L'ambitieux projet vise à répondre aux besoins énergétiques de plus de 400 millions d'Africains

La construction du gazoduc Maroc-Nigeria débutera en 2024

Imagen de gasoducto - PHOTO/REUTERS
photo_camera PHOTO/REUTERS - Image du pipeline

L'un des projets les plus ambitieux et les plus convoités du continent africain a déjà une date de début de construction. Le gazoduc Nigeria-Maroc (NMGP) commencera à être construit en 2024, selon le ministre nigérian de l'Énergie, Ekperikpe Ekpo. L'annonce officielle du calendrier fait suite à la rencontre du ministre nigérian avec une délégation marocaine dirigée par l'ambassadeur alaouite au Nigeria, Moha Ou Ali Tagma, lundi dernier à Abuja.

L'idée est de faire du NMGP le deuxième plus long gazoduc du monde, avec une longueur de plus de 5 600 kilomètres. La première ébauche du mégaprojet, réalisée en 2016, envisageait un gazoduc traversant jusqu'à 13 pays africains, qui pourrait couvrir les besoins de 400 millions d'Africains le long de la côte ouest du continent. Suite à la signature de l'accord avec le Maroc en décembre 2021, les travaux devraient commencer au début de l'année prochaine.

PHOTO/FILE - Gasoducto
PHOTO/FILE - Gazoduc

Par ailleurs, ce projet, approuvé par la Banque islamique de développement (BID), est financé par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP). Jusqu'à présent, cet investissement a été utilisé pour payer l'étude de faisabilité ou l'ingénierie d'avant-projet détaillé (FEED). En outre, il y a un peu plus d'un an, le directeur général de la Nigerian National Petroleum Company (NNPC), Mele Kyari, a déclaré qu'une décision finale sur l'investissement de 25 milliards de dollars nécessaire pour financer le projet serait prise en 2023.

Le Nigeria, en tant que première puissance gazière d'Afrique, considère cette opportunité comme "stratégique et fructueuse pour tous les pays d'Afrique de l'ouest. Un plan pour la paix, l'intégration économique africaine et le co-développement pour les générations actuelles et futures". Et s'il aura de grandes retombées au sein même du continent, l'idée est que son impact atteigne également le Vieux Continent à travers le gazoduc Maghreb-Europe. Le Maroc accueillera 1 672 kilomètres de gazoduc, ce qui profitera grandement au Portugal et à l'Espagne, qui pourrait également se libérer de sa dépendance vis-à-vis du gaz algérien.

AFP/PHILIP OJISUA - Le président nigérian Muhammadu Buhari serre la main du roi du Maroc Mohamed VI

C'est pourquoi Abuja considère le projet comme une initiative qui stimulera la croissance socio-économique de son pays et du continent. Sa seule mise en œuvre apportera de nombreux emplois et, dans le même temps, de grands investisseurs qui voient dans ce projet une très bonne opportunité. Et malgré les doutes qui ont surgi autour du gazoduc et de son financement, le PDG de la NNPC a assuré que "le monde a besoin de gaz et ils le financeront, nous avons des indications substantielles de clôture autour du financement", comme cela a finalement été le cas.

Plus dans Économie et Entreprises