Redressement après le tremblement de terre au Maroc : toutes les "phases" à la fois

Sesión de empoderamiento psicosocial facilitada por la Fundación Alto Atlas en la provincia de Al-Haouz - PHOTO/HAF/febrero de 2024)
Session d'empowerment psychosocial animée par la Fondation du Haut Atlas dans la province d'Al-Haouz - PHOTO/HAF/Février 2024)

Plus de six mois se sont écoulés depuis cette nuit calamiteuse dans les montagnes du Haut Atlas, au Royaume du Maroc

Les tremblements de terre dévastateurs sont des réalités cauchemardesques, et ce n'est qu'en se réveillant et en agissant jour après jour que nous espérons nous rétablir lentement mais sûrement. Le processus graduel de guérison se fait par de nombreux pas en avant et dans différentes directions, mais en fin de compte vers des endroits meilleurs et plus agréables. 

Ci-dessous, je vais partager avec vous quelques observations sur les expériences de la Fondation Haut Atlas dans l'effort d'aide et de reconstruction au Maroc, et aussi exprimer ce que les familles et les communautés touchées considèrent comme des points de soutien essentiels qui peuvent les aider à atteindre la guérison émotionnelle et à construire l'avenir meilleur qu'elles recherchent. 

Tout d'abord, nous avons tendance à penser à des phases claires qui marquent le temps écoulé depuis les événements catastrophiques, en commençant bien sûr par l'aide d'urgence totale, suivie des efforts de secours, et enfin de la reconstruction des moyens de subsistance et d'un nouveau développement et de la croissance. Heureusement, l'aide d'urgence totale visant à sauver des vies immédiatement après que les pentes des montagnes se sont effondrées sur les maisons est déjà passée. Cependant, les phases qui suivent ne sont pas des phases du tout, mais des fronts continus et simultanés sur lesquels des progrès doivent être réalisés immédiatement, chaque jour. 

L'aide d'urgence et la reconstruction sont toujours nécessaires en même temps. Il faut encore distribuer de la nourriture, en particulier du lait pour les bébés et les enfants, des produits d'hygiène, de cuisine et autres, des réchauds et d'autres sources de chaleur. La gravité de la terrible sécheresse dans laquelle nous nous trouvons également s'est intensifiée. Les prix des denrées alimentaires essentielles et d'autres matériaux ont augmenté, aggravant ainsi les difficultés déjà éprouvées par les familles. Le prix de l'huile d'olive, par exemple, l'une des denrées alimentaires les plus vitales au Maroc, a presque doublé depuis l'année dernière. 

Les traumatismes restent pénibles et ce n'est que grâce au courage des membres de la famille qui ont survécu qu'ils cherchent des moyens de surmonter la douleur et d'aller de l'avant. La reconstruction, en particulier des infrastructures hydrauliques pour l'irrigation et l'approvisionnement en eau potable, reste une question urgente et un besoin pressant, d'autant plus que le tremblement de terre a frappé juste à l'approche de la nouvelle saison de plantation. Les infrastructures hydrauliques sont essentielles à la restauration et à la reconstruction ; des terrasses sont nécessaires pour les cultures agricoles et pour endiguer les niveaux élevés d'érosion et d'éboulement. La guérison émotionnelle définit les conditions et les priorités de la reconstruction, et l'aide apportée par la fourniture de nourriture et d'autres matériels crée le confort et le calme nécessaires pour que les sessions psychosociales soient aussi inclusives et utiles que possible. 

Tout cela pour dire qu'il existe aujourd'hui un besoin impérieux de faire progresser ensemble l'aide d'urgence, le soutien psychosocial et la reconstruction, comme jamais auparavant. 

Une deuxième leçon, qui ne nous a pas surpris mais qui nous a donné une grande confiance dans la méthodologie participative d'autonomisation de la HAF appliquée au fil des ans, est qu'une véritable approche communautaire de la durabilité a de fortes synergies avec la guérison psychosociale qui aboutit à l'autonomisation. Au HAF, nous avons toujours su que la méthodologie IMAGINE de découverte personnelle menant à la planification et à l'action collectives avait des effets bénéfiques sur le plan émotionnel. Inévitablement, lorsque nous travaillons dans différentes régions du pays, les traumatismes subis par les gens dans leur vie et leur foyer sont mis en évidence lorsqu'ils analysent leurs conditions de vie pour planifier l'avenir qu'ils souhaitent le plus. Il va de soi, par exemple, que nous devons analyser nos relations sociales, qui nous élèvent ou nous entravent, comme une étape importante dans l'identification des actions et des projets qui mènent à un développement personnel et communautaire durable. 

