Des membres du groupe islamiste se sont rendus aux forces israéliennes dans le nord et le sud de l'enclave, ce qui, selon les FDI, est "un signe de la désintégration du système"

La direction du Hamas vacille alors qu'Israël intensifie la pression sur Gaza

PHOTO/AFP/MAHMUD HAMS - Un soldado israelí toma posiciones dentro de un edificio dañado para vigilar la carretera de Salaheddine
photo_camera PHOTO/AFP/MAHMUD HAMS - Un soldat israélien prend position à l'intérieur d'un bâtiment endommagé pour surveiller la route de Salaheddine.

La guerre entre Israël et le Hamas est entrée dans son deuxième mois sans qu'aucune perspective de fin ne soit en vue. De même, après que le Hamas a violé la trêve temporaire, les espoirs d'un nouveau cessez-le-feu s'estompent malgré les efforts de pays tels que le Qatar et l'Égypte. 

Depuis, Israël a intensifié ses opérations à Gaza. Selon les chiffres des FDI, plus de 3 500 cibles terroristes dans la bande de Gaza ont été frappées depuis l'air, la mer et la terre au cours des dix derniers jours.

Ce chiffre est inclus dans les plus de 22 000 cibles frappées par les FDI depuis le début de la guerre, le 7 octobre, à la suite de l'attaque du Hamas contre Israël qui a fait 1 200 morts. Pendant ce temps, à Gaza, selon le ministère de la santé contrôlé par le Hamas, plus de 17 000 personnes sont mortes depuis le début des combats.

Alors qu'Israël accroît sa pression sur Gaza, des dizaines de membres du groupe terroriste se sont rendus à Tsahal à Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, et à Jabaliya, dans le nord. "Nous voyons des terroristes se rendre, c'est un signe de la désintégration du système et du fait que nous devons pousser plus fort", a expliqué le chef d'état-major Herzi Halevi. 

Le porte-parole de l'armée, le contre-amiral Daniel Hagari, a confirmé la reddition massive de membres du Hamas au cours du week-end, affirmant que nombre d'entre eux avaient révélé des renseignements sur les opérations du groupe terroriste.

"À Shejaiya et à Jabaliya, les terroristes qui se sont rendus ont remis leurs armes et leur équipement", a déclaré M. Hagari, confirmant les vidéos diffusées sur les médias sociaux montrant des terroristes présumés à moitié nus et menottés, qui ont provoqué une forte réaction de l'opinion publique internationale.

L'armée israélienne a assuré que les personnes qui "n'ont pas été impliquées dans des activités terroristes seront libérées". Selon la chaîne israélienne Channel 12, 60 % des 700 personnes arrêtées ne sont pas des terroristes. Un rapport du Haaretz affirme également que seuls 10 à 15 % des hommes arrêtés sont affiliés au Hamas.

"Nous aimerions que tous les combattants du Hamas portent des uniformes, car cela faciliterait leur identification. Mais lorsque les membres du Hamas se déguisent en civils et combattent dans des zones civiles, il est très difficile de les trouver", a déclaré le porte-parole du gouvernement, Eylon Levy, à CNN.

Hagari a également révélé qu'un grand nombre des personnes arrêtées ont affirmé lors des interrogatoires que "les dirigeants du Hamas ne sont pas conscients de la situation difficile qui règne sur le terrain".

Ces déclarations interviennent peu après la diffusion par les forces de défense israéliennes d'une vidéo montrant des membres du Hamas frappant des habitants de Gaza dans le quartier de Shuja'iyya et pillant des sacs de fournitures humanitaires.

Netanyahu : "Ne mourrez pas pour Sinwar".

Pour sa part, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a exhorté les membres du Hamas à continuer à se rendre et à remettre leurs armes. "Je dis aux terroristes du Hamas : c'est fini. Ne mourez pas pour Yahya Sinwar (chef du Hamas à Gaza)", a déclaré M. Netanyahu dans un communiqué, affirmant que "le début de la fin est arrivé" pour le groupe islamiste. Selon le média israélien Kan, Sinwar a fui le nord de Gaza au début de la guerre en se cachant dans un convoi humanitaire qui se dirigeait vers le sud. 

Outre les personnes qui se sont rendues, l'armée estime que quelque 7 000 membres du Hamas ont été tués lors d'attaques israéliennes. En outre, le nombre de soldats israéliens tués au cours de l'opération terrestre à Gaza s'élève désormais à 104. Les combats au corps à corps contre les combattants du Hamas ont également fait plus de 500 blessés parmi les militaires, dont au moins 127 dans un état grave.

Le dirigeant israélien a également souligné que la guerre se poursuivait "avec plus de force et d'intensité" pour atteindre les objectifs fixés : la destruction du Hamas et le sauvetage des otages, ainsi que "la promesse que Gaza ne sera plus jamais une menace pour Israël".

Au cours de la trêve d'une semaine, 105 otages ont été libérés - 86 Israéliens et 24 étrangers -, bien que plus de 130 otages restent à Gaza, dont 20 femmes et 11 étrangers. Toutefois, ces derniers jours, Israël a annoncé la mort en captivité de 18 otages, sur la base de renseignements et de constatations faites par les troupes israéliennes à Gaza.

Les 20 femmes enlevées par le Hamas qui se trouvent toujours à Gaza devaient être libérées pendant la trêve, comme le prévoyait l'accord. Cependant, le Hamas n'a pas remis la liste de leurs noms et a rompu le cessez-le-feu. Selon le département d'État américain, le groupe islamiste ne veut pas libérer les femmes qu'il détient de peur qu'elles ne dénoncent des cas de violences sexuelles commises par des combattants.

Plus dans Politique
Josua Harris usa argelia
A l’approche des élections présidentielles qui se dérouleront au mois de novembre prochain, le président Joe Biden ne compte pas quitter la Maison Blanche sans avoir marqué de son empreinte le rôle des Etats Unis d’Amérique dans le règlement du conflit algéro-marocain qui n’a que trop duré

Joe Biden choisit « Monsieur Sahara » ambassadeur à Alger