Pendant ce temps, une centaine de personnes sont retenues en otage à Gaza par le groupe terroriste. En réponse à cette incursion brutale, organisée avec l'aide de l'Iran, l'armée israélienne a bombardé plusieurs cibles du Hamas et du Jihad islamique palestinien dans l'enclave palestinienne

L'attaque du Hamas contre Israël fait plus de 800 morts et des milliers de blessés

Los bomberos apagan una llama en un automóvil en la ciudad de Ashdod, en el sur de Israel, el 9 de octubre de 2023, después de que cohetes disparados desde Gaza impactaran en la ciudad 

AFP/AHMAD GHARABLI
photo_camera AFP/AHMAD GHARABLI - Un missile a touché un immeuble résidentiel dans la ville d'Ascalon, blessant plusieurs personnes

Ce week-end, Israël a vécu l'une des journées les plus sanglantes de son histoire. Le chaos, la violence et la destruction causés par le Hamas sont sans précédent dans le pays et marqueront un tournant dans l'histoire du conflit israélo-palestinien, ainsi que dans celle du Moyen-Orient.

Ce que beaucoup appellent déjà le 11 septembre ou le Pearl Harbor d'Israël a commencé samedi matin. Plus précisément à 6h30 du matin. À cette heure-là, des centaines de combattants du Hamas ont lancé une attaque aérienne, maritime et terrestre de grande envergure à la frontière entre Gaza et Israël, l'une des plus sûres au monde. Au total, on estime que jusqu'à 1 000 membres du Hamas ont participé à cette incursion.  

Après avoir pénétré dans le pays, les terroristes lourdement armés - montés sur des camionnettes ou des motos - ont réussi à atteindre plusieurs villes du sud et ont attaqué 11 bases militaires. Une fois en territoire israélien, ils ont également commencé à massacrer des civils, souvent à l'intérieur de leur propre maison.

Les travailleurs sanitaires du service national d'urgence et de secours Magen David parlent d'un véritable "champ de bataille de corps d'hommes, de femmes, de garçons, de filles, de vieillards et d'animaux". "Les mots ne suffisent pas à décrire ce qui s'est passé", déplore l'ambulancier Lior Levy sur les réseaux sociaux.  

Au total, on estime que plus de 800 personnes ont été tuées au cours de l'incursion, tandis que plus de 2 200 ont été blessées. En outre, plus d'une centaine de personnes ont été enlevées et sont actuellement détenues à Gaza par le groupe terroriste. Il convient de noter que parmi les otages se trouvent des enfants et un grand nombre de femmes.  

Des étrangers figurent également parmi les victimes. Nombre d'entre eux participaient à un festival de musique près de la frontière de Gaza, l'une des premières cibles du groupe terroriste. Les corps de 260 personnes ont été retrouvés sur le site du festival. Selon le magazine Tablet, de nombreux corps de femmes présentent des signes de violence sexuelle

"Des femmes ont été violées à proximité des corps de leurs amies. Plusieurs de ces victimes semblent avoir été exécutées par la suite. D'autres ont été emmenées à Gaza", a déclaré aux médias un témoin du massacre. D'après les images et le registre des personnes enlevées, les femmes ont été l'une des principales cibles des terroristes.

L'escalade des tensions, ainsi que les tirs de missiles et les attaques, sont des caractéristiques constantes de la guerre entre le Hamas et Israël. Cependant, la situation dans le pays a été complètement différente ces derniers jours. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lui-même a déclaré que ce qui s'est passé est "sans précédent en Israël" et qu'il "veillera à ce que cela ne se reproduise pas".  

Israël frappe plus de 800 cibles terroristes à Gaza 

Peu après le raid, les autorités ont déclaré l'état de guerre dans le pays et ont lancé l'opération "Épée de fer" contre le Hamas et d'autres groupes terroristes dans la bande de Gaza, tels que le Jihad islamique. Jusqu'à présent, Israël a attaqué plus de 800 cibles dans l'enclave palestinienne. Entre-temps, le ministre israélien de la Défense, Yoav Gallant, a ordonné un "siège total" de Gaza, coupant l'électricité et bloquant l'entrée de nourriture et de carburant.

Selon l'UNRWA, l'agence des Nations unies pour les Palestiniens, plus de 20 300 habitants de Gaza ont trouvé refuge dans l'une des 44 écoles de la bande de Gaza. Par ailleurs, les autorités de la bande de Gaza contrôlée par le Hamas ont fait état de 370 morts, dont au moins 20 enfants, et de 2 200 blessés.  

Les attaques contre des cibles terroristes à Gaza se poursuivent aujourd'hui, de même que les tirs de roquettes sur le territoire israélien depuis l'enclave palestinienne. Depuis l'incursion de samedi, les sirènes retentissent dans tout le pays, en particulier dans le centre et le sud. 

