahmoud Abbas. Les premières élections ont eu lieu en 1996.

Il s'agit d'une référence très pertinente à la manière dont les Palestiniens sont gérés et aux graves difficultés internes qu'ils ont rencontrées, en particulier depuis la mort du leader historique Yasser Arafat en 2004, lorsque la domination du groupe Al-Fatah de l'OLP historique (Organisation de libération de la Palestine) s'est estompée en raison de l'inefficacité, de la corruption, de la médiocrité des services publics et de la faible gestion du successeur, Mahmoud Abbas, qui est toujours président de l'Autorité nationale palestinienne avec un pouvoir et un commandement uniquement en Cisjordanie. 

Il faut connaître l'histoire pour comprendre ce qui se passe aujourd'hui. Depuis que le Hamas a obtenu un soutien électoral grâce à ce que l'on a appelé l'action sociale financée par l'Iran pour soutenir les plus vulnérables avec de l'argent, de l'éducation, des soins de santé, en échange de leurs votes, la répression et la terreur ont dominé la vie des Palestiniens à Gaza.  

La prise de pouvoir dans la bande de Gaza a donné lieu à une violente fusillade pendant plusieurs jours entre les Palestiniens gagnés par le Hamas et al-Fatah. Le chef du Hamas, Ismaël Haniya, a été pendant un an le Premier ministre de l'Autorité nationale palestinienne, présidée par Mahmoud Abbas. Depuis lors, la division entre les Palestiniens de Cisjordanie et de Gaza a empêché toute tentative de négociation avec Israël, où les positions ont également été radicalisées par les attaques à la roquette du Hamas et du Djihad islamique, des groupes terroristes qui ont toujours eu besoin de la violence et de la confrontation avec Israël pour se maintenir au pouvoir. Bien entendu, aucune élection n'a été organisée à Gaza depuis 2006, ni en Cisjordanie. Depuis lors, la question a toujours été de savoir qui est le partenaire de négociation valable des Palestiniens. 

Au cours des deux dernières années, les changements politiques dans la région ont de plus en plus isolé le Hamas. Surtout, le rétablissement des relations entre l'Iran, le régime des ayatollahs qui a financé, armé et soutenu le Hamas à Gaza, le Hezbollah au Liban et les Houthis au Yémen, et l'Arabie saoudite a marqué une nouvelle situation, en particulier lorsque les accords d'Abraham, l'entente entre les Arabes dirigés par les Émirats arabes unis, le Bahreïn et le Maroc et les Israéliens, étaient en train de se consolider dans tous les secteurs sociaux et économiques de ces pays et devaient aboutir à l'entente entre l'Arabie saoudite et Israël.  

Parmi les conséquences de cette situation politique, on peut citer le retrait du soutien iranien aux Houthis au Yémen, et les négociations entre les acteurs régionaux au Qatar qui appellent de plus en plus à la tenue d'élections palestiniennes pour clarifier et légitimer la représentativité des uns et des autres. 

Il y avait fort à parier que le Hamas ne remporterait pas les élections à Gaza, où la majorité de la population en a assez des difficultés et de la misère de la vie sous la dictature du Hamas, de sa confrontation permanente avec Israël, dont les réponses sont très énergiques, et dont la population civile est la principale victime.  

Le 30 juillet, une manifestation contre le Hamas a eu lieu dans les rues de Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza. Organisée sur internet par un groupe appelé Alvirus Alsakher, le virus moqueur, plusieurs centaines de Palestiniens ont exprimé leur malaise et leurs plaintes face aux coupures d'électricité régulières et aux conditions de vie précaires avec la réduction de l'allocation mensuelle pour les familles les plus pauvres de 100 à 15 dollars. L'argent du Qatar.  Le phénomène des milices indépendantes, non affiliées à des groupes classiques tels que le Hamas ou le Jihad islamique, prolifère dans la bande de Gaza et gagne en popularité. La répression des manifestations a été dure et musclée : la police a détruit les téléphones portables des manifestants, de nombreuses arrestations se sont soldées par des passages à tabac, des menaces et parfois des actes de torture, comme l'ont dénoncé plus tard les protagonistes eux-mêmes.

