La marine vient de prendre livraison du submersible S-81, tandis que l'ESA prévoit que son nouveau lanceur volera au cours de l'été

Le sous-marin espagnol S-81 et la fusée européenne Ariane 6, deux projets avec des retards, des dépassements de coûts... et de la persévérance

PHOTO/MDE-Iñaki Gómez - La dotación del S-81 “Isaac Peral” forma en cubierta el 30 de noviembre, durante la ceremonia de recepción del submarino por parte de la Armada en el arsenal de Cartagena, Murcia
photo_camera PHOTO/MDE-Iñaki Gómez - L'équipage du S-81 " Isaac Peral " se forme sur le pont, le 30 novembre, lors de la cérémonie de réception du sous-marin par la Marine à l'arsenal de Carthagène, en Murcie

Deux projets stratégiques de plusieurs millions de dollars et d'une grande complexité technologique sont au centre de l'attention de l'écosystème de l'espace et de la défense. L'un et l'autre ont été révélés le même jour, mais dans des contextes géographiques et des domaines opérationnels très différents. 

Les deux événements ont eu lieu le jeudi 30 novembre, mais l'un en Espagne et l'autre en France, avec des retombées de l'autre côté de l'Atlantique. Il s'agit de deux initiatives de grande envergure en raison de l'extrême sophistication et de la pluralité des systèmes concernés, ainsi que de leur dimension économique, industrielle, sociale et de projection mondiale.

Dans le premier cas, le principal contractant et maître d'œuvre est le chantier naval public espagnol Navantia. Dans l'autre, le consortium industriel français ArianeGroup. Dans les deux cas, deux puissantes plateformes dotées d'équipements innovants sont devenues une réalité, mais elles sont nées à la fin d'un cycle technologique qui semble déjà épuisé. Ainsi, dans les mois et les années à venir, les deux machines devront prouver qu'elles sont fiables et sûres dans des scénarios très différents : spatial et naval. 

PHOTO/ESA-CNES-Arianespace-ArianeGroup-P.Piron - Un Ariane 6 fue sometido el 23 de noviembre en la Guayana francesa a un ensayo de encendido estático del motor criogénico Vulcain 2.1 para verificar su funcionamiento
PHOTO/ESA-CNES-Arianespace-ArianeGroup-P.Piron - Une Ariane 6 a effectué le 23 novembre en Guyane française un essai d'allumage statique du moteur cryogénique Vulcain 2.1 pour en vérifier les performances

Le premier, dirigé par Navantia, a été créé dans le but de devenir un instrument clé de la dissuasion nationale. Il s'agit des sous-marins de la classe S-80, dont le premier exemplaire, le S-81 "Isaac Peral", vient d'être réceptionné par la marine à l'arsenal de Cartagena (Murcie). Sous le commandement du capitaine de corvette Manuel Corral, il dirige un petit équipage de 32 marins, sélectionnés et formés pour opérer le submersible conventionnel diesel-électrique le plus avancé, le plus automatisé et le plus puissant de la marine espagnole.  

L'autre mastodonte technologique est très différent, mais d'une importance stratégique incontestable. Il s'agit d'Ariane 6, une fusée jetable financée par l'Agence spatiale européenne (ESA). La fenêtre de lancement pour son premier vol "s'étend du 15 juin au 31 juillet 2024 et la date définitive sera annoncée en mars ou avril", a confirmé le directeur général de l'agence, Josef Aschbacher, lors d'un briefing à Paris, à 1500 kilomètres de Carthagène, le matin de la livraison du S-81. 

Ariane 6 est confrontée à un double défi : prouver qu'elle est capable de rivaliser en termes de prix et de fiabilité avec le lanceur américain récupérable et réutilisable Falcon 9 de SpaceX, société créée par l'entrepreneur Elon Musk, qui domine le marché des services de lancement à l'échelle mondiale. 

PHOTO/ESA - El director general de la ESA, Josef Aschbacher (centro), compareció el 30 de noviembre junto a los responsables del Ariane 6 para informar de que su primer despegue está previsto entre el 15 de junio y el 31 de julio
PHOTO/ESA - Le directeur général de l'ESA, Josef Aschbacher (au centre), a rencontré les responsables d'Ariane 6 le 30 novembre pour annoncer que le premier décollage devrait avoir lieu entre le 15 juin et le 31 juillet

Des projets ratés et des coûts qui s'envolent

Outre la coïncidence des dates entre la cérémonie du S-81 et l'annonce de la fenêtre de lancement d'Ariane 6, y a-t-il d'autres similitudes entre le programme des sous-marins espagnols et celui des lanceurs européens ? Oui, il y en a. Le dernier jour de novembre, les hauts fonctionnaires du ministère de Margarita Robles et de la marine, l'industrie navale et de défense espagnole, ainsi que les dirigeants politiques et économiques de la région de Murcie se sont réunis à Carthagène.

