L'organisation internationale a mis 450 millions de dollars à la disposition de l'État marocain à cet effet

La Banque mondiale accorde un prêt important pour la réforme de la santé au Maroc

AFP/ERIC BARADAT - Sede del Grupo del Banco Mundial en Washington, DC
photo_camera AFP/ERIC BARADAT - Siège du Groupe de la Banque mondiale à Washington, DC

450 millions de dollars, c'est le montant du prêt que la Banque mondiale a accordé au Maroc pour qu'il puisse continuer à approfondir la réforme de son système de santé, ce qui bénéficiera à la qualité de vie des citoyens marocains.  

Depuis l'accession au trône du roi Mohammed VI en 1999, ce pays d'Afrique du nord s'est engagé dans un processus très profond de modernisation industrielle et sociale, et le secteur de la santé est l'un des domaines qui a fait l'objet d'une attention particulière afin d'obtenir des améliorations significatives.  

Compte tenu des efforts déployés par l'État marocain pour moderniser le pays, diverses institutions internationales coopèrent avec le royaume marocain et, en l'occurrence, la Banque mondiale a accepté d'accorder ce prêt de 450 millions de dollars au gouvernement marocain afin d'améliorer les soins de santé pour les citoyens du royaume. 

PHOTO/MAP - El rey de Marruecos inaugura el Hospital Universitario Mohammed VI en Tánger
PHOTO/MAP - Le Roi du Maroc inaugure le Centre Hospitalier Universitaire Mohammed VI à Tanger

"Le Maroc met actuellement en œuvre l'une des réformes du système de santé les plus ambitieuses et les plus complètes au monde, démontrant ainsi son engagement en faveur du développement du capital humain", a déclaré officiellement la Banque mondiale. La Banque mondiale a indiqué que l'objectif de ce soutien au plan de réforme de la santé du Maroc est de parvenir à un système de santé "plus inclusif", capable d'englober une plus grande partie de la société, ce qui est très bénéfique pour la population, y compris les groupes de personnes ayant moins de ressources et moins de capacités à accéder au système de santé. 

La qualité des soins de santé est l'un des piliers fondamentaux de toute société moderne aujourd'hui, et le Maroc déploie de grands efforts pour améliorer sa situation dans ce domaine, qui n'était pas des meilleures il y a quelques années. Ces efforts s'inscrivent dans le cadre des politiques adoptées par le gouvernement marocain, en coopération avec les organisations internationales d'appui, telles que la Banque mondiale, et sous les directives du roi Mohammed VI.  

Dans cette optique, le directeur de la Banque mondiale pour le Maghreb et Malte, Jesko Hentschel, a déclaré que le nouveau prêt jettera les bases d'un système de santé capable de contrôler et d'améliorer l'accès aux soins médicaux et de renforcer la qualité des services, comme le rapporte Morocco World News. L'expert en santé et directeur de programme de la Banque mondiale, Denizhan Duran, a également souligné la pertinence de ce prêt et a insisté sur le fait qu'il servira à faire évoluer le système de santé et le service rendu aux patients. 

PHOTO/FILE - Interior de un hospital en Marruecos
PHOTO/FILE - Intérieur d'un hôpital au Maroc

Le prêt accordé par la Banque mondiale servira à améliorer le système de santé et à faciliter l'accès aux services de santé pour une grande partie de la population, ainsi qu'à former les professionnels de la santé au Maroc, en améliorant leurs conditions de travail à tous égards afin d'éviter la fuite redoutée des professionnels de la santé marocains vers d'autres pays à la recherche de meilleures conditions d'exercice de leur métier, ce qui s'est produit au cours des dernières années. Le gouvernement marocain travaille sur cette question depuis un certain temps. Le ministre marocain de la Santé et de la Protection sociale, Khalid Ait Taleb, a récemment annoncé que la médecine familiale allait devenir une spécialité à part entière au sein de l'enseignement supérieur universitaire. En effet, le ministère de la Santé travaille depuis peu sur des programmes de formation de quelque 2 800 médecins de famille d'ici 2030 et d'un grand nombre d'infirmières. Khalid Ait Taleb a d'ailleurs lui-même souligné devant la Chambre des représentants l'importance du travail à accomplir pour moderniser le système de santé et former les personnels de santé.  

Le gouvernement marocain a également œuvré ces derniers mois à l'élargissement de la couverture sanitaire. "Le gouvernement a également facilité les modalités d'accès aux services de santé dans des conditions décentes, afin d'assurer l'égalité entre tous les Marocains, quelle que soit leur situation économique et professionnelle", a déclaré le chef du gouvernement marocain, Aziz Akhannouch.  

PHOTO/FILE – Dependencia sanitaria de Marruecos
PHOTO/FILE - L'unité de santé du Maroc

En outre, un conseil des ministres présidé cette année par le roi Mohammed VI a convenu d'augmenter le nombre de professionnels de la santé de 90 000 d'ici 2025, avec 24 professionnels de la santé pour 10 000 habitants. L'objectif à long terme a été fixé à 45 pour 10 000 en 2030. Pour atteindre ces chiffres, et conformément à l'accord, trois facultés de médecine et de pharmacie et trois hôpitaux universitaires seront ouverts à Errachidia, Beni Mellal et Guelmim, avec un budget de près de 300 millions de dollars. Il est également prévu de réduire la durée de la formation médicale de sept à six ans. 

Toutes ces initiatives soulignent les efforts importants déployés dans le royaume marocain pour améliorer le système national de santé.

Plus dans Économie et Entreprises