Près de la ville de Khan Younis

Des dizaines de chars israéliens pénètrent dans le sud de la bande de Gaza

PHOTO/AFP/JACK GUEZ - Una imagen tomada desde el sur de Israel, cerca de la frontera con la Franja de Gaza, el 4 de diciembre de 2023, muestra un tanque israelí disparando hacia el territorio palestino en medio de los continuos combates entre Israel y el grupo militante Hamás
photo_camera PHOTO/AFP/JACK GUEZ - Une image prise dans le sud d'Israël, près de la frontière avec la bande de Gaza, le 4 décembre 2023, montre un char israélien tirant en territoire palestinien dans le cadre des combats entre Israël et le groupe militant Hamas

Des dizaines de chars israéliens ont pénétré lundi dans le sud de la bande de Gaza, l'armée ayant étendu son offensive terrestre contre le Hamas malgré la présence de centaines de milliers de civils et la montée des tensions dans la région. 

Les forces israéliennes, qui ont lancé une offensive terrestre dans le nord de l'enclave le 27 octobre, ont intensifié les bombardements dans le sud depuis la reprise des combats le 1er décembre, après une trêve de sept jours. L'armée a déclaré qu'elle étendrait ses opérations "à l'ensemble de la bande de Gaza". 

"L'armée opère partout où le Hamas a des bastions", a déclaré Daniel Hagari, porte-parole de l'armée, dans la nuit de dimanche à lundi. 

Des dizaines de chars, de véhicules blindés de transport de troupes et de bulldozers israéliens sont entrés dans la partie sud du petit territoire, près de la ville de Khan Younis, ont indiqué des témoins à l'AFP lundi. 

Amin Abu Hola, 59 ans, a déclaré que les véhicules militaires avaient déjà parcouru environ deux kilomètres dans le village d'al-Qarara, au nord-est de Khan Younis. "Les chars sont déjà sur la route de Salaheddin", qui traverse la bande de Gaza du nord au sud, a ajouté Moaz Mohammed, 34 ans. 

Un bombardement à l'entrée de l'hôpital Kamal Adwan, dans le nord de la bande de Gaza, a fait plusieurs morts à l'aube, selon l'agence de presse palestinienne Wafa. Le gouvernement du Hamas a accusé l'armée israélienne de "grave violation" du droit international. L'armée n'a pas confirmé cette information. 

Israël accuse le groupe islamiste palestinien, également inscrit sur la liste des organisations terroristes par les États-Unis et l'Union européenne, d'installer des infrastructures sous les hôpitaux de la bande de Gaza et d'utiliser des civils comme boucliers humains. 

Le ministère de la Santé du Hamas a fait état de 15 523 morts, dont 70 % de femmes et d'enfants, dans les bombardements israéliens, menés en réponse à l'attaque sans précédent du mouvement islamiste sur le sol israélien le 7 octobre. 

Les commandos islamistes infiltrés en Israël ce jour-là ont tué 1 200 personnes, pour la plupart des civils, et enlevé quelque 240 personnes, selon les autorités. 

Israël a déclaré la guerre au Hamas et s'est engagé à "anéantir" le Hamas, qui dirige l'enclave palestinienne depuis 2007. 

Chaos dans les hôpitaux 

L'armée israélienne a annoncé lundi que trois soldats avaient été tués la veille dans le nord du territoire, portant à 75 le nombre de soldats tués depuis le début de l'offensive terrestre. 

Au total, 401 soldats israéliens ont été tués depuis le 7 octobre. 

Dans le cadre d'une trêve négociée par le Qatar, avec le soutien de l'Égypte et des États-Unis, 80 otages israéliens ont été libérés en échange de 240 prisonniers palestiniens. 

Plus de 20 autres otages ont également été libérés de Gaza, pour la plupart des Thaïlandais basés en Israël. 

Dans le sud du territoire, les bombardements israéliens se sont concentrés ces derniers jours sur Khan Younis et ses environs, où chaque jour l'armée met en garde contre une "terrible attaque imminente" et ordonne des évacuations. 

Depuis le début de la guerre, des centaines de milliers d'habitants de la bande de Gaza ont fui leurs maisons et sont entassés dans le sud. 

Israël a déclaré qu'il n'essayait pas de forcer les civils de Gaza à quitter définitivement leurs maisons, tout en reconnaissant que les conditions étaient "difficiles". 

"Nous avons demandé aux civils d'évacuer la zone des combats et nous avons désigné une zone humanitaire à l'intérieur de la bande de Gaza", a déclaré Jonathan Conricus, porte-parole de l'armée israélienne, en faisant référence à une étroite bande côtière à l'intérieur de l'enclave, appelée al-Mawasi. 

Les hôpitaux du nord sont pour la plupart hors service, tandis que ceux du sud débordent de blessés, sont privés d'électricité et n'ont que très peu de carburant en stock. 

"Les mots nous manquent pour décrire les horreurs qui frappent les enfants ici", a déclaré dimanche James Elder, porte-parole de l'Unicef à l'hôpital Nasser de Khan Younis, le plus grand hôpital du sud de la bande de Gaza. 

"Je vois des enfants arriver en masse parmi les victimes", a-t-il déclaré. 

Une protection "réelle" pour les civils 

L'armée israélienne a déclaré avoir effectué "quelque 10 000 bombardements" à Gaza depuis le début de la guerre. 

Ces attaques ont détruit ou endommagé plus de la moitié des bâtiments, selon l'ONU, dont le secrétaire général, Antonio Guterres, a parlé de "catastrophe humanitaire mondiale". 

Les besoins sont immenses dans le territoire, totalement assiégé depuis le 9 octobre, où 1,8 million de personnes, sur un total de 2,4 millions, ont été déplacées par la guerre, selon l'ONU. 

Hormis la trêve de sept jours qui a permis l'entrée de centaines de camions d'aide humanitaire en provenance d'Egypte, le poste frontière de Rafah est partiellement ouvert. 

Parallèlement, l'armée israélienne a lancé des opérations dans différents secteurs de la Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967, notamment à Jénine, selon l'agence de presse Wafa. 

Les Etats-Unis, qui fournissent à Israël des milliards de dollars d'aide militaire par an, ont multiplié les appels à la protection des civils à Gaza. 

"Trop de Palestiniens innocents ont été tués", a déclaré la vice-présidente Kamala Harris lors du sommet sur le climat COP28 à Dubaï. 

L'Allemagne a également exhorté Israël à assurer une protection "réelle" aux centaines de milliers de civils qui se trouvent dans l'enclave. 

Alors que l'on craint une conflagration régionale, un destroyer américain a abattu plusieurs drones au-dessus de la mer Rouge, tout en aidant des navires commerciaux qui avaient été pris pour cible depuis le Yémen. 

Les rebelles houthis du Yémen, soutenus par l'Iran, ont déclaré avoir attaqué deux des navires. Ils ont également lancé une série de drones et de missiles contre Israël ces dernières semaines. 

Plus dans Politique
Josua Harris usa argelia
A l’approche des élections présidentielles qui se dérouleront au mois de novembre prochain, le président Joe Biden ne compte pas quitter la Maison Blanche sans avoir marqué de son empreinte le rôle des Etats Unis d’Amérique dans le règlement du conflit algéro-marocain qui n’a que trop duré

Joe Biden choisit « Monsieur Sahara » ambassadeur à Alger