Le régime de Téhéran demande la levée des sanctions américaines

L'Iran n'autorisera pas les inspections nucléaires si les partenaires du pacte nucléaire ne coopèrent pas

photo_camera FOTO ARCHIVO - Saeed Khatibzadeh

Le gouvernement iranien a assuré qu'il n'aura pas d'autre choix que de limiter les inspections nucléaires à partir de la semaine prochaine si les autres parties à l'accord nucléaire de 2015 ne coopèrent pas avec lui, selon le ministère des Affaires étrangères.

Saeed Khatibzadeh, porte-parole du Ministère des affaires étrangères, a déclaré que le gouvernement du président Hassan Rohani est tenu par la loi de cesser volontairement d'appliquer le protocole additionnel. Ce qui donne au chien de garde nucléaire de l'ONU plus d'autorité en matière d'inspection. Les inspections n'auront pas lieu si les sanctions américaines sur le pétrole et les secteurs bancaires de l'Iran ne sont pas levées d'ici le 21 février.

"Au cas où les autres parties ne respecteraient pas leurs engagements, le gouvernement iranien sera obligé de suspendre la mise en œuvre volontaire du protocole additionnel au TNP (Traité de non-prolifération nucléaire)", a souligné M. Khatibzadeh.

L'ancien président américain Donald Trump a unilatéralement retiré son pays de l'accord nucléaire de 2018 signé par l'Iran et plusieurs puissances mondiales. Il a réimposé des sanctions sévères à l'Iran et, un an plus tard, Téhéran a progressivement réduit ses engagements dans le cadre de l'accord.

L'Iran a également augmenté l'enrichissement de l'uranium à 20 % et envisage de le porter à 90 %, ainsi que d'autres manquements à ses responsabilités en vertu de la loi adoptée en décembre par le parlement conservateur.

Après que le meilleur scientifique nucléaire iranien, Mohsen Fakhrizadeh, ait été tué près de Téhéran fin novembre lors d'un attentat, que l'Iran impute à Israël, le projet de loi a été rapidement adopté.

Les inspecteurs, a répété lundi Khatibzadeh, n'auront toujours pas accès aux sites iraniens dans le cadre des engagements pris par le pays au titre du traité de non-prolifération. "Toutes ces mesures sont facilement réversibles à condition que les autres parties reviennent sur leurs engagements", a-t-il déclaré. 

Atalayar_Reactor nuclear Irán

Si l'Iran peut vendre librement son pétrole et recevoir ses recettes par le biais des canaux bancaires internationaux, les responsables iraniens ont déclaré que l'inversion serait envisagée.

Cependant, le porte-parole du Ministre des affaires étrangères a déclaré que l'administration démocrate de Joe Biden suit manifestement la politique dure de son prédécesseur à l'égard de l'Iran. Refuser de lever les sanctions tant que l'Iran n'aura pas d'abord respecté ses engagements.

Selon Khatibzadeh, les États-Unis continuent toujours à agir sur la base de la stratégie erronée de l'administration précédente et ce qui se passe actuellement n'est pas différent du scénario d'avant le 20 janvier, lorsque le changement de gouvernement a eu lieu aux États-Unis.

Il a ajouté que "la pression maximale et les crimes contre le peuple iranien et le mépris des droits de l'homme internationaux persistent encore".

Plus dans Politique
Josua Harris usa argelia
A l’approche des élections présidentielles qui se dérouleront au mois de novembre prochain, le président Joe Biden ne compte pas quitter la Maison Blanche sans avoir marqué de son empreinte le rôle des Etats Unis d’Amérique dans le règlement du conflit algéro-marocain qui n’a que trop duré

Joe Biden choisit « Monsieur Sahara » ambassadeur à Alger