Dans la ville d'Ashkelon, au sud du pays, par exemple, un missile a touché un immeuble résidentiel, blessant plusieurs personnes. Les forces de sécurité israéliennes s'efforcent également de localiser les terroristes qui se cachent encore dans le pays, en particulier dans les régions méridionales.  

Cependant, dimanche matin, la frontière nord a également connu des moments de panique après que le Hezbollah, profitant du chaos en Israël et en "solidarité" avec l'attaque du Hamas, a lancé plusieurs roquettes sur le territoire israélien. 

Les attaques contre les Israéliens ont également franchi les frontières d'Israël. Peu après le raid du Hamas, un policier égyptien a tué deux touristes israéliens dans la ville côtière d'Alexandrie. Un guide local a également été tué dans l'attaque.

Les événements récents ont également entraîné une dangereuse montée de l'antisémitisme dans le monde. C'est pourquoi la sécurité des ambassades israéliennes, des synagogues et d'autres lieux liés à Israël ou au judaïsme a été renforcée au cours des dernières heures.  

Partidarios pro-israelíes se abrazan durante las protestas cerca del consulado de Israel el 8 de octubre de 2023 en Nueva Ciudad de York 

PHOTO/ Adam Gray / GETTY IMAGES NORTEAMÉRICA / Getty Images vía AFP
PHOTO/ Adam Gray / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP - Manifestation pro-israélienne au consulat d'Israël à New York

De même, cette attaque brutale a incité plusieurs pays européens à reconsidérer la suspension de l'aide économique aux autorités palestiniennes. Des pays comme l'Autriche ont déjà annoncé qu'ils gèleraient "l'aide au développement" des zones palestiniennes, tandis que l'Allemagne suivra les traces de son voisin.

La communauté internationale s'efforce également d'obtenir un cessez-le-feu entre le Hamas et Israël. À cet égard, le Maroc a convoqué une réunion d'urgence de la Ligue arabe pour aborder la question. Les États-Unis, allié historique de Jérusalem, ont également demandé instamment l'arrêt des violences du Hamas. 

Una columna de humo se eleva en el cielo de la ciudad de Gaza durante un ataque aéreo israelí el 9 de octubre de 2023 

AFP/ MAHMUD HAMS
AFP/ MAHMUD HAMS - Un panache de fumée s'élève dans le ciel de la ville de Gaza lors d'une frappe aérienne israélienne.

De même, le président Joe Biden a réaffirmé le soutien des États-Unis à Israël en annonçant une nouvelle aide militaire au pays. Cette nouvelle aide comprend des équipements militaires et des munitions. Les États-Unis ont également envoyé le porte-avions USS Gerald R. Ford et plusieurs navires de guerre en Méditerranée orientale afin de renforcer leur présence dans la région et d'intercepter les armes destinées au Hamas.  

L'Iran envoie un message à l'Arabie saoudite, qui négocie une normalisation avec Israël 

La grande majorité de ces armes proviennent de l'Iran, le principal sponsor du terrorisme au Moyen-Orient. Depuis des années, le régime de Téhéran fournit des armes et de l'argent à des groupes tels que le Hamas et le Jihad islamique, qu'il utilise dans sa guerre contre Israël. Sans surprise, les autorités iraniennes ont salué l'attaque contre Israël, tandis que les opposants au régime l'ont condamnée. 

Le Hamas a admis avoir été aidé par Téhéran pour mener à bien l'attaque à grande échelle contre Israël. Selon le Wall Street Journal, le régime iranien a planifié l'attaque pendant plusieurs semaines et les Gardiens de la révolution islamique ont finalement donné leur feu vert à Beyrouth lundi

Un autre pays qui a contribué au développement militaire d'organisations comme le Hamas est le Qatar, où le chef du groupe, Ismail Haniya, vit dans le luxe depuis des années, alors que la grande majorité de la population de Gaza vit en dessous du seuil de pauvreté. Doha a d'ailleurs rendu Israël responsable de ce qui s'est passé, affirmant qu'il était "le seul responsable de l'escalade de la violence" dans le pays.

Contrairement au Qatar, d'autres pays arabes qui, ces dernières années, ont entretenu des relations avec Israël, ont condamné les actions brutales du Hamas. Les Émirats arabes unis, par exemple, ont exprimé leur consternation à l'égard des citoyens israéliens pris en otage, considérant ainsi l'attaque du Hamas comme "une escalade sérieuse et grave".  

L'Arabie saoudite a également appelé à une "désescalade de la tension". Il convient de souligner que cette attaque a eu lieu en plein milieu des négociations menées par les États-Unis en vue d'un accord de normalisation entre le Royaume et Israël. En effet, selon le secrétaire d'État américain Anthony Blinken, les négociations de normalisation israélo-saoudiennes pourraient avoir été en partie à l'origine de l'attaque du Hamas contre Israël au cours du week-end. 

Plus dans Politique