L'Arabie saoudite cherche à suivre les traces du Maroc dans l'industrie du phosphate

Riyad souhaite profiter de l'expérience du Royaume dans ce domaine pour développer le marché des engrais 
Fertilizantes de fosfato - PHOTO/FILE
Engrais phosphatés - PHOTO/FILE

Le ministre saoudien de l'Industrie et des Ressources minérales, Bandar Al-Khorayef, s'est récemment rendu au Maroc afin d'identifier et de renforcer les opportunités de coopération et de partenariat dans le secteur minier, notamment en ce qui concerne les phosphates. 

Selon l'agence de presse saoudienne, le ministre a rencontré la ministre de la Transition énergétique, Leila Benali, et la ministre de l'Économie, Nadia Fettah, lors de sa visite au Royaume, en marge de sa participation à la 28e session de l'assemblée générale de l'Organisation arabe pour le développement industriel, la normalisation et les mines, qui s'est tenue à Rabat. 

L'objectif de l'Arabie saoudite est de profiter de l'expertise du Maroc dans cette industrie, afin de développer le marché des engrais phosphatés, d'accéder à de nouveaux clients et d'élargir la coopération régionale dans ce domaine, selon La Vie Eco

Riyad cherche également à surmonter les obstacles à l'importation et à l'exportation de minéraux vitaux dans la région et, bien sûr, à renforcer la coopération avec le Maroc et à promouvoir les exportations de l'Arabie saoudite vers le Maroc. 

L'Arabie saoudite entend profiter de l'expérience du Maroc dans ce domaine pour développer le marché des engrais phosphatés - PHOTO/FILE

Pour les médias marocains, il est clair que l'Arabie saoudite vise à devenir le deuxième exportateur d'engrais phosphatés, en bénéficiant de l'expérience et de l'expertise du Maroc dans le domaine de l'extraction, de la transformation et de l'industrie du phosphate, ainsi que de ses réseaux de commercialisation dans le monde entier. 

Déjà exportateur de roches, le Royaume saoudien souhaite également consolider d'autres secteurs liés à cette industrie, tels que la production d'aliments pour animaux et le phosphore, utilisé dans la production de batteries pour voitures électriques et de médicaments. 

Pour ce faire, il met les moyens nécessaires en investissant plus de 30 milliards de dollars dans le secteur, en plus de lancer de nouveaux projets d'une valeur de près de 8 milliards de dollars dans le cadre d'un partenariat public-privé. Il est à noter que la région frontalière nord de l'Arabie saoudite contient environ 7 % des réserves mondiales de phosphate. 

Imagen de mina - PHOTO/PIXABAY
Image de la mine - PHOTO/PIXABAY

Le Maroc, quant à lui, est l'un des plus grands fournisseurs de phosphate au monde. L'industrie représente 20 % des exportations du Royaume et contribue à 5 % de son produit intérieur brut, selon des données récentes.  

Le pays nord-africain détient 70 % des réserves mondiales de phosphate, qui sont gérées par la société OCP, chargée de l'extraction, du traitement, de la fabrication, de l'exportation et de la maximisation de la valeur du phosphate.