Plus précisément, après le tremblement de terre, nous avons appris avec des partenaires humanitaires que la méthodologie d'autonomisation IMAGINE que HAF a facilitée avec des groupes de femmes dans plus de 20 provinces marocaines depuis 2015 est également une approche appliquée efficace pour aider à la guérison psychosociale et équiper les membres des communautés traumatisées avec les outils nécessaires pour devenir fonctionnels et entiers à nouveau. Pour bien comprendre, la planification du développement durable au niveau communautaire devrait ressembler, dans une certaine mesure, à des stratégies destinées aux individus dans des contextes de groupe pour faire progresser la guérison émotionnelle. 

Une dernière leçon est peut-être une triste ironie de notre monde : cette terrible crise et cette perte écrasante ont donné vie aux opportunités de développement dont ont besoin ces mêmes communautés qui ont été frappées le 8 septembre, en construisant ces mêmes canaux et voies d'eau, en construisant ces nouvelles terrasses, en installant ces nouveaux systèmes d'eau potable, en se rassemblant et en réconciliant toutes les divisions du passé pour assurer la solidarité et l'action commune.

La Fondation Haut Atlas, qui plante des arbres avec des communautés au Maroc depuis plus de 20 ans, reçoit aujourd'hui des investissements nouveaux et plus importants dans les arbres, à mesure que l'on prend conscience de l'urgence de la crise climatique. Les projets de reconstruction que nous aidons aujourd'hui sont des projets qui ont été des priorités pour les gens pendant des années, voire des décennies, et qui ne deviennent une réalité qu'au lendemain de la tragédie. Et combien de vies supplémentaires auraient été sauvées si ces vieux rêves de développement avaient été réalisés avant le 8 septembre ? Combien de personnes supplémentaires auraient été sauvées si, il y a un an, nous avions construit les terrasses que nous construisons aujourd'hui ? Combien d'investissements supplémentaires aurions-nous réalisés si les recettes provenant de la plantation d'arbres, de la surveillance et des crédits de compensation carbone avaient été disponibles plus tôt pour réinvestir dans les mêmes choses que celles dans lesquelles nous investissons aujourd'hui ? Cela aurait-il permis d'éviter ces horribles dégâts ? 

La leçon à tirer est peut-être que nous, en tant que collectivité humaine, devons dépenser toute notre énergie chaque jour pour aider à réaliser la volonté des gens, ce qui peut permettre de sauver des vies demain. 

À l'avenir, que ce soit en tant qu'individu bienveillant et généreux ou en tant que représentant d'une institution, que l'on soit Marocain ou d'une autre origine, il y a une place pour chacun d'entre nous dans cette campagne d'aide, de reconstruction et d'autonomisation psychosociale avec les communautés de l'Atlas. Il s'agit d'enfants, de femmes et d'hommes, de jeunes et de vieux, d'un seul et de plusieurs. Il s'agit de répondre aux besoins d'aujourd'hui, de demain et du siècle prochain. Elle est participative, personnelle et publique. Il s'agit de l'eau, des énergies renouvelables, de l'alimentation, de l'éducation, de la santé, de la culture, de la production, de l'artisanat et de l'agriculture. Il s'agit de compétences et d'infrastructures. Elle concerne tous les secteurs, tous les domaines concernés. Il s'agit d'une initiative qui s'étend sur plusieurs saisons. Nous pouvons faire partie de la guérison pour créer une merveilleuse réalité marocaine conduite dans tous les aspects par les communautés elles-mêmes, en partenariat avec tous les secteurs marocains, réalisant enfin ce qu'elles ont longtemps cherché à obtenir. 

La Fondation Haut Atlas est engagée dans la société marocaine dans tous les aspects de sa diversité, dans son intention nationale de permettre aux communautés d'explorer et de réaliser leurs objectifs les plus profonds, et dans le développement durable des communautés. Nous sommes reconnaissants pour notre vocation de service, pour la méthodologie participative, autonomisante et psychosociale que nous avons développée au fil des ans avec de grands partenaires, et pour les ressources rassemblées par tant de milliers de personnes et tant de centaines d'institutions pour les mettre au service du développement de la communauté. 

Yossef Ben-Meir est président de la Fondation Haut Atlas et professeur invité à l'université de Virginie (Office of International Studies). 

Envíanos tus noticias
Si conoces o tienes alguna pista en relación con una noticia, no dudes en hacérnosla llegar a través de cualquiera de las siguientes vías. Si así lo desea, tu identidad permanecerá en el anonimato