Avis

Otages

REUTERS/RONEN ZVULUN - Una multitud se reúne después de que un cohete lanzado desde la Franja de Gaza aterrizara en el asentamiento israelí de Beitar Ilit, en la Ribera Occidental ocupada por Israel el 9 de octubre de 2023
photo_camera REUTERS/RONEN ZVULUN - Une foule se rassemble après qu'une roquette tirée depuis la bande de Gaza a atterri dans la colonie israélienne de Beitar Ilit, en Cisjordanie occupée par Israël, le 9 octobre 2023

L'Espagne ne peut être l'otage des intérêts personnels et partisans du Président du gouvernement Pedro Sánchez. Les dirigeants des principaux pays européens se sont rendus en Israël et en Cisjordanie peu après le 7 octobre pour condamner l'attaque terroriste brutale du Hamas contre Israël et pour appeler à la retenue dans la réponse, après avoir reconnu le droit légitime de défense.

Seul Pedro Sánchez, qui assurait alors comme aujourd'hui la présidence semestrielle de l'Union européenne, était absent pendant ces deux semaines, mais il n'a pas pu consacrer quelques heures au voyage parce qu'il était engagé dans son processus d'investiture pour reprendre ses fonctions de Président du gouvernement espagnol. Comme prévu, la politique étrangère de Sánchez est également un Frankenstein social-communiste, conditionné par l'idéologie d'ultra-gauche de ses partenaires de Sumar qui, en tant que membres du gouvernement, certains en fonction et d'autres en tant que nouvelles recrues, accusent publiquement Israël de génocide à Gaza et soutiennent l'action terroriste du Hamas en tant que résistance du peuple palestinien.  

Pedro Sánchez, accompagné du Premier ministre belge, qui prendra la présidence de l'UE en janvier, a été reçu en Israël par le président Herzog et le Premier ministre Netanyahou avec un geste sérieux et circonstanciel après avoir entendu Sánchez dire qu'Israël devait agir à Gaza dans le respect du droit humanitaire international et que le recours à la force ne résoudrait pas le conflit. Ce geste était attendu et acceptable pour Israël. De plus, les images montrent clairement que Sánchez lisait sur une feuille de papier, un document à distribuer pour dire exactement ce qu'il avait à dire.... 

Mais le lendemain, Sánchez et le Premier ministre belge ont tenu une conférence de presse opportuniste au point de passage égyptien de Rafah avec Gaza, où il a fait des déclarations que le gouvernement israélien a considérées comme un soutien au terrorisme du Hamas et a exprimé son énorme mécontentement. Sánchez a parlé des meurtres aveugles et inacceptables d'enfants à Gaza et de la nécessité pour l'UE de reconnaître l'État palestinien, faute de quoi l'Espagne le fera de son propre chef.

Sánchez a clairement fait pencher la balance du côté du Hamas, qui a également publié une déclaration remerciant le premier ministre espagnol pour son comportement audacieux. Bien entendu, Sánchez n'a pas mentionné les preuves fournies par Israël concernant les tunnels et les dépôts d'armes du Hamas dans le sous-sol de l'hôpital Al Shifa, par exemple. Les vidéos ne laissent aucun doute sur le fait que les terroristes du Hamas utilisent des civils comme boucliers humains depuis de nombreuses années.

L'intervention publique de Sánchez à Rafah n'était pas conforme aux pratiques diplomatiques élémentaires, qui sont très délicates en ce moment, avec un État comme Israël avec lequel l'Espagne entretient des relations pertinentes dans tous les domaines. Ce qui est inédit et hautement répréhensible, c'est qu'hier, à la télévision publique, dans une interview, il a insisté pour accuser Israël de ne pas respecter le droit humanitaire international pour la mort d'enfants à Gaza. Des morts, sans doute, que personne ne souhaite, pas même les Israéliens eux-mêmes, mais que le Hamas provoque, d'abord par son attaque du 7 octobre, en connaissant à l'avance la réponse obligatoire d'Israël, et ensuite parce qu'il les utilise comme boucliers humains...  

Et pour couronner l'occasion manquée, Sanchez disait ce qu'il disait quand deux terroristes palestiniens à Jérusalem ont arrêté leur voiture à un arrêt de bus et ont tiré sans discernement sur les gens qui s'y trouvaient. Trois morts. Tel Aviv a rappelé son ambassadrice à Madrid pour consultations.  Il faut faire très attention à ce que l'on dit. Il existe de nombreuses nuances transcendantales, comme le manque de légitimité de ceux qui sont au pouvoir à Gaza et en Cisjordanie depuis 2006 ou les actions de l'Iran et de ses brigades Al Quds en tant qu'instigateur, financier et bénéficiaire de cette grave crise dans la région. 

Mais il n'y a rien d'étonnant à ce que Sánchez change constamment d'avis sur des questions très importantes et, même sur la scène internationale, place l'Espagne dans une situation humiliante en acceptant, depuis des mois, des médiateurs ou des rapporteurs internationaux pour négocier avec un fugitif ses votes pour rester au Palais de la Moncloa. Il n'est pas du tout progressiste. Il est socialo-communiste, avec l'ultra-gauche, avec les indépendantistes et avec les héritiers d'un gang terroriste. Ce n'est pas progressiste.