L'action terroriste brutale et aveugle du Hamas, imitant l'abominable modus operandi des terroristes de Daesh et un exhibitionnisme exécrable pour répandre la terreur, soutenue et entraînée par des professionnels extérieurs, selon l'analyse d'experts internationaux, est une fuite en avant des dirigeants du Hamas. Provoquer le chaos absolu, assassiner brutalement et exhiber des civils, des familles désarmées, afin de provoquer une réponse plus que musclée d'Israël pour réutiliser, manipuler, faire chanter les Palestiniens de Gaza eux-mêmes avec leur mort et leur destruction et tenter de rompre les accords d'Abraham, l'entente israélo-arabe, et empêcher l'Arabie saoudite d'établir des relations avec Israël.  

Le Hamas est également responsable de la mort et de la destruction à Gaza parce que son action terroriste visait à provoquer une réponse immédiate et énergique de la part d'Israël, avec des bombardements constants et immédiats pour neutraliser les dirigeants et les infrastructures du Hamas, ses arsenaux et ses lance-roquettes situés dans les zones urbaines les plus peuplées afin d'utiliser les civils palestiniens comme boucliers humains. 

Tout cela est très compliqué, de nombreux intérêts sont en jeu, mais, de la part de l'Iran, de la Russie, l'intérêt de déstabiliser, d'embraser le Moyen-Orient est évident. Le Hamas a étudié et préparé une attaque d'envergure contre Israël, ce qui relève du terrorisme le plus méprisable et le plus répugnant. Il est difficile pour Israël de répondre par une stratégie de retenue, en raison des énormes dégâts, de la douleur et de la colère provoqués par les meurtres commis par les terroristes, mais les dirigeants occidentaux, y compris le roi d'Espagne qui s'est entretenu avec le président d'Israël, leur demandent de le faire : Condamnation totale, répulsion et soutien à Israël, mais demande de retenue dans la légitime défense, en réponse, afin de ne pas faire le jeu de ceux qui ont conçu et exécuté l'attaque terroriste avec le meurtre aveugle de jeunes, de femmes, de personnes âgées, de policiers et de soldats, le viol et l'enlèvement d'adolescents et de bébés parmi les plus de 125 otages pris en otage. Elle ne satisfait pas non plus ceux qui les ont soutenus depuis l'étranger et qui mobilisent aujourd'hui des manifestations dans de nombreuses capitales du monde et utilisent les réseaux sociaux pour dépeindre les Israéliens comme des agresseurs. 

La perte de poids politique de l'Espagne, qui n'est pas, et n'a pas été invitée à être, parmi les pays occidentaux - Italie, Royaume-Uni, États-Unis, France et Allemagne - qui ont exprimé conjointement dans un communiqué leur condamnation de l'action terroriste du Hamas et leur soutien à Israël, suscite une certaine inquiétude. C'est une autre histoire qui vous empêchera de dormir, car la politique étrangère du gouvernement progressiste espagnol est constamment et publiquement remise en question par plusieurs de ses membres. Le lendemain de la photo avec Bildu, Pedro Sánchez est sorti de son silence et a condamné l'attaque terroriste du Hamas, a reconnu le droit d'Israël à se défendre, mais a appelé à une réponse modérée en accord avec le droit international.  

Dans le même temps, l'un de ses ministres en exercice, Ione Belarra, a accusé le premier ministre d'un pays ami comme Israël, Benjamin Netanyahu, de perpétrer un génocide à Gaza et des crimes de guerre. Et rien ne s'est passé. Rien non plus lorsque la vice-présidente Yolanda Díaz a rencontré à Bruxelles un fugitif de la justice comme Puigdemont, dans une atmosphère de collégialité à faire froid dans le dos, ou lorsque, pendant la campagne électorale, elle a affirmé que le Maroc était une dictature et que, avec Podemos, elle soutenait les ennemis de voisins dont les relations sont stratégiques et qui prônent l'autodétermination. De plus, ces membres du gouvernement Sánchez n'ont cessé de s'exprimer contre l'OTAN et de suggérer leur soutien à l'invasion de l'Ukraine par Poutine. 

Une politique étrangère à la Frankenstein qui nuit gravement au prestige, à la crédibilité, aux investissements et à l'image de l'Espagne dans de nombreuses régions du monde, du pouvoir politique et décisionnel au pouvoir économique, financier et commercial. Et ce n'est pas en étant progressiste que l'on résout ce problème.