L'armée a confirmé qu'elle examinait la base aérienne du roi Fayçal à Tabuk, située à environ 50 km au sud de la frontière du royaume avec la Jordanie

Les États-Unis prévoient d'utiliser de nouvelles bases militaires en Arabie Saoudite face à une possible escalade avec l'Iran

photo_camera AFP/FAYEZ NURELDINE - U.S. Marine Corps General Kenneth F. McKenzie Jr, Commander, U.S. Central Command (CENTCOM)

Les relations entre les États-Unis et l'Iran ont toujours été caractérisées par leur nature plutôt tendue et complexe et par la concurrence pour devenir la puissance prédominante dans la région. Mais l'année dernière, cette relation a atteint des limites insoupçonnées, au point d'avoir pu aboutir à une confrontation directe entre les deux pays.

L'administration Trump n'a pas contribué à calmer les relations déjà tendues entre les deux pays, qui ont décidé dès le début d'utiliser une politique d'asphyxie diplomatique et d'étranglement économique avec la République islamique, jetant à terre tous les efforts de l'administration Obama précédente pour parvenir à un point d'entente avec l'Iran.

Trump a décidé unilatéralement de se retirer de l'accord nucléaire, connu sous le nom de Plan d'action global conjoint de 2015 (JCPOA), et d'imposer des sanctions économiques au pays persan. Il a également orchestré l'assassinat du commandant des forces du Quds, Qasem Soleimani. Ce coup dur a rendu la situation au Moyen-Orient plus tendue que jamais, car on craignait une possible riposte de l'Iran envers les États-Unis, qui, si elle s'était produite, l'escalade de la tension entre les deux pays aurait pu déboucher sur une guerre ouverte. 

Atalayar_Base Aérea Príncipe Sultán Arabia Saudí

Pour sa part, l'administration Biden agit pour l'instant avec prudence quant aux démarches à suivre avec l'Iran, il semble qu'il y ait un rapprochement pour réactiver l'accord nucléaire et le président américain lui-même a déclaré qu'il lèverait les sanctions si le pays des ayatollahs se conformait à nouveau aux termes de l'accord.

Malgré ces avancées, les États-Unis ont annoncé que leur armée chercherait des bases de "réserve" en Arabie Saoudite pour protéger les forces au cas où les tensions avec l'Iran s'intensifieraient. Le général Kenneth McKenzie, chef du Commandement central de l'armée américaine (Centcom), a déclaré que "ce que nous aimerions faire, sans fermer les bases [actuelles], c'est avoir la possibilité d'aller sur d'autres bases pour opérer dans une période de risque plus élevé". M. McKenzie a également souligné que le Pentagone ne cherchait pas de nouvelles bases permanentes, mais plutôt des endroits qui pourraient être utilisés rapidement en temps de crise.

Atalayar_Soldado Fuerza Aérea de los Estados Unidos

En janvier dernier, il a déjà été annoncé que les États-Unis pourraient négocier avec l'Arabie Saoudite pour ouvrir de nouvelles bases dans le pays du Golfe. Les responsables du Commandement central américain n'ont pas confirmé l'accord, mais ont qualifié ces développements de "plans d'urgence", ajoutant que les militaires avaient déjà effectué des tests dans le port de Yanbu, à environ 60 miles à l'ouest de la ville sainte de Médine.

L'armée a confirmé qu'elle testait la base aérienne du roi Fayçal à Tabuk, à environ 50 km au sud de la frontière du royaume avec la Jordanie, et la base aérienne du roi Fahd à Taif, à environ 60 km à l'est de la Mecque. "Le golfe Persique serait une zone contestée dans tout scénario de conflit armé avec l'Iran, donc vous regardez où ils déplaceraient leurs forces en entrant sur le théâtre des opérations parce que c'est dans une zone contestée", a expliqué M. McKenzie.

Washington maintient depuis longtemps un certain nombre de ressources militaires dans les pays du Golfe, notamment son quartier général Centcom au Qatar, qui supervise toutes les forces américaines au Moyen-Orient. Environ 2 500 soldats américains sont stationnés à la base aérienne Prince Sultan, au sud-est de Riyad, où ils disposent d'avions de chasse et de batteries de missiles Patriot.

Atalayar_Marines de la Marina de Estados Unidos

L'ancien président américain Donald Trump a déployé des troupes en Arabie Saoudite pour la première fois depuis les attaques du 11 septembre à la fin de l'année 2019, suite aux attaques contre deux installations pétrolières qui ont été imputées à l'Iran. Pour sa part, Alireza Miryousefi, porte-parole de la mission iranienne auprès des Nations unies, a critiqué l'évolution de la situation, qualifiant la présence des troupes américaines dans la région "d'une des principales raisons de la situation chaotique et de l'insécurité dans notre région".

Cette annonce intervient après que le président américain Joe Biden ait déclaré qu'il était prêt à rencontrer des responsables iraniens sous les auspices de l'Union européenne pour renforcer la diplomatie. Les Iraniens n'ont pas bien accueilli cette nouvelle tactique de la part de la puissance américaine et les relations entre les deux pays pourraient se compliquer encore davantage.

Plus dans Politique
Josua Harris usa argelia
A l’approche des élections présidentielles qui se dérouleront au mois de novembre prochain, le président Joe Biden ne compte pas quitter la Maison Blanche sans avoir marqué de son empreinte le rôle des Etats Unis d’Amérique dans le règlement du conflit algéro-marocain qui n’a que trop duré

Joe Biden choisit « Monsieur Sahara » ambassadeur à Alger