L'ordre - qui entre en vigueur jeudi - intervient alors que l'Ukraine progresse considérablement, notamment près de Kherson, où les autorités russes ont commencé à évacuer des civils

Poutine décrète la loi martiale dans les quatre régions annexées de l'Ukraine

photo_camera AP/MIKHAIL KLIMENTYEV - Le président de la Fédération de Russie Vladimir Poutine

Le président russe Vladimir Poutine a déclaré la loi martiale dans les régions ukrainiennes de Donetsk, Lougansk, Kherson et Zaporiyia, annexées par Moscou en septembre dernier. Cependant, aucune de ces provinces n'est entièrement contrôlée par les troupes russes. La décision a été annoncée par le dirigeant russe avant une réunion du Conseil de sécurité de la Russie et "sera immédiatement transmise au Conseil de la Fédération pour approbation". "La Douma d'État a été informée de cette décision", a déclaré Poutine.

Lors de son discours au Conseil de sécurité, outre l'annonce du décret, Poutine a également critiqué les autorités ukrainiennes, les accusant de "refuser de reconnaître la volonté et le choix du peuple" et de "rejeter toute proposition de négociation". Le dirigeant russe a une nouvelle fois qualifié le gouvernement de Kiev de "néo-nazi". "Les néonazis utilisent des méthodes terroristes, sabotent des installations vitales, organisent des tentatives d'assassinat", a déclaré Poutine, qui a également accusé l'Ukraine d'"envoyer des groupes de sabotage" sur le territoire russe.

Avec l'entrée en vigueur de la loi martiale, les chefs des régions annexées recevront "une autorité supplémentaire", a déclaré Poutine. Des quartiers généraux de défense territoriale sont en cours de création à Donetsk, Lougansk, Kherson et Zaporiyia, rapporte RIA. Parallèlement, dans les régions limitrophes de l'Ukraine telles que la Crimée, Sébastopol, Krasnodar, Belgorod, Briansk, Voronej, Koursk et Rostov, des mesures sont en cours d'élaboration pour "protéger l'ordre public", ajoute le média russe. 

La loi martiale - déclarée en Ukraine depuis le début de l'invasion en février - donne aux autorités le pouvoir d'imposer des couvre-feux et d'autres restrictions aux citoyens. Selon la loi russe, cette mesure limite les droits et libertés des citoyens russes, des étrangers et des apatrides, selon le Moscow Times.

Le journal russe note que le gouvernement peut imposer "d'autres mesures" dans le cadre de la loi martiale "si nécessaire", notamment des "limitations des droits et libertés", des "obligations supplémentaires" ou une "mobilisation générale ou partielle".

L'entrée en vigueur de la loi martiale dans les régions ukrainiennes annexées coïncide avec une avancée majeure des forces ukrainiennes dans le sud-est du pays. Après une contre-offensive majeure à Kharkov, l'armée ukrainienne se dirige maintenant vers Kherson, l'une des premières villes à tomber aux mains des Russes depuis le début de l'invasion. 

Face à l'avancée ukrainienne, les autorités russes de la région ont commencé à évacuer les civils. "Il est prévu d'évacuer 50 000 à 60 000 personnes vers la rive gauche du Dnipro", a déclaré Volodymyr Saldo, le gouverneur pro-russe de la région.

Kiev, pour sa part, a accusé la Russie de "faire peur" aux citoyens de Kherson avec de la propagande et de fausses informations. Cependant, comme l'a déclaré Andriy Yermak, chef du bureau présidentiel, sur Telegram, "ce programme de propagande ne fonctionnera pas".

Plus dans Politique