Avis

Quelques kilomètres d'humanité

PHOTO/AFP/ROBERT GIROUX - Henry Kissinger
photo_camera PHOTO/AFP/ROBERT GIROUX - Henry Kissinger

"Nous n'avons pas commencé la guerre", a dit la Première ministre israélienne Golda Meir au secrétaire d'État américain Henry Kissinger, juif comme elle, lors de leur première rencontre à Washington le 3 novembre 1973 pour ouvrir la voie à des négociations dans le cadre de la guerre du Kippour. "Vous n'avez pas commencé la guerre", a répondu Kissinger, "mais vous devez prendre une décision sage pour protéger la survie d'Israël". Golda Meir, femme dure et intelligente, doit gagner le consensus de son allié indispensable, les Etats-Unis, et de son peuple, alors largement belliqueux après l'attaque contre Israël. Le lendemain, Kissinger rencontre à nouveau la dirigeante travailliste et ses conseillers pour leur proposer un plan en six points (conditions) et entamer des pourparlers. Trois jours plus tard, le 7 novembre, il rencontre le président égyptien Anouar el Sadate, ouvert à la négociation mais soucieux de retrouver la dignité de son pays. L'Egypte a perdu la péninsule du Sinaï lors de la précédente guerre des Six Jours et la nouvelle offensive du Kippour a été stoppée par les troupes du ministre israélien de la Défense, Mose Dayan.  

La première mesure exigée par Sadate pour entamer les négociations était que l'armée israélienne recule de quelques kilomètres dans le Sinaï pour établir une bande de sécurité, signifiant symboliquement qu'Israël était prêt à quitter le territoire. En janvier 1974, les pourparlers ont commencé et Dayan a proposé un retrait de 12 à 20 miles, bien moins que le plan de Kissinger. Après deux jours de négociations, le ministre de la Défense accepte d'étendre la barrière démilitarisée et le processus est débloqué.  

Quatre ans plus tard, le président égyptien et le Premier ministre conservateur Menahem Beguin signent la paix définitive entre l'Égypte et Israël, négociée par le président démocrate Jimmy Carter, mais initiée lors de cette lointaine conversation de novembre 1973 entre Henry Kissinger et Anouar el Sadate. Les accords conclus à Camp David ont coûté la vie au leader historique égyptien, qui a été assassiné par des fondamentalistes déguisés en officiers militaires peu de temps après, lors d'une attaque brutale. Mais la paix israélo-égyptienne a constitué une étape extrêmement précieuse vers la stabilité au Moyen-Orient. Elle a ouvert la voie aux accords d'Oslo, qui ont conduit à la création de l'Autorité nationale palestinienne, et sert de référence pour comprendre que les conflits politiques et la radicalisation injustifiable peuvent être canalisés par la négociation, même dans une région si douloureusement punie par la violence.  

L'agression brutale du Hamas rend impossible toute comparaison historique avec ce processus, et la figure historique et politique d'Anouar el Sadate dépasse toute comparaison avec les dirigeants et les assassins qui ont conçu et perpétré le massacre du 7 octobre. Mais le niveau de coexistence atteint par les différents États de la région ces dernières années et la ferme conviction commune de combattre le terrorisme et d'identifier les groupes terroristes comme les principaux ennemis de la stabilité politique ouvrent une fenêtre d'opportunité pour la possibilité d'émergence d'une certaine forme de compréhension. Le secrétaire d'État Antony Blinken a entamé cette démarche en demandant à Israël d'inclure dans sa stratégie militaire une série de pauses humanitaires qui pourraient ensuite déboucher sur un cessez-le-feu. L'objectif est de réduire les effets tragiques des bombardements et des combats au corps à corps sur les civils palestiniens de Gaza. Des souffrances qui deviennent aujourd'hui le principal argument de l'opinion publique internationale pour demander au gouvernement israélien de revenir sur son action défensive, après avoir légitimé la réponse au massacre brutal subi par son peuple aux mains de terroristes sauvages, avec lesquels aucune négociation n'est moralement ou politiquement admissible.  

En novembre 2023, la survie d'Israël n'est pas en jeu, comme elle l'a été dans le passé pendant la guerre froide et sous la pression communiste. À l'époque, des personnalités comme Golda Meir, Anouar el Sadate et Henry Kissinger avaient compris que la coexistence entre des peuples et des États en guerre dépendait de quelques kilomètres de territoire que la diplomatie a appelé négociation. Aujourd'hui, la pression du fondamentalisme et la barbarie terroriste sont les ennemis de la coexistence au Moyen-Orient. La plupart des acteurs impliqués d'une manière ou d'une autre dans les conflits de ces dernières années ont fait l'expérience de la souffrance des victimes civiles et identifient les responsables des massacres, les groupes terroristes. Cette conviction peut être une fenêtre d'opportunité. Pour l'ouvrir, une pause est nécessaire. Quelques kilomètres d'humanité.