Le même jour, presque à la même heure, au siège de l'ESA, rue Mario Nikis, près de la Tour Eiffel, commençait une vidéoconférence présidée par Josef Aschbacher, accompagné des hauts responsables des institutions européennes chargées du développement et de l'exploitation d'Ariane 6 : le président de l'Agence spatiale française, Philip Baptiste, le président exécutif d'Arianespace, Stéphane Israel, et le PDG d'ArianeGroup, Martin Sión. L'un après l'autre, ils ont présenté les étapes que la nouvelle fusée européenne allait franchir jusqu'à la campagne de lancement, avant le décollage annoncé.

Cette mise en scène avait sa raison d'être : tenter de montrer la fin du long tunnel de quatre années de retards et de dépassements de coûts pour Ariane 6. Avec l'aval du président français de l'époque, François Hollande, et du PDG d'Airbus, l'Allemand Tom Enders, l'ESA a estimé en septembre 2014 que le vol inaugural d'Ariane 6 aurait lieu au second semestre 2020, ce qui n'a pas été le cas. 

PHOTO/Armada - La imagen recoge la impresionante silueta del S-81 “Isaac Peral” junto a su tripulación, antes de su puesta a flote, ceremonia que tuvo en mayo de 2021 bajo la presidencia de los reyes de España
PHOTO/Armée - L'image montre la silhouette impressionnante du S-81 "Isaac Peral" avec son équipage, avant sa cérémonie de lancement en mai 2021 sous la présidence du roi et de la reine d'Espagne

L'ESA a également estimé en 2014 qu'un investissement de 3,915 milliards d'euros était nécessaire pour faire décoller la fusée. Cela comprenait la construction du pas de tir en Guyane française, le développement du moteur principal cryogénique Vulcain 2 amélioré et du moteur Vinci réinscriptible. Près de 10 ans plus tard, les coûts de développement d'Ariane 6 ont grimpé à 7 milliards d'euros... ou plus. Et "il reste encore deux tests critiques en décembre avant d'obtenir le feu vert", précise le patron d'ArianeGroup.

Ce que les simulations informatiques ont pu valider, c'est qu'Ariane 6, avec ses deux étages de propulsion, ses 63 mètres de haut et sa capacité à générer jusqu'à 15 000 kilo Newton (kN) pour soulever sa masse de près de 1 000 tonnes, permet de placer un peu plus de 5 tonnes en orbite de transfert géostationnaire et 10,3 tonnes en orbite basse. 

Quel est le rapport entre Ariane 6 et le sous-marin espagnol ? Eh bien, il lui est arrivé quelque chose de similaire, voire de pire. Le S-80 a été conçu par Navantia il y a plus de 20 ans avec la technologie de pointe de l'époque : le système de propulsion indépendant de l'air, ou AIP en abrégé. 

PHOTO/ESA-CNES-Arianespace-ArianeGroup-P.Piron - El Ariane 6 en proceso de ser instalado en su plataforma de lanzamiento. De 63 metros de altura, sus propulsores pueden generar hasta 15.000 kilo Newton (kN)
PHOTO/ESA-CNES-Arianespace-ArianeGroup-P.Piron - Ariane 6 en cours d'installation sur son pas de tir. D'une hauteur de 63 mètres, ses propulseurs peuvent générer jusqu'à 15 000 kilo Newton (kN)

La tendance à vendre la peau de l'ours avant qu'il ne soit chassé

Cependant, l'AIP, sur lequel travaillait une filiale de la société espagnole Abengoa, n'était pas prêt à temps ni en bonne et due forme. Par conséquent, le S-81 n'intègre pas le système AIP, qui sera installé ultérieurement. Le premier à être équipé en série sera le S-83 "Cosme García", vers 2025. 

Outre l'absence d'AIP, il y avait un problème de surpoids de la structure, ce qui a obligé la Marine et Navantia à demander la collaboration du principal fabricant américain de sous-marins, General Dynamics Electric Boat, qui a dessiné les grandes lignes du projet dans sa conception finale allongée, qui est celle qui est devenue réalité. Le résultat est un sous-marin monocoque de 80,8 mètres de long et d'un déplacement immergé de près de 3 000 tonnes. 

Le programme S-80 remonte au printemps 2003, lorsque Federico Trillo, ministre de la Défense, et José María Aznar, Premier ministre, ont signé l'ordre d'exécution pour la construction de quatre nouveaux sous-marins. Le résultat devait être une évolution conceptuelle des sous-marins Scorpène du chantier naval français DCNS, aujourd'hui NavalGroup, entreprise avec laquelle Navantia avait unilatéralement rompu son accord de coopération. Le calendrier initial prévoyait la mise à l'eau du S-81 en 2013...

PHOTO/MDE-Iñaki Gómez - En la ceremonia de recepción del S-81 se suscribieron los documentos de transferencia del submarino por parte de Navantia a la Dirección General de Armamento y Material (en imagen) y después, de la DGAM a la Armada
PHOTO/MDE-Iñaki Gómez - Lors de la cérémonie de réception du S-81, les documents de transfert du sous-marin ont été signés par Navantia à la Direction générale de l'armement et du matériel (sur la photo), puis par la DGAM à la Marine

En termes d'investissement. Le budget pour l'achat des quatre sous-marins en 2003 s'élevait à 2 135 millions d'euros, soit un coût unitaire de 533,8 millions. Les retards et les incidents ont fait passer le plafond des dépenses à 3 906,7 millions, soit 976,5 millions par sous-marin, ce qui représente un surcoût de 83 %. 

Mais les similitudes entre le programme S-80, son premier né - le S-81 - et Ariane 6 sont plus nombreuses : ils font l'objet d'une adulation démesurée et reçoivent des louanges qui suivent le schéma "vendre la peau de l'ours avant qu'il ne soit chassé". Ils n'ont pas encore démontré les capacités pour lesquelles ils ont été conçus et font l'objet de revendications déplacées.  

Le commissaire européen au marché intérieur, Thierry Breton, et le directeur de l'ESA, Josef Aschbacher, ont récemment déclaré à Séville qu'Ariane 6 devrait être "le leader mondial sur le marché des lancements spatiaux commerciaux". Et le 30 novembre à Carthagène, lors de la cérémonie de livraison du S-81, la secrétaire d'État à la défense, Amparo Valcarce, a déclaré que le S-80 est "l'un des projets technologiques les plus complexes entrepris dans notre pays". C'est vrai, mais de là à proclamer qu'il "place l'industrie navale espagnole au premier rang mondial", il y a un gouffre. 

PHOTO/Navantia – Primera unidad de la clase S-80, el “Isaac Peral” es un submarino monocasco de propulsión diésel-eléctrica de 80,8 metros de eslora y un desplazamiento en inmersión de casi 3.000 toneladas
 PHOTO/Navantia - Première unité de la classe S-80, le "Isaac Peral" est un sous-marin monocoque à propulsion diesel-électrique de 80,8 mètres de long et d'un déplacement immergé de près de 3 000 tonnes

Il a également été dit que des pays tiers "soumissionnent pour l'obtenir".  Cela sera vérifié lorsque les contrats d'exportation seront confirmés. Et le ministère de la Défense exagère lorsque, dans un communiqué officiel daté du 30 novembre, il affirme qu'avec le S-81, "l'Espagne entre dans le club des dix pays ayant la capacité de concevoir et de construire des sous-marins". Il semble que quelqu'un se soit trompé dans les calculs.  

Les sous-marins sont conçus et construits par des chantiers navals en Allemagne, en Chine, en Corée du Sud, aux États-Unis, en France, en Inde, au Japon, au Royaume-Uni, en Russie et en Suède, soit dix pays au total. "Mais le classement comprend aussi Taïwan, l'Italie et il ne faut pas oublier le Brésil", souligne un marin de grand prestige de l'arme sous-marine. Bref, l'Espagne et Navantia ne font pas partie du Top 10 des constructeurs de sous-marins, mais ils y sont. Et l'Europe n'a pas encore de lanceur en service, mais elle en aura bientôt un. Il n'y a aucun doute sur l'obstination - et l'argent ! - à faire décoller les deux projets.

Plus dans Nouvelles technologies - innovation