Le gouvernement israélien a également annoncé qu'il demanderait un "blâme" à l'ambassadrice d'Espagne à Tel Aviv

Israël demande des consultations avec son ambassadrice en Espagne après les déclarations de Pedro Sánchez

PHOTO/FILE - La embajadora de Israel en Madrid, Rodica Radian-Gordon
photo_camera PHOTO/FILE - Ambassadrice d'Israël à Madrid, Rodica Radian-Gordon

Le ministre israélien des Affaires étrangères, Eli Cohen, a rappelé l'ambassadrice d'Israël en Espagne pour consultations, suite à la controverse suscitée par les déclarations du Président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez, qui a critiqué le nombre élevé de morts à Gaza et a déclaré qu'il doutait qu'Israël "respecte le droit international". 

"Suite aux propos scandaleux du Président du gouvernement espagnol, qui répète des accusations infondées, j'ai décidé d'appeler l'ambassadrice d'Israël en Espagne", Rodica Radian-Gordon, "pour qu'elle retourne aux consultations à Jérusalem", a annoncé Cohen via son compte sur le réseau social X (anciennement Twitter). 

"Israël agit et continuera d'agir dans le respect du droit international, et nous poursuivrons la guerre jusqu'à la libération de tous les otages et l'élimination du Hamas à Gaza", a insisté le ministre des Affaires étrangères. 

Il a souligné qu'"il n'y a qu'un seul facteur responsable du massacre du 7 octobre et de la situation actuelle à Gaza, et c'est l'organisation terroriste du Hamas, qui commet des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité à l'encontre des citoyens d'Israël et des habitants de la bande de Gaza". 

Israël a également annoncé qu'il demanderait un "blâme" à l'ambassadrice d'Espagne à Tel-Aviv, Ana Sálomon Pérez, suite aux déclarations de Sánchez quelques heures plus tôt, qui avait critiqué l'offensive israélienne sur Gaza et le niveau de dévastation dans l'enclave. 

"Au vu des images que nous voyons et du nombre croissant de morts, en particulier parmi les enfants, je doute fort qu'Israël respecte le droit humanitaire international", a déclaré Sánchez lors d'une interview accordée à la télévision publique espagnole (TVE). 

"Ce que nous voyons à Gaza n'est pas acceptable", a ajouté le président, qui a déclaré que les relations entre l'Espagne et Israël étaient "correctes", ajoutant que "les pays amis doivent aussi se dire les choses qui sont vraies". 

Cependant, le rappel de l'ambassadrice d'Israël à Madrid représente une nouvelle escalade dans la crise diplomatique entre l'Espagne et Israël qui a débuté la semaine dernière, suite à la visite de Sánchez en Israël, dans les territoires palestiniens et en Égypte avec le premier ministre belge, Alexander de Croo. 

Sánchez a critiqué le nombre élevé de morts à Gaza et a appelé Israël à respecter le droit international. Il a également exprimé son soutien ferme à la proposition de l'Espagne de reconnaître un État palestinien et a averti que si l'UE n'était pas d'accord, l'Espagne "prendrait ses propres décisions". 

Tout cela a été salué par le Hamas, qui a remercié Sánchez pour sa "position claire et audacieuse", dans une réaction qui a suscité le malaise d'Israël, qui a affirmé que les paroles du président espagnol constituaient un "soutien au terrorisme". 

Plus dans Politique
Josua Harris usa argelia
A l’approche des élections présidentielles qui se dérouleront au mois de novembre prochain, le président Joe Biden ne compte pas quitter la Maison Blanche sans avoir marqué de son empreinte le rôle des Etats Unis d’Amérique dans le règlement du conflit algéro-marocain qui n’a que trop duré

Joe Biden choisit « Monsieur Sahara » ambassadeur